Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Ramadhan: Algérie Poste a assuré une disponibilité du réseau postal de l'ordre de 97.3%    Documentaire-Hirak: le W.Times avait prédit une riposte de médias dérangés par la démarche du président    Vers le retour des cadres et militants exclus    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Oran : Des décisions pour relancer le secteur du logement    8 décès et 137 nouveaux cas en 24 heures    Un plan pour Souk Ahras    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    Valse des entraîneurs: La Tunisie et l'Algérie sur le podium !    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Levée de confinement: Le début de la fin ?    Deux trafiquants de kif et psychotropes sous les verrous    Confinement: Les commerçants appellent à l'allégement des mesures    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





NAPEC 2018: l'Algérie, une destination d'investissements importants dans le domaine minier
Publié dans Algérie Presse Service le 26 - 03 - 2018

Dans une communication, animée lors d'une table ronde intitulée "Pétrole et gaz, les opportunités ouvertes au partenariat" et consacrée à l'évaluation des bassins pétroliers et gaziers en Afrique du Nord, Lounes Adour a affirmé que les opportunités "sont nombreuses dans le domaine minier en Algérie, notamment avec la révision en cours de la Loi sur les hydrocarbures."
Les domaines ouverts à l'exploration concernent, notamment, l'exploration dans les régions frontalières et dans l'offshore (en mer) et le développement de nouvelles découvertes de pétrole et de gaz, ainsi que dans celui des ressources non conventionnelles, a-t-il souligné.
Concernant l'exploration en offshore, le Directeur des études prospectives Al-Naft a indiqué que celle-ci se situe à des profondeurs avoisinant les 1.800 mètres de profondeur sur une superficie estimée à 5200 km2.
"Des études récentes ont démontré que le potentiel en hydrocarbures en offshore est très important, même s'il y a une certaine réticence de la part des compagnies étrangères à investir dans l'exploration en raison de la crise actuelle née de la baisse des prix du pétrole", a-t-il fait savoir.
Concernant les ressources non conventionnelles d'hydrocarbures, Lounes Adour a souligné que l'Algérie se place à la troisième place mondiale en matière de réserves, indiquant qu'Al-Naft a, dans ce domaine, lancé des recherches ces deux dernières années sur le potentiel d'hydrocarbures dans les bassins des régions dans le sud du pays, ainsi que dans le nord, dans la région du Hodna.
De son côté, le libyen Abdulqadir Aljalali, conseiller du département exploration et production de la compagnie libyenne "NOC" a, dans une communication intitulée "Les perspectives dans le secteur des hydrocarbures en Libye", indiqué que son pays souhaite attirer les investisseurs dans le domaine de la réhabilitation des installations des hydrocarbures ayant subi des dommages lors des événements vécus dans les dernières années.
"La Libye veut attirer les investisseurs dans le domaine des hydrocarbures qui a été très mis à mal durant les dernières années et augmenter ses capacités de production", a-t-il souligné, ajoutant que la Libye a mis en place un ambitieux plan pour augmenter ses capacités de production de pétrole et de gaz, notamment dans la zone de Zellaf dans le sud de la Libye, avec le projet d'une nouvelle raffinerie et l'augmentation de ses capacités de récupération dans les réservoirs.
Concernant les hydrocarbures non conventionnelles, dont les réserves en pétrole sont estimées à 20 milliards de barils, la Libye compte également développer ce secteur, ainsi que tous les autres afin de relancer son secteur d'hydrocarbures, a ajouté Aljalali.
Pour sa part, Jallel Smaoui, Directeur Central de stratégie et de développement de la société tunisienne des hydrocarbures "ETAP" a souligné, dans son intervention intitulée "Les challenges dans l'industrie des hydrocarbures et les perspectives en Tunisie, dans l'exploration et le développement", qu'avec la nouvelle loi tunisienne sur les hydrocarbures (avril 2017), la Tunisie veut faciliter l'investissement dans le domaine de la recherche, de l'exploration et de la production, en attirant l'investissement en offshore notamment.
Tout en soulignant que la production des hydrocarbures est en baisse en Tunisie, M. Smaoui a estimé que l'investissement permettra de relancer le secteur, notamment avec les nouvelles découvertes réalisées en 2017 et l'exploration en mer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.