Man City : Un intérêt pour Harry Kane    Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    AADL: lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 10 - 2019

Le Directeur général des impôts, Kamel Aïssani, a estimé, avant-hier mardi à l'Assemblée populaire nationale (APN), que le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements, citant l'importateur qui s'acquitter d'impôts moins élevés que le salarié qui est soumis d'office à l'impôt sur le revenu global (IRG), alors que l'importateur bénéficie de l'impôt forfaitaire basé sur la déclaration de ses revenus.
«Il n'est pas raisonnable qu'un simple coiffeur, par exemple, bénéficie de l'impôt forfaitaire de la même manière que ceux qui exercent des professions libérales aux revenus élevés», a indiqué M. Aissani qui a fait cas d'un montant de plus de 5 400 milliards de DA (45 milliards de dollars) représentant la valeur des recouvrements restants depuis des années. S'exprimant devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), le DG des Impôts a fait cas de nouvelles dispositions contenues dans le projet de loi de finances 2020.
Des mesures susceptibles, a-t-il dit , de simplifier davantage le régime fiscal dans son volet relatif aux professions libérales, d'améliorer la rentabilité de l'impôt forfaitaire unique (IFU), et, de corriger certains aspects d'injustice fiscale à l'égard des citoyens en limitant l'IFU aux petits commerçants. «La restructuration des régimes fiscaux prévue dans le projet de loi de finances 2020 visait à consacrer le principe d'égalité fiscale», a affirmé Kamel Aissani. Les dispositions fiscales contenues dans le projet de loi de finances 2020, a observé M. Aissani, concernaient en particulier la réduction du seuil d'imposition à l'impôt forfaitaire unique (IFU) de 30 à 15 millions de dinars, rappelant que le régime en question exclut les personnes morales (entreprises). «Le régime de déclaration inhérent aux bénéfices non commerciaux (BNC) pour les revenus ne dépassant pas 15 millions de dinars sera réintroduit», a-t-il ajouté.
La restructuration des régimes fiscaux prévoit également, a poursuivi le Directeur général des Impôts, l'imposition d'un impôt sur le revenu d'une valeur comprise entre 10 et 15 % pour les activités de consulting parmi les activités de recherches et d'enseignement ainsi que la hausse de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères en vue de financer les communes et réduire de 80 à 30 % le montant de l'abattement appliqué sur les contrats portant sur l'utilisation de logiciels informatiques. L'intervenant a également fait cas d'amendements relatifs aux modalités d'élaboration des attestations pour le transfert de fonds à l'étranger par les entreprises étrangères activant en Algérie. Ces dispositions, a-t-il observé encore, porteront sur l'obligation de soumettre ce document aux transactions commerciales ou découlant des activités à caractère économique.
A l'exception, a-t-il poursuivi encore, des frais des soins à l'étranger, les bourses de formation et les frais d'inscription aux séminaires. Aussi, a-t-il insisté sur l'impératif de revoir les exonérations fiscales, en maintenant, a-t-il dit, uniquement celles qui prouvent leur rentabilité et leur impact positif sur l'économie nationale. «Un travail est en cours pour renforcer les capacités humaines et logistiques de la direction des impôts pour plus d'efficacité dans le recouvrement fiscal », a-t-il encore ajouté. Pour leur part, les membres de cette Commission ont, lors de cette séance, présidée par Tarek Tridi, le président, souligné la nécessité d'une coopération de la DGI avec les autres organismes à même de renforcer le contrôle.
Mettant, au passage, en garde, contre d'éventuelles augmentations des impôts et des taxes au détriment, ont-ils indiqué, des capacités des entreprises algériennes sans prendre en considération la situation économique actuelle. Plaidant, à l'occasion, pour le versement des 30 % aux wilayas au lieu des APC, du moment qu'il existe des communes riches, qui peuvent se passer de ces recettes, et d'autres, très pauvres, affirmant que la wilaya, étant bien placée, est mieux informée de la nécessité de chacune de ses communes. De leur côté, certains députés ont proposé le retour au pourcentage dans le calcul de cet impôt, au lieu de l'adoption d'un montant défini, à l'instar de l'imposition d'un taux de 0,1 % sur les biens de moins de 700 millions Da, et 1% sur les biens dépassant ce montant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.