L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plus de 52 % des pensions directes servies aux retraités ayant moins 60 ans
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 10 - 2016

Plus de 52 % du nombre total de pensions de retraites directes sont servies aux retraités avant l'âge de 60 ans, avec une charge financière annuelle de plus de 405 milliards de dinars, selon un document du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
"Le bilan cumulé de l'application du dispositif 97-13, de 1997 à 2016, montre que près de 890.000 retraités sont des bénéficiaires de retraite avant 60 ans, soit 52% du nombre total de pensions de retraite directes servies par le système national de retraite, avec un charge financière annuelle de plus de 405 milliards de DA", précise le doucement rendu public jeudi lors d'une rencontre d'information sur la projet de loi relatif à la retraite.
Le dispositif de retraite proportionnelle et sans conditions d'âge a été institué en 1997 par l'ordonnance n° 97-13 dans les circonstances particulières du programme d'ajustement structurel élaboré par le gouvernement suite à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).
Ce dispositif a entraîné, pour un nombre important de travailleurs, des départs à la retraite anticipée à partir de 50 ans, ce qui a entraîné pour la Caisse nationale des retraites (CNR) "un manque à gagner pour les recettes de cotisations et surtout une augmentation significative de la dépense de retraite".
Le système national de retraite sert actuellement plus de 3 millions de pensions et allocations de retraite pour une dépense globale annuelle de plus de 870 milliards de DA.
Le ratio du nombre de travailleurs cotisants pour un retraité est actuellement à 2,1, alors que la norme pour garantir la viabilité d'un système de retraite est d'au moins 5 actifs cotisants pour un retraité.
Le ministère a souligné que cette situation a engendré des difficultés financières structurelles pour la CNR, qui ont été prises en charges en 2015 et 2016 par la solidarité inter-Caisses, notamment celle de la caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS).
Dans le souci de préserver le système de retraite et de garantir sa pérennité pour les générations futures, et en application de son programme approuvé par le parlement en 2014, le gouvernement a engagé un projet de réforme après une concertation avec les partenaires sociaux (UGTA-Patronat) lors de la 19ème tripartite du 5 juin 2016.
Cette réforme vise à revenir à l'âge légal de départ à la retraite, fixée par la loi et à abroger l'ordonnance 97-13 relative la retraite sans condition d'âge et à la retraite proportionnelle.
A cet effet, le projet de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi 83-12 du 02 juillet 1983 relative à la retraite, qui prévoit essentiellement 5 mesures phares, a été élaboré.
Il porte sur le maintien de l'âge minimum de la retraite à 60 ans et le maintien de la possibilité de départ à la retraite de la femme travailleuse à sa demande dès 55 ans.
Le projet de loi permet aux travailleurs de poursuivre volontairement leur activité au delà de l'âge minimum de 60 ans, dans la limite de 5 années.
Cette disposition permettra aux travailleurs concernés de valider des années de travail supplémentaires au titre de leur retraite et d'augmenter le montant de leur pension.
Les travailleurs dans les métiers pénibles pourront bénéficier de la retraite avant l'âge de 60 ans.
Un décret exécutif définira les différents métiers concernés, selon la même source.
Il s'agit de permettre aux travailleurs qui ont été exposés, à l'occasion de l'exercice de leur métier, à certains types de facteurs de risque pendant une durée donnée, de bénéficier de la possibilité de départ anticipée à la retraite.
Cette mesure prendra en compte des critères scientifiques et médicaux, la haute pénibilité de certains postes de travail liée à des contraintes physiques, environnementales ou à des rythmes de travail particulièrement éprouvants.
Ce projet de loi compte également des "règles spécifiques" concernant les travailleurs exerçant des professions hautement qualifiées ou des métiers déficitaires qui pourront bénéficier, à leur demande, d'un recul de l'âge de leur retraite avec, en contrepartie, des avantages spécifiques liés aux modalités de liquidation de leur pension.
Ces règles qui seront précisées par un décret exécutif, visent à "favoriser et à inciter le transfert intergénérationnel du savoir et du savoir-faire", note la même source.
Il est à rappeler que le projet de texte qui a été approuvé par le Conseil des ministres, sera débattu au parlement et soumis au vote des parlementaires prochainement et prévoit l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions à compter du 1er janvier 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.