Le nouveau code administratif assure plus de souplesse dans l'application des décisions de justice    Le parti "Jil Jadid" tient son 2e congrès national    JM-Oran-2022 / Water-polo: la Serbie affiche ses prétentions face à la Slovénie (22 à 6)    Arrivée du vice-président turc Fuat Oktay    Championnat national de natation du personnel de l'administration pénitentiaire: Mourad Kessab et Meroua Mahieddine sacrés    JM Oran-2022: Oran vit au rythme des journées nationales du théâtre de rue    Maroc/Espagne : appels à une enquête indépendante après le drame migratoire de Melilla    Les Douanes lancent une campagne de sensibilisation aux dangers de la drogue    JM Oran-2022/Cérémonie: que la fête commence    JM-Oran-2022 : la lutte algérienne ambitionne de faire mieux que la précédente édition à Tarragone    Lamamra reçoit à Oran le SG de l'Union pour la Méditerranée    Port d'Alger: hausse de 18% des conteneurs à l'export durant le 1er trimestre 2022    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbès    Canicule annoncée, dimanche et lundi, sur des wilayas de l'Est du pays    Le Milan AC cherche à recruter Hakim Ziyech    JM-Oran-2022: 21 artistes participent à l'édition spéciale du Festival de la chanson du Raï à Oran    22e Festival culturel européen : le duo portugais,"Senza" enchante le public algérois    L'Ukraine et les limites de l'Union européenne    JM-Oran 2022: Vers une cérémonie haut de gamme    Des rêves et des tabous    Hommage à Shirine Abou Aklah    Covid-19: Du nouveau pour les billets non utilisés d'Air Algérie    Tlemcen: Mouton de l'Aïd : tout le monde se plaint!    Les communes dispensées de la gestion des écoles    L'UGCAA sensibilise à J-1 des Jeux méditerranéens: Des brigades mobiles pour le contrôle des taxis et des bus    El Tarf: Les maires achèvent leur cycle de formation    La corruption, la triche et la lèche    Tebboune inaugure plusieurs projets à Oran: Levée définitive des obstacles bureaucratiques    Sur les traces de la nostalgie olympique    Enjeux politiques et économiques    La radieuse sur son 31    Le FMI doit tenir compte de l'impact social des réformes    Les économies africaines gardent leur optimisme    «Je ne pardonnerai à personne»    Le Code d'investissement adopté ce lundi    Honneur aux jeunes compétences    La sécurité sera au rendez-vous    Plan de circulation spécial et du cinéma partout...    Sortie de 6 promotions    «C'est un des leviers de la souveraineté nationale!»    Un potentiel mal exploité    Deux festivals et deux salons du livre    «Il faut revenir à la formation»    Cinéma à l'affiche    Sortie de 8 promotions des officiers de la Gendarmerie nationale à l'ESGN de Zeralda    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    Tebboune installe le Conseil supérieur de la jeunesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Photos inédites de moudjahidate algériennes exposées à Paris
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 09 - 2013

Des photos, pour la plupart inédites, de moudjahidate (anciennes combattantes algériennes) prises dans le feu de l'action pour la libération du pays, sont exposées à Paris, à l'initiative de la photographe et réalisatrice Nadja Makhlouf.
Elles ont pour nom Boudjemma Kheira, Lamri Malika, Elyette Loup ou Monique Hervo. Algériennes ou Européennes, musulmanes, juives ou chrétiennes, ces femmes étaient mues par un seul idéal : libérer l'Algérie du joug colonial, indépendamment du profil qu'elles devaient utiliser pour la bonne cause, a expliqué la photographe.
L'exposition-photo "De l'invisible au visible, moudjahida : femme combattante", qui se tient à l'Institut de recherche et d'études Méditerranée et Moyen-Orient (Iremmo), a la particularité de rendre hommage exclusivement à des femmes toujours en vie. Aux côtés de chacune des photos prises d'elles par Nadja Makhlouf, figurent d'autres photos d'archives prises durant la guerre de libération ainsi qu'un portrait renseignant sur leurs rôles à ce moment-là.
"A travers mes lectures, je me suis rendue compte qu'on glorifiait surtout les femmes tombées au combat. Même s'il n'est pas question de remettre en question l'engagement de ces femmes, il était aussi important à mon sens d'évoquer celles dont on parle peu, parfois jamais, surtout en France", a expliqué l'exposante à l'APS.
Pour elle, il est "extrêmement pertinent" de parler, à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance nationale, de femmes algériennes, françaises, espagnoles, musulmanes, juives ou chrétiennes qui avaient mené un combat juste et universel. Pour monter son exposition, dont les préparatifs remontent à plus d'un an, Nadja Makhlouf est allée à la rencontre de ces femmes qu'elle a dû convaincre pour faire étalage d'un pan important de leur vécu.
"Lors de mes recherches, j'ai réalisé que certaines combattantes algériennes étaient beaucoup plus médiatisées que d'autres, devenues presque l'ombre d'elles-mêmes. J'ai trouvé assez triste qu'on ne puisse pas parler de toutes ces femmes de manière égale", a-t-elle indiqué, signalant que les femmes qu'elle a photographiées sont "les moins connues, voire pas connues du tout".
Selon elle, l'idée, au-delà de leur médiatisation, était également de dresser tous les types de métiers que ces femmes exerçaient durant la guerre de libération nationale. "Généralement, quand on parle de cette guerre, l'action de la femme est parfois réduite à quelques profils", a ajouté la photographe.
Son exposition parisienne a été sélectionnée pour la 5ème Biennale photographique, prévue du 5 octobre au 1er décembre prochains en Haute Normandie, avant un déplacement en 2014 successivement à Alger et Oran.
Nadja Makhlouf est photographe et réalisatrice. Elle est née le 16 février 1981 à Provins (sud-est de Paris). Après un bac littéraire, elle étudie l'image à l'université d'Aix-Marseille. En sortant de cette formation, elle enchaîne les expériences audiovisuelles dans le cinéma, la photographie et l'audiovisuel.
Cela lui permet d'acquérir le savoir et les outils pour assumer des postes tels que photographe, journaliste, rédactrice, chargée de production, de diffusion, de communication.
En 2010, elle décide de tout quitter pour réaliser un projet "plus personnel" : donner naissance à une trilogie audiovisuelle et à une exposition photographique sur des portraits de femmes en Algérie à travers la Kabylie, Alger et le désert.
Cela donne lieu à un projet en trois volets sur la condition des femmes en Algérie, chacun composé d'une exposition photographique et d'un film documentaire.
Le premier volet Femmes Fatales dresse les portraits photographiques de ces femmes kabyles dans l'Algérie d'aujourd'hui. Allah Ghaleb (On n'y peut rien), le film qui l'accompagne, lui, rend compte en toute intimité du quotidien de ces femmes.
L'oeuvre avait reçu le Prix du public lors du festival "Regard sur le cinéma du monde" à Rouen en 2012. Le deuxième volet "De l'invisible au visible : moudjahidate, femme combattante", porte, cette fois-ci, sur les moudjahidate à Alger, d'hier à aujourd'hui. Un film se rapportant à l'exposition est en cours de réalisation.
Pour mener à bien ce projet, la photographe franco-algérienne décide de vivre entre Paris et Alger courant 2012. Un livre de photos est en cours de préparation et devrait être publié en 2014/2015.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.