Saisie de près de 10 quintaux de kif traité à Naâma    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    «Zoukh m'a demandé de choisir les bus Tahkout»    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    Le MSP pour un régime parlementaire    Sétif renoue avec le confinement    Remise de 860 clés aux bénéficiaires des logements AADL et LPA à Taher et El-Aouana    Programme spécial pour les zones d'ombre    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    9 décès et 475 nouveaux cas en 24 heures    Trois suspects arrêtés    Ali Laskri jette l'éponge    Deux PME préparent leur introduction    Le procès de l'ancien directeur de l'agence foncière reporté    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Sidi Bel-Abbès: Les blouses blanches descendent dans la rue    Usto, Es-Senia et Saint Eugène: 4 dealers arrêtés, de la cocaïne et des psychotropes saisis    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Les 13 manifestants acquittés    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





l'Algérie sollicite l'aide du Fonds vert onusien pour le climat pour financer un projet sur le Barrage vert
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 03 - 2018

L'Algérie a demandé au Fonds vert pour le climat, un mécanisme financier de l'ONU, de mobiliser 50 millions de dollars pour financer un projet intégré visant à restaurer des terres dans les zones arides et semi arides du Barrage vert, a indiqué mardi à Alger le directeur général des Forêts, Azzedine Sekrane.
"La Direction général des Forêts (DGF) a présenté une idée de projet sur le Barrage vert à soumettre au financement dans le cadre du Fonds vert pour le climat", a déclaré lors d'un atelier de concertation nationale sur la réhabilitation du Barrage vert.
D'une durée de 5 ans, ce projet vise à prévenir, réduire au minimum et à faire reculer la désertification et la dégradation des terres, d'atténuer les effets de la sécheresse dans les zones touchées, en améliorant la résilience des systèmes humains et naturels des zones du Barrage vert à travers une gestion durable et une réhabilitation des forêts et pâturages.
Sur les 50 millions de dollars demandés par la DGF, 20 millions seront consacrés à la mise en oeuvre d'activités de restauration des écosystèmes affectés en privilégiant les espèces autochtones résilientes, 20 millions de dollars pour l'amélioration de la gestion des zones vulnérables de façon à prévenir la désertification, 5 millions pour la mise en place d'un système de surveillance des effets du changement climatique et d'aide à la prise de décision.
Les 5 millions restant seront destinés au renforcement de la prospective et de la recherche, au développement de l'activité des petits exploitants et soutien des entreprises vertes et bleues, afin d'assurer des réponses durables aux changements climatiques.
La zone d'intervention du projet couvre les 10 wilayas du Barrage vert, soit l'essentiel des zones arides et semi arides du pays.
Une équipe technique de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) compte se déplacer cette semaine à M'sila, choisie comme wilaya pilote, afin d'évaluer les action à lancer dans le cadre du projet, et ce, avant la fin avril prochain, a fait savoir M. Sekrane.
La décision du Fonds vert pour le climat est tributaire essentiellement des résultats de cette évaluation, souligne-t-il.
"En grande partie, les changements climatiques sont responsables de la dégradation du Barrage vert. A partir de ce constat, nous avons demandé des financements (du Fonds vert) qui vont contribué aussi à la formation et à la recherche scientifique afin de lutter efficacement contre ce phénomène", a-t-il expliqué.
La DGF s'est appuyé, dans ce sens, sur les résultats d'une étude réalisée en 2017 par le Bureau national d'étude pour le développement rural (Bneder), portant sur la réhabilitation et l'extension du Barrage vert, sur plus de 4,7 millions d'hectares.
Cette étude qui relève la dégradation de 50 % de la zone Barrage, a fait ressortir un plan d'action mettant l'accent sur la restauration et le développement des espèces endémiques des zones arides et sahariennes en tenant compte de la résilience et la protection de la biodiversité.
Le plan d'action proposé inclut les domaines forestier, dunaire et agropastoral ainsi que les bandes routières, en intégrant aussi les aspects socio-économiques.
De son coté, le représentant de la FAO en Algérie, Nabil Assaf, a affiché la disponibilité de cet organisme onusien à accompagner la démarche de la DGF pour l'octroi des financements nécessaires.
"En tant que membre agréé au Fonds vert pour le climat, nous allons soutenir les efforts de l'Algérie pour concrétiser ce projet. La FAO va non seulement accompagner l'Algérie pour mobiliser les fonds nécessaires, mais veux aussi bénéficier de son expérience dans la lutte contre la désertification et dupliquer cette expérience au niveau mondial ", a-t-il déclaré.
Il appelé par ailleurs à adopter une approche participative dans la mise en oeuvre des projets de réhabilitation du Barrage vert et de développer l'innovation dans la lutte contre la désertification afin de surmonter les difficultés dues aux conditions climatiques.
Rattaché à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), le Fonds vert pour le climat est un instrument financier onusien qui a pour objectif de réaliser le transfert de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables afin de mettre en place des projets pour combattre les effets des changements climatiques.
L'Algérie avait souligné lors de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) son engagement à lutter contre les changements climatiques en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre de 7% à l'horizon 2030.
Cette contribution peut atteindre 22% si l'Algérie arrive à obtenir le soutien financier international et le transfert technologique nécessaire.
Pour ce faire, l'Algérie s'appuie sur les principaux secteurs stratégiques dont l'énergie, l'industrie l'habitat et les Forêts.
Initié en 1970, le projet du Barrage vert vise à créer une véritable barrière de verdure reliant les frontières algériennes d'Est à l'Ouest sur une longueur de 1.500 km et une largeur de plus de 20 km, soit une superficie de plus de 3 millions hectares.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.