La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PLF 2020 : l'UNOA et la Chambre nationale des notaires soulèvent leurs préoccupations devant l'APN
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 10 - 2019

L'Union nationale des ordres des avocats (UNOA) et le Chambre nationale des notaires ont soulevé, jeudi, devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), leurs préoccupations concernant les nouvelles dispositions touchant le régime fiscal régissant les professions libérales non commerciales, prévues par le projet de Loi de finances (PLF 2020).
A cette occasion, le président de l'Union nationale des ordres des avocats (UNOA), Ahmed Saï a estimé lors d'une séance présidée par le président de la Commission Tarek Tridi, que le Projet de la loi de finances contient un nouveau régime des taxes imposées à l'avocat qui est susceptible de "peser lourd sur son budget", appelant les membres de la Commission à prendre compte les propositions formulées par l'UNOA et à les intégrer parmi les amendements qui seront soumis au Gouvernement et à transmettre leurs préoccupations au ministère des Finances.
Parmi ces propositions, M. Saï évoque l'importance du paiement à la source, soit, a-t-il expliqué, soumettre l'avocat à un impôt forfaitaire "unifié" qu'il doit impérativement payer pour chaque affaire sous peine de voir son affaire rejetée par les instances judiciaires, les affaires intervenant dans le cadre de l'assistance judiciaire devant être dispensées de cet impôt.
Il a également appelé à fixer l'impôt forfaitaire unifié à " 1.000 DA devant les tribunaux de première instance et à 1.200 DA devant les Cours de justice, les tribunaux administratifs et les tribunaux criminels", indiquant qu'en " cas de présence de plus d'un avocat dans la même affaire, chaque avocat doit s'acquitter individuellement de l'impôt forfaitaire unifié".
L'UNOA propose, poursuit le même intervenant, que les services d'impôt mettent à disposition des bons de versement et leur vente à l'avocat qui se doit de les joindre à la lettre de constitution ou à la requête et de la revêtir de son griffe professionnelle.
Le représentant de la Chambre nationale des notaires, Mounir Mezaache a indiqué que le système fiscal constituerait, en cas de son adoption, "un grand obstacle entravant l'activité de plusieurs professions libérales à l'instar du notariat, et un véritable fardeau au vu des impôts et taxes qui contraindront plusieurs notaires à mettre les clefs sous le paillasson notamment ceux installés dans le grand Sud où les honoraires ne forment même pas un salaire mensuel décent".
C'est pourquoi, la Chambre plaide pour le maintien de l'ancien système avec une éventuelle révision de l'impôt forfaitaire en l'élevant de 12% à 15% , du moment que ce texte n'a jamais fait objet de contestation auparavant, a-t-il poursuivi.
Pour sa part, M. Tridi a rappelé que cette rencontre intervenait à la demande de ces institutions, promettant par la même de soulever toutes les préoccupations au Gouvernement et au ministère des Finances, mais également de les soumettre au débat par les membres de la commission pour parvenir à une solution consensuelle et préserver, ainsi, l'intérêt du citoyen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.