Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lecture désertée, les bibliothèques converties en salles de révision à Mila
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 05 - 2016

La lecture dans la ville de Mila ne semble plus présenter un attrait pour la population notamment les jeunes. les lecteurs sont souvent d'un certain âge, ceux de la vieille école, "une espèce en voie d'extinction", avoue d'emblée à l'APS le vieux libraire, Tahar Medjoudj.
Rencontré à la librairie Bouarroudj Nouar du centre-ville de Mila où il travaille depuis six ans, Medjoudj, toujours épris par la lecture, "feuillette" un ouvrage d'un auteur d'origines turques.
Selon ce féru de la lecture âgé de 65 ans, les lecteurs, ceux qui s'intéressent toujours au livre, qu'il a eu l'occasion de croiser sont tous âgés de 55 ans et plus.
"L'internet, les nouvelles technologies de l'information et de la communication et le renchérissement du prix des livres ont contribué à déserter les librairies et les lieux de la lecture publique", lance convaincu le libraire.
Ouverte en 1962 au lendemain de l'indépendance, cette librairie est l'une des trois librairies (les deux autres sont Zouaghi et Ben Chiheb) proposant encore des livres de tous genres dans cette ville.
Les livres parascolaires et ceux de la cuisine sont "ce qui marchent le mieux chez les libraires" lance avec un soupir Medjoudj, avant de poursuivre: "la lecture élargit nos horizons, accroît notre fonds de connaissances et consolide notre capital linguistique".
Pour ce derniers des "Mohicans" dont la lecture demeure une passion et une voie essentielle pour l'épanouissement, des efforts doivent être déployés pour "amener les jeunes à aimer les livres à s'intéresser à la lecture".
Des bibliothèques pour inciter à la lecture :
Les efforts des pouvoirs publics ont pourtant permis de doter la ville de Mila, à l'histoire plusieurs fois millénaires, de plusieurs bibliothèques modernes de lecture publique.
Une nouvelle bibliothèque composée de divers espaces et salles de lecture a été réalisée au chef-lieu de wilaya, en appui à la bibliothèque de la maison de la culture et celle du centre culturel islamique de la même ville.
Ces espaces proposent le prêt de livres et un cadre convivial pour la lecture mais "ce sont des services pratiquement boudés", assure une bibliothécaire à la nouvelle bibliothèque de wilaya.
La dame affirme que les visiteurs de la bibliothèque qu'elle supervise sont essentiellement des scolarisé.
"Ils viennent nombreux, en groupe, pour des révisions, en prévision des épreuves de baccalauréat ou du brevet d'enseignement moyen (BEM)", tient à préciser la bibliothécaire qui souligne que "rares sont ceux demandent un titre de la bibliothèque".
Approchés par l'APS, beaucoup de scolarisés rencontrés dans cette bibliothèque affirment que "le lieu constitue un cadre serein pour la révision en groupe".
Pour le libraire Medjoudj qui ne comprend toujours pour quelle raison les bibliothèques publiques se sont transformées en "annexes des salles de classes", il faut remédier à cette situation.
"Il faut aller au fond des choses et commencer par créer de clubs de la lecture pour les enfants", souligne convaincu le libraire. "Ce sont les adultes de demain, et c'est primordial de les initier à feuilleter un livre, à lire une histoire avant de manipuler une tablette tactile ou un ordinateur", concède-t-il.
Le vieux libraire qui s'interrogent sur "le secret de l'engouement" sur les centres culturels étrangers affirme également que "le soutien du prix du livre" pourrait faire émerger "une génération qui lit".
Du livre, de la lecture et des bibliothèques dans la ville de Mila, certains évoquant "l'absence de maisons d'édition" comme un facteur ayant contribué au désintéressement de la jeune génération à la lecture.
D'autres se demandaient si la manifestation annuelle "La lecture en fête" et les initiatives d'associations locales dans la promotion de la lecture ne doivent pas être repensées pour mieux atteindre leurs objectifs.
Le réseau des bibliothèques urbaines et des communes dans la wilaya de Mila compte actuellement 25 bibliothèques en plus d'une bibliothèque de wilaya et huit (8) autres en cours de réalisation, assure le directeur de wilaya de la culture par intérim, Lezghd Cheyaya, qui attribue le recul de la lecture à "l'expansion des nouvelles technologies de la communication et le repli du commerce de livres".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.