Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Benflis répond au procureur de la République    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Election présidentielle du 12 décembre Le scrutin constitue l'étape pour l'édification de l'Etat de Droit    Taleb Ibrahimi, Benbitour, Rahabi et autres personnalités appellent à ne pas empêcher les Algériens de voter    Tout est fin prêt    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    La dette fiscale dépassait les 3.600 milliards DA à la fin 2016    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Agriculture: Installation de six unités de recherche scientifique à l'INVA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates    Poutine, Merkel et Zelensky à Paris: Qu'est-ce qu'un sommet au format "Normandie" ?    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Prix du sport africain 2019 : L'EN algérienne sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    MC Alger: Confiance renouvelée à l'entraîneur Casoni    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    EN : Belmadi aurait aimé jouer un match à Marseille    D'anciens ministres et hommes d'affaires condamnés à verser 20 milliards DA au Trésor public    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Adoption à la majorité de plusieurs projets de lois    Un sursis accordé jusqu'à la phase aller    Quatre à cinq mois d'absence pour Youcef Atal    Report de toutes les compétitions jusqu'au 15 décembre    Création à Tokyo d'une «Association des députés japonais pour le Sahara occidental»    Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Un motocycliste renversé mortellement par une voiture    Au moins 44 Palestiniens tués par les forces d'occupation en novembre 2019    Pour un débat serein sur la loi des hydrocarbures devant s'insérer dans le cadre d'une loi organique de la transition énergétique en Algérie    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Renégociation des accords UE-Maroc: la Commission appelée à "préserver la crédibilité" de l'UE
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 05 - 2017

L'intergroupe sur le Sahara occidental au Parlement européen a exhorté mercredi la Commission européenne à faire preuve de transparence et à "préserver la crédibilité" de l'Union en tant que bloc régional respectueux du droit européen et international lors des nouvelles négociations sur les accords UE-Maroc afin de se conformer à l'arrêt de la Cour européenne de justice (CJUE) sur le Sahara occidental.
Dans une lettre adressée à la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini et aux commissaires européens chargés du Commerce et des affaires économiques et financières, respectivement, Cécilia Malmstrom et Pierre Moscovici, l'intergroupe met en garde la Commission européenne contre toute tentative de "contourner l'arrêt de la CJUE" rendu le 21 décembre dernier, considérant un tel plan "surprenant et inquiétant" à la fois.
Vendredi dernier, l'Observatoire des ressources naturelles au Sahara occidental (WSRW) révélait que la Commission européenne a sollicité l'approbation des Etats membres de l'UE pour écarter le jugement de la Cour de justice de l'UE en négociant un nouvel accord avec le Maroc pour le commerce avec le Sahara Occidental occupé.
L'intergroupe sur le Sahara occidental s'inquiète, principalement, de la possibilité de voir la Commission européenne négocier "exclusivement" avec le Maroc et ignorer un des principes, pourtant clairs, posés par l'arrêt de la CJUE, à savoir que le Front Polisario est le représentant légitime du peuple sahraoui comme la reconnu l'ONU.
L'intergroupe met la Commission en garde contre toute manœuvre visant à confondre le "peuple" du Sahara occidental avec la "population" du Sahara occidental, constituée pour une énorme majorité de colons marocains incités à s'installer dans les territoires occupés, soulignant, à ce titre, que la CJUE se réfère explicitement au consentement du "peuple du Sahara occidental".
Il craint, également, de voir la Commission européenne aller demander le consentement d'une institution ou d'un organe marocain, alors que la CJUE a déclaré que le Maroc et le Sahara occidental sont des territoires distincts et séparés.
Les députés européens de l'intergroupe sur le Sahara occidental redoutent "un autre acte illégal" de la part de la Commission européenne qu'ils tiennent pour responsable de la bataille judiciaire menée par le Front Polisario devant la CJUE pour annuler l'accord de libéralisation UE-Maroc signée en 2012 et qui a conduit à la décision historique rendue par cette même Cour, excluant le Sahara occidental du champ d'application des accords UE-Maroc.
Mise en garde contre la tentative de "servir les intérêts géopolitiques et commerciaux" de certains
Les atermoiements de l'UE inquiètent les parlementaires européens qui dénoncent ces tergiversations visant à "servir des intérêts géopolitiques et commerciaux" de certaines parties occultes.
"Le droit européen et international ne peut pas être pris à la légère", ont-ils affirmé dans leur lettre aux dirigeants européens, mettant l'accent sur la nécessité de "ne pas renier les droits du peuple sahraoui simplement pour servir les intérêts géopolitiques et commerciaux de quelques-uns".
L'intergroupe sur le Sahara occidental au Parlement européen exhorte, dans ce contexte, l'exécutif européen à faire preuve de "transparence" sur le mandat sollicité auprès des Etats membres de l'Union pour lancer de nouvelles négociations sur l'accord de libéralisation UE-Maroc.
L'intergroupe exige, à ce titre, de l'exécutif européen de réponde à une dizaine de questions sur la manière de se conformer à l'arrêt de la CJUE qui a conclu que les accords d'association et de libéralisation UE-Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental.
Les députés européens s'interrogent notamment comment la Commission comptait procéder pour solliciter le consentement du peuple sahraoui, et si elle envisageait d'inclure les Sahraouis vivant en territoires libérés et dans les camps des réfugiés à Tindouf.
Ils exigent, en outre, de la Commission des garanties sur la conformité des nouvelles négociations qu'elle compte lancer avec le Maroc à l'arrêt de la CJUE et des explications sur sa façon de procéder pour surveiller la mise en œuvre des accord UE-Maroc au Sahara occidental occupé, sachant que ce territoire reste inaccessible aux observateurs internationaux, aux parlementaires et aux journalistes.
Dans un entretien accordé à la revue Afrique-Asie, l'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, Amar Belani a rappelé que "la décision irrévocable de la justice européenne est contraignante aussi bien pour la Commission européenne que pour les Etats membres de l'UE", soulignant que cette décision, "découle du statut distinct et séparé reconnu par le droit international et la Charte des Nations unies au Sahara occidental en tant que territoire non autonome".
Mettant en garde contre les solutions de contournement, Belani a estimé qu' "il serait regrettable" que "l'UE décide, au nom d'un pragmatisme de mauvais aloi, de fouler au pied les principes et valeurs sur lesquels elle a été construite et dont elle se prévaut dans ses relations avec le reste du monde".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.