Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La famille Guettaf, ou la mémoire photographique de Boussaâda
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 08 - 2017

Située au détour d'une des artères principales du centre-ville de Boussaâda, le local de Lakhdar Guettaf, dont l'enseigne indique qu'il s'agit d'un photographe de portraits, est bien plus que cela: le lieu renferme une précieuse collection de clichés datant du siècle précédent et se rapportant à cette ville pittoresque de la Hodna: Des scènes de la vie quotidienne de cette époque révolue, des personnages locaux et autres, des édifices historiques maintenus dans leur usage depuis ou transformés pour une autre utilité publique, etc.
L'on peut distinguer, entre autres, de vieux clichés de cireurs de chaussures, au milieu d'une placette publique, fréquentée par des passants indigènes en burnous et pieds nus, pour certains. D'autres, de bus à deux niveaux reliant Boussaâda à Bordj-Bou-Arreridj ou indiquant la fonction de "service des marchés", le tout rappelant l'ère coloniale et le joug de l'occupation française.
Une autre photo, tout aussi bien conservée que les autres, renseigne sur la vocation initiale de l'actuel siège de la police judiciaire de la ville: celui-ci abritait un hôpital, tandis que l'on distingue dans un autre cadre-photo l'école de Sidi Thameur, datant du siècle précédent et destinée encore aujourd'hui à l'enseignement. Il en est de même pour des édifices comme l'hôtel "Les Oasis" et autres.
Lakhdar Guettaf est également ravi de compter dans ses précieuses archives photographiques, des reproductions des £uvres originales d'Etienne Dinet datant de 1902 et qu'ils a pu se procurer en France.
Autant de "documents" qui occupent les étagères des présentoirs en verre ou accrochés, pour certains, sur les murs de la propriété de ce passionné de photographie, héritée de son défunt père, Mohamed, et acquise au lendemain de l'indépendance.
"Mon père a appris tout jeune les rudiments de ce métier auprès d'un Espagnol durant la colonisation mais aussi de son propre père qui a été lui-même formé par un photographe français. Je garde encore en mémoire les conditions dans lesquelles il exerçait, comme l'absence de l'électricité et les moyens rudimentaires. A l'époque, Il était le seul photographe à Boussaâda et par conséquent, très sollicité", se souvient Lakhdar.
Il se remémore, en outre, que durant les premières années de son apprentissage, le développement des clichés photos se faisait au moyen de plaques et les retouches à apporter d'un crayon spécial. Le lancement de sa carrière, en solo, s'est effectué dès 1978 et aujourd'hui, tout comme son père en son temps, il est considéré comme étant le plus ancien photographe de la ville. Dans son activité, il est soutenu par son fils ainé qui a acquis, à son tour et par la même occasion, les principes de ce métier.
Développant une préférence particulière pour la photo ancienne et en noir et blanc, ce dernier dévoile fièrement sa collection amassée au fil des années dans son studio. Si bien que lorsqu'on y entre, l'on ne peut s'empêcher de marquer une longue pause devant certaines photos. "Souvent, des touristes nationaux et étrangers, dont des diplomates, affichent leur intérêt à découvrir le vieux Boussaâda", souligne-t-il, avant d'insister sur l'importance de préserver "la mémoire" de cette ville et de ses habitants.
Il déplore, néanmoins, que depuis un moment le métier de photographe semble être "en phase de déclin", arguant de "l'invasion" du numérique qui fait sensiblement reculer le besoin de se prendre en photo "comme cela se faisait avant". Et de faire observer que même pour certains documents administratifs, comme le passeport, les photos sont prises à la Daïra. Pour autant, il ne peut s'empêcher d'entretenir l'espoir d'un éventuel rapide retour des "beaux jours" de ce métier, considéré, par ailleurs, comme une expression artistique en soi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.