Logements AADL: Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Côte d'Ivoire/représentation diplomatique au Sahara occidental: une violation de l'acte constitutif de l'UA    Défauts de conformité des immeubles: la commission technique présente ses résultats au ministre de l'Habitat    Pharmacie-clinique : Les conséquences de l'accès au résidanat sans concours    Université Badji Mokhtar Annaba : Workshop sur le Master professionnel en maintenance    La faille nord-sud à l'étude    Maghreb : Pourquoi il faut avoir peur du conflit libyen    Le président Kaïs Saïed hausse le ton    Commentaire : La grève des joueurs et l'intégrité de la compétition    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    USM Alger : Fin de la spirale des défaites    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Vers l'élaboration d'un plan national de prise en charge des enfants autistes    Tipasa : Stratégie incohérente et absence de communication    Boumerdès : Un projet d'AEP pour Keddara    Danger, intolérance    Université d'Alger 2 : Le Wati club organise la première compétition d'orthographe    Mohand Ouramdane Sadaoui : Hommage à un baroudeur    Dortmund : Haaland fait mieux que Benzema    Les 5 bienfaits du gainage quotidien    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    Football - Ligue 2 : L'ASMO coule à Boussaâda, le RCA troisième    USM Bel-Abbès: Une véritable bouffée d'oxygène    Le ministre de la Communication: Pas de soutien financier à la presse écrite en difficulté    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Air Algérie a annulé 40% des vols en deux jours: Pagaille dans les aéroports    Industrie automobile: Les étrangers ne seront pas obligés de s'associer à un partenaire local    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Des marchés de proximité toujours fermés    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    La mobilisation estudiantine se poursuit    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Les âmes trouées    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    L'Algérie applique le principe de réciprocité    Rezig s'en prend de nouveau aux laiteries    Tebboune relence le débat sur lamémoire    Contrôle sanitaire en pleine radew    "Je ne suis pas mort"    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    L'armée syrienne sur le point de reprendre tout Alep    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Karim Younès nommé médiateur de la République    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    En bref…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les salaires dans le secteur public plus élevés que dans les entreprises privées
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 11 - 2014

Le secteur public a affiché, en 2013, une moyenne des salaires élevée par rapport à celle du secteur privé, avec 51.000 DA pour le premier et 29.200 DA pour le second, soit une différence de 21.800 DA, indiquent les résultats d'une enquête de l'Office national des statistiques (ONS).
Dans le secteur étatique, le salaire net moyen est de 77.800 DA pour un cadre, de 55.400 DA pour l'agent de maîtrise et de 35.156 DA pour l'agent d'exécution.
Ce niveau relativement élevé du salaire dans le secteur public s'explique, en partie, par l'existence d'entreprises publiques importantes en termes d'effectifs avec un système de rémunération avantageux, explique à l'APS le directeur technique chargé des statistiques sociales et des revenus à l'ONS, M.Youcef Bazizi, qui a supervisé cette enquête.
Il s'agit, essentiellement, des industries extractives (secteur des hydrocarbures et services pétroliers), les transports et communications et les activités financières.
"C'est l'une des causes des disparités entre les salaires", souligne M. Bazizi.
Selon lui, les salaires nets moyens globaux dans les secteurs des industries extractives sont de 94.700 DA, soit 1,86 fois le salaire net global, suivis de ceux des activités financières avec 53.700 DA, soit 1,05 fois le salaire net global.
Les salaires moyens dans le secteur des transports et communication sont de 49.700 DA (0,98 fois le salaire net global), suivis directement par les secteurs du commerce et réparations (46.400 DA), celui de la production, distribution de l'électricité, gaz et eau (39.600 DA), indiquent les résultats de l'enquête réalisée sur les salaires du mois de mai 2013.
Par ailleurs, l'enquête relève l'existence de secteurs se caractérisant par une relative faiblesse de la moyenne des salaires due essentiellement à la prédominance du personnel d'exécution et peu qualifié, tels que celui du BTP (35.400 DA) et des hôtels et restaurants (31.300 DA).
-Secteur privé: les finances et la santé les mieux rémunérateurs
Alors que le salaire net moyen mensuel de l'ensemble des salariés du secteur privé est de 29.240 DA, l'ONS précise que le salaire net moyen est de 58.000 DA pour un cadre, 31.100 DA pour l'agent de maîtrise et 24.260 DA pour l'agent d'exécution.
Les secteurs les mieux rémunérateurs dans le privé sont ceux des finances et de la santé.
Les salaires mensuels nets moyens dans ces deux secteurs sont respectivement de 62.400 DA et 36.700 DA, soit, respectivement, presque le double et 1,3 fois le salaire net moyen global dans le privé national.
Par contre, le personnel dans les industries extractives (mines et carrières), la construction et l'immobilier et services aux entreprises est le moins payé, avec respectivement des salaires de 23.600 DA, 26.700 et 25.600 DA.
Cet écart de salaire entre le personnel des industries extractives, l'immobilier et services par rapport aux autres sections s'explique par l'emploi d'un personnel d'exécution peu qualifié, tirant vers le bas la moyenne national des salaires dans le secteur privé (29.200 DA), a tenu à souligner M. Bazizi.
En effet, le secteur privé est caractérisé par une majorité de PME et une très forte proportion de personnel d'exécution qui est peu qualifié ou sans qualification, a-t-il-ajouté, relevant, à ce propos, la même tendance de l'enquête sur les salaires auprès des entreprises de l'année 2012, malgré une évolution de 13,9% des salaires durant l'année dernière.
En dépit de cette évolution, qui a contribué à une hausse du salaire moyen de toutes les catégories dans le secteur privé, les rémunérations des agents d'exécution du secteur restent inférieures à 25.000 DA, a estimé le même responsable.
En 2013, le niveau des salaires nets mensuels (hors agriculture et administration) se situe globalement (secteurs public et privé réuni) à environ 36.100 DA.
Dans les deux secteurs, le salaire de base reste la principale composante avec une moyenne de 62%, alors que les primes et les indemnités représentent 38% de la rémunération brute totale.
(Par Salima Ikhlef)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.