Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    Le soutien sans réserve du FLN    Les avocats maintiennent la pression    Les commerçants de boissons alcoolisées reviennent à la charge    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    Impact sur la demande intérieure globale    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Le ministre des Affaires étrangères à Tunis pour une visite de travail    Visite du président du gouvernement espagnol    Trump exige un contrôle antidopage de Biden en vue de leur débat    La fille des Aurès    Les non-dits    Mandi buteur face au Real    Belhoucini à Umm Salal, c'est fait !    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Prise en charge psychiatrique d'adolescents : Plaidoyer pour l'aménagement de structures d'hospitalisation    Plus de 10 ha partent en fumée    Les partenaires sociaux pas très convaincus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Actucult    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Les contaminations continuent de baisser    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des universités françaises n'appliqueront pas l'augmentation d'inscription
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 01 - 2019

Près d'une quinzaine d'établissements universitaires en France a décidé de ne pas appliquer, à quelques jours des nouvelles inscriptions, l'augmentation des frais d'inscriptions pour les étudiants non-résidents en Union européenne.
Cette mesure, rappelle-t-on, a été décidée par le gouvernement pour la rentrée de l'année 2019.
En novembre dernier, le Premier ministre Edouard Philippe avait annoncé l'augmentation des frais de scolarité des étudiants, ne résidant pas dans l'espace économique européen (EEE), dès la rentrée 2019, de 170 euros pour la licence et 243 euros pour le master à respectivement 2.770 euro et 3.770 euros.
Il avait expliqué que cette hausse visait l'amélioration des conditions d'accueil et davantage de financement des bourses. Mais cette décision a soulevé un tollé au sein de la communauté universitaire qui l'a qualifiée de "discriminatoire".
Mardi, lors du congrès de l'Université de Strasbourg, le président Michel Deneken a déclaré qu'il n'appliquera pas la hausse des nouveaux droits d'inscriptions des étudiants étrangers.
A l'appel d'un collectif de doctorants et de docteurs, Dicensus, et d'une intersyndicale réunissant la Fédération syndicale unitaire (FSU), la Confédération générale du travail (CGT), Forces ouvrières (FO), Sud, Solidaires étudiants, plus d'une soixantaine de chercheurs, professeurs, doctorants et étudiants de l'Université de Strasbourg, se sont rassemblés pour exprimer leur refus de la hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers.
La décision du président de l'Université de Strasbourg rejoint celles des autres universités françaises comme Nanterre, Clermont-Auvergne, Aix-Marseille, Toulouse Jean-Jaurès, Lyon-II, Rennes-II, Angers, Le Mans, Tours, Rennes-I, Caen et Rouen.
La maire de Paris Anne Hidalgo a même saisi le Premier ministre pour lui exprimer ses "plus vives inquiétudes".
Elle a souligné, dans une correspondance, que "tandis qu'ils sont 67.000 à être aujourd'hui accueillis à Paris, elle me semble ( ) de nature à dissuader, à l'avenir, de nombreux talents d'entamer des démarches d'accès aux études en France".
Alors que ministère de l'Enseignement supérieur exige de ses fonctionnaires "obéissance et loyauté, nombre de responsables d'établissements universitaires jugent cette augmentation "inapplicable et contre-productive".
Concernés par cette mesure, les étudiants algériens en France, rappelle-t-on, sont parmi les plus nombreux à étudier en France avec un nombre de 30.521 contre 26.116 en 2017, selon les dernières données de Campus France.
Dans le top 25 de 2017, l'Algérie occupait le 3e rang après le Maroc et la Chine avec +10 % en évolution des effectifs de 2011 à 2016.
Dans le nouveau classement, elle passe au 2e rang derrière le Maroc (39.855) et devance la Chine (30.071) pour un total de 343.400 étudiants étrangers ayant choisi la France pour suivre des étude pour l'année universitaire 2017-2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.