La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les salaires dans le secteur public plus élevés que dans les entreprises privées
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 11 - 2014

Le secteur public a affiché, en 2013, une moyenne des salaires élevée par rapport à celle du secteur privé, avec 51.000 DA pour le premier et 29.200 DA pour le second, soit une différence de 21.800 DA, indiquent les résultats d'une enquête de l'Office national des statistiques (ONS).
Dans le secteur étatique, le salaire net moyen est de 77.800 DA pour un cadre, de 55.400 DA pour l'agent de maîtrise et de 35.156 DA pour l'agent d'exécution.
Ce niveau relativement élevé du salaire dans le secteur public s'explique, en partie, par l'existence d'entreprises publiques importantes en termes d'effectifs avec un système de rémunération avantageux, explique à l'APS le directeur technique chargé des statistiques sociales et des revenus à l'ONS, M.Youcef Bazizi, qui a supervisé cette enquête.
Il s'agit, essentiellement, des industries extractives (secteur des hydrocarbures et services pétroliers), les transports et communications et les activités financières.
"C'est l'une des causes des disparités entre les salaires", souligne M. Bazizi.
Selon lui, les salaires nets moyens globaux dans les secteurs des industries extractives sont de 94.700 DA, soit 1,86 fois le salaire net global, suivis de ceux des activités financières avec 53.700 DA, soit 1,05 fois le salaire net global.
Les salaires moyens dans le secteur des transports et communication sont de 49.700 DA (0,98 fois le salaire net global), suivis directement par les secteurs du commerce et réparations (46.400 DA), celui de la production, distribution de l'électricité, gaz et eau (39.600 DA), indiquent les résultats de l'enquête réalisée sur les salaires du mois de mai 2013.
Par ailleurs, l'enquête relève l'existence de secteurs se caractérisant par une relative faiblesse de la moyenne des salaires due essentiellement à la prédominance du personnel d'exécution et peu qualifié, tels que celui du BTP (35.400 DA) et des hôtels et restaurants (31.300 DA).
-Secteur privé: les finances et la santé les mieux rémunérateurs
Alors que le salaire net moyen mensuel de l'ensemble des salariés du secteur privé est de 29.240 DA, l'ONS précise que le salaire net moyen est de 58.000 DA pour un cadre, 31.100 DA pour l'agent de maîtrise et 24.260 DA pour l'agent d'exécution.
Les secteurs les mieux rémunérateurs dans le privé sont ceux des finances et de la santé.
Les salaires mensuels nets moyens dans ces deux secteurs sont respectivement de 62.400 DA et 36.700 DA, soit, respectivement, presque le double et 1,3 fois le salaire net moyen global dans le privé national.
Par contre, le personnel dans les industries extractives (mines et carrières), la construction et l'immobilier et services aux entreprises est le moins payé, avec respectivement des salaires de 23.600 DA, 26.700 et 25.600 DA.
Cet écart de salaire entre le personnel des industries extractives, l'immobilier et services par rapport aux autres sections s'explique par l'emploi d'un personnel d'exécution peu qualifié, tirant vers le bas la moyenne national des salaires dans le secteur privé (29.200 DA), a tenu à souligner M. Bazizi.
En effet, le secteur privé est caractérisé par une majorité de PME et une très forte proportion de personnel d'exécution qui est peu qualifié ou sans qualification, a-t-il-ajouté, relevant, à ce propos, la même tendance de l'enquête sur les salaires auprès des entreprises de l'année 2012, malgré une évolution de 13,9% des salaires durant l'année dernière.
En dépit de cette évolution, qui a contribué à une hausse du salaire moyen de toutes les catégories dans le secteur privé, les rémunérations des agents d'exécution du secteur restent inférieures à 25.000 DA, a estimé le même responsable.
En 2013, le niveau des salaires nets mensuels (hors agriculture et administration) se situe globalement (secteurs public et privé réuni) à environ 36.100 DA.
Dans les deux secteurs, le salaire de base reste la principale composante avec une moyenne de 62%, alors que les primes et les indemnités représentent 38% de la rémunération brute totale.
(Par Salima Ikhlef)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.