Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lecture désertée, les bibliothèques converties en salles de révision à Mila
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 05 - 2016

La lecture dans la ville de Mila ne semble plus présenter un attrait pour la population notamment les jeunes. les lecteurs sont souvent d'un certain âge, ceux de la vieille école, "une espèce en voie d'extinction", avoue d'emblée à l'APS le vieux libraire, Tahar Medjoudj.
Rencontré à la librairie Bouarroudj Nouar du centre-ville de Mila où il travaille depuis six ans, Medjoudj, toujours épris par la lecture, "feuillette" un ouvrage d'un auteur d'origines turques.
Selon ce féru de la lecture âgé de 65 ans, les lecteurs, ceux qui s'intéressent toujours au livre, qu'il a eu l'occasion de croiser sont tous âgés de 55 ans et plus.
"L'internet, les nouvelles technologies de l'information et de la communication et le renchérissement du prix des livres ont contribué à déserter les librairies et les lieux de la lecture publique", lance convaincu le libraire.
Ouverte en 1962 au lendemain de l'indépendance, cette librairie est l'une des trois librairies (les deux autres sont Zouaghi et Ben Chiheb) proposant encore des livres de tous genres dans cette ville.
Les livres parascolaires et ceux de la cuisine sont "ce qui marchent le mieux chez les libraires" lance avec un soupir Medjoudj, avant de poursuivre: "la lecture élargit nos horizons, accroît notre fonds de connaissances et consolide notre capital linguistique".
Pour ce derniers des "Mohicans" dont la lecture demeure une passion et une voie essentielle pour l'épanouissement, des efforts doivent être déployés pour "amener les jeunes à aimer les livres à s'intéresser à la lecture".
Des bibliothèques pour inciter à la lecture :
Les efforts des pouvoirs publics ont pourtant permis de doter la ville de Mila, à l'histoire plusieurs fois millénaires, de plusieurs bibliothèques modernes de lecture publique.
Une nouvelle bibliothèque composée de divers espaces et salles de lecture a été réalisée au chef-lieu de wilaya, en appui à la bibliothèque de la maison de la culture et celle du centre culturel islamique de la même ville.
Ces espaces proposent le prêt de livres et un cadre convivial pour la lecture mais "ce sont des services pratiquement boudés", assure une bibliothécaire à la nouvelle bibliothèque de wilaya.
La dame affirme que les visiteurs de la bibliothèque qu'elle supervise sont essentiellement des scolarisé.
"Ils viennent nombreux, en groupe, pour des révisions, en prévision des épreuves de baccalauréat ou du brevet d'enseignement moyen (BEM)", tient à préciser la bibliothécaire qui souligne que "rares sont ceux demandent un titre de la bibliothèque".
Approchés par l'APS, beaucoup de scolarisés rencontrés dans cette bibliothèque affirment que "le lieu constitue un cadre serein pour la révision en groupe".
Pour le libraire Medjoudj qui ne comprend toujours pour quelle raison les bibliothèques publiques se sont transformées en "annexes des salles de classes", il faut remédier à cette situation.
"Il faut aller au fond des choses et commencer par créer de clubs de la lecture pour les enfants", souligne convaincu le libraire. "Ce sont les adultes de demain, et c'est primordial de les initier à feuilleter un livre, à lire une histoire avant de manipuler une tablette tactile ou un ordinateur", concède-t-il.
Le vieux libraire qui s'interrogent sur "le secret de l'engouement" sur les centres culturels étrangers affirme également que "le soutien du prix du livre" pourrait faire émerger "une génération qui lit".
Du livre, de la lecture et des bibliothèques dans la ville de Mila, certains évoquant "l'absence de maisons d'édition" comme un facteur ayant contribué au désintéressement de la jeune génération à la lecture.
D'autres se demandaient si la manifestation annuelle "La lecture en fête" et les initiatives d'associations locales dans la promotion de la lecture ne doivent pas être repensées pour mieux atteindre leurs objectifs.
Le réseau des bibliothèques urbaines et des communes dans la wilaya de Mila compte actuellement 25 bibliothèques en plus d'une bibliothèque de wilaya et huit (8) autres en cours de réalisation, assure le directeur de wilaya de la culture par intérim, Lezghd Cheyaya, qui attribue le recul de la lecture à "l'expansion des nouvelles technologies de la communication et le repli du commerce de livres".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.