8 mars: le Président Tebboune honore des femmes algériennes    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Boukadoum prend part à la 2e réunion du groupe de soutien au Mali    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Photos inédites de moudjahidate algériennes exposées à Paris
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 09 - 2013

Des photos, pour la plupart inédites, de moudjahidate (anciennes combattantes algériennes) prises dans le feu de l'action pour la libération du pays, sont exposées à Paris, à l'initiative de la photographe et réalisatrice Nadja Makhlouf.
Elles ont pour nom Boudjemma Kheira, Lamri Malika, Elyette Loup ou Monique Hervo. Algériennes ou Européennes, musulmanes, juives ou chrétiennes, ces femmes étaient mues par un seul idéal : libérer l'Algérie du joug colonial, indépendamment du profil qu'elles devaient utiliser pour la bonne cause, a expliqué la photographe.
L'exposition-photo "De l'invisible au visible, moudjahida : femme combattante", qui se tient à l'Institut de recherche et d'études Méditerranée et Moyen-Orient (Iremmo), a la particularité de rendre hommage exclusivement à des femmes toujours en vie. Aux côtés de chacune des photos prises d'elles par Nadja Makhlouf, figurent d'autres photos d'archives prises durant la guerre de libération ainsi qu'un portrait renseignant sur leurs rôles à ce moment-là.
"A travers mes lectures, je me suis rendue compte qu'on glorifiait surtout les femmes tombées au combat. Même s'il n'est pas question de remettre en question l'engagement de ces femmes, il était aussi important à mon sens d'évoquer celles dont on parle peu, parfois jamais, surtout en France", a expliqué l'exposante à l'APS.
Pour elle, il est "extrêmement pertinent" de parler, à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance nationale, de femmes algériennes, françaises, espagnoles, musulmanes, juives ou chrétiennes qui avaient mené un combat juste et universel. Pour monter son exposition, dont les préparatifs remontent à plus d'un an, Nadja Makhlouf est allée à la rencontre de ces femmes qu'elle a dû convaincre pour faire étalage d'un pan important de leur vécu.
"Lors de mes recherches, j'ai réalisé que certaines combattantes algériennes étaient beaucoup plus médiatisées que d'autres, devenues presque l'ombre d'elles-mêmes. J'ai trouvé assez triste qu'on ne puisse pas parler de toutes ces femmes de manière égale", a-t-elle indiqué, signalant que les femmes qu'elle a photographiées sont "les moins connues, voire pas connues du tout".
Selon elle, l'idée, au-delà de leur médiatisation, était également de dresser tous les types de métiers que ces femmes exerçaient durant la guerre de libération nationale. "Généralement, quand on parle de cette guerre, l'action de la femme est parfois réduite à quelques profils", a ajouté la photographe.
Son exposition parisienne a été sélectionnée pour la 5ème Biennale photographique, prévue du 5 octobre au 1er décembre prochains en Haute Normandie, avant un déplacement en 2014 successivement à Alger et Oran.
Nadja Makhlouf est photographe et réalisatrice. Elle est née le 16 février 1981 à Provins (sud-est de Paris). Après un bac littéraire, elle étudie l'image à l'université d'Aix-Marseille. En sortant de cette formation, elle enchaîne les expériences audiovisuelles dans le cinéma, la photographie et l'audiovisuel.
Cela lui permet d'acquérir le savoir et les outils pour assumer des postes tels que photographe, journaliste, rédactrice, chargée de production, de diffusion, de communication.
En 2010, elle décide de tout quitter pour réaliser un projet "plus personnel" : donner naissance à une trilogie audiovisuelle et à une exposition photographique sur des portraits de femmes en Algérie à travers la Kabylie, Alger et le désert.
Cela donne lieu à un projet en trois volets sur la condition des femmes en Algérie, chacun composé d'une exposition photographique et d'un film documentaire.
Le premier volet Femmes Fatales dresse les portraits photographiques de ces femmes kabyles dans l'Algérie d'aujourd'hui. Allah Ghaleb (On n'y peut rien), le film qui l'accompagne, lui, rend compte en toute intimité du quotidien de ces femmes.
L'oeuvre avait reçu le Prix du public lors du festival "Regard sur le cinéma du monde" à Rouen en 2012. Le deuxième volet "De l'invisible au visible : moudjahidate, femme combattante", porte, cette fois-ci, sur les moudjahidate à Alger, d'hier à aujourd'hui. Un film se rapportant à l'exposition est en cours de réalisation.
Pour mener à bien ce projet, la photographe franco-algérienne décide de vivre entre Paris et Alger courant 2012. Un livre de photos est en cours de préparation et devrait être publié en 2014/2015.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.