Du mépris insondable, estime Benflis    Une tournée et des questions    Suspension des vols pour les avions de type «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9» dans l'espace aérien algérien    Moderne et consensuelle    Le groupe au complet, les choses sérieuses commencent pour la Gambie    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Refus des blouses blanches et robes noires de Annaba    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Pitié pour l'Algérie    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Tébessa: Les devises flambent !    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    Saisie de kif et de comprimés psychotropes    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Rappel à l'ordre    Un gain de 31 places pour l'Algérien Rihane    Le MCO plus que jamais en danger    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Comment est-il arrivé sur le trône ?    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les salaires dans le secteur public plus élevés que dans les entreprises privées
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 11 - 2014

Le secteur public a affiché, en 2013, une moyenne des salaires élevée par rapport à celle du secteur privé, avec 51.000 DA pour le premier et 29.200 DA pour le second, soit une différence de 21.800 DA, indiquent les résultats d'une enquête de l'Office national des statistiques (ONS).
Dans le secteur étatique, le salaire net moyen est de 77.800 DA pour un cadre, de 55.400 DA pour l'agent de maîtrise et de 35.156 DA pour l'agent d'exécution.
Ce niveau relativement élevé du salaire dans le secteur public s'explique, en partie, par l'existence d'entreprises publiques importantes en termes d'effectifs avec un système de rémunération avantageux, explique à l'APS le directeur technique chargé des statistiques sociales et des revenus à l'ONS, M.Youcef Bazizi, qui a supervisé cette enquête.
Il s'agit, essentiellement, des industries extractives (secteur des hydrocarbures et services pétroliers), les transports et communications et les activités financières.
"C'est l'une des causes des disparités entre les salaires", souligne M. Bazizi.
Selon lui, les salaires nets moyens globaux dans les secteurs des industries extractives sont de 94.700 DA, soit 1,86 fois le salaire net global, suivis de ceux des activités financières avec 53.700 DA, soit 1,05 fois le salaire net global.
Les salaires moyens dans le secteur des transports et communication sont de 49.700 DA (0,98 fois le salaire net global), suivis directement par les secteurs du commerce et réparations (46.400 DA), celui de la production, distribution de l'électricité, gaz et eau (39.600 DA), indiquent les résultats de l'enquête réalisée sur les salaires du mois de mai 2013.
Par ailleurs, l'enquête relève l'existence de secteurs se caractérisant par une relative faiblesse de la moyenne des salaires due essentiellement à la prédominance du personnel d'exécution et peu qualifié, tels que celui du BTP (35.400 DA) et des hôtels et restaurants (31.300 DA).
-Secteur privé: les finances et la santé les mieux rémunérateurs
Alors que le salaire net moyen mensuel de l'ensemble des salariés du secteur privé est de 29.240 DA, l'ONS précise que le salaire net moyen est de 58.000 DA pour un cadre, 31.100 DA pour l'agent de maîtrise et 24.260 DA pour l'agent d'exécution.
Les secteurs les mieux rémunérateurs dans le privé sont ceux des finances et de la santé.
Les salaires mensuels nets moyens dans ces deux secteurs sont respectivement de 62.400 DA et 36.700 DA, soit, respectivement, presque le double et 1,3 fois le salaire net moyen global dans le privé national.
Par contre, le personnel dans les industries extractives (mines et carrières), la construction et l'immobilier et services aux entreprises est le moins payé, avec respectivement des salaires de 23.600 DA, 26.700 et 25.600 DA.
Cet écart de salaire entre le personnel des industries extractives, l'immobilier et services par rapport aux autres sections s'explique par l'emploi d'un personnel d'exécution peu qualifié, tirant vers le bas la moyenne national des salaires dans le secteur privé (29.200 DA), a tenu à souligner M. Bazizi.
En effet, le secteur privé est caractérisé par une majorité de PME et une très forte proportion de personnel d'exécution qui est peu qualifié ou sans qualification, a-t-il-ajouté, relevant, à ce propos, la même tendance de l'enquête sur les salaires auprès des entreprises de l'année 2012, malgré une évolution de 13,9% des salaires durant l'année dernière.
En dépit de cette évolution, qui a contribué à une hausse du salaire moyen de toutes les catégories dans le secteur privé, les rémunérations des agents d'exécution du secteur restent inférieures à 25.000 DA, a estimé le même responsable.
En 2013, le niveau des salaires nets mensuels (hors agriculture et administration) se situe globalement (secteurs public et privé réuni) à environ 36.100 DA.
Dans les deux secteurs, le salaire de base reste la principale composante avec une moyenne de 62%, alors que les primes et les indemnités représentent 38% de la rémunération brute totale.
(Par Salima Ikhlef)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.