Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Ces partis à candidats «extra-muros»    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Conseil de sécurité divisé proroge le mandat de la Minurso d'une année
Publié dans Algérie Presse Service le 31 - 10 - 2019

Le Conseil de sécurité a prorogé mercredi le mandat de la mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental (Minurso) d'une année lors d'un vote qui a enregistré 13 voix pour et deux abstentions (la Russie et l'Afrique du Sud).
La résolution présentée par les Etats-Unis appelle les partis au conflit, le Front Polisario et le Maroc, à reprendre les négociations sous les auspices de l'ONU et sans préconditions, en vue de parvenir à une solution garantissant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.
Soulignant que le statut quo au Sahara Occidental est " inacceptable ", la résolution précise que des progrès dans les négociations sont nécessaires pour améliorer la qualité de vie des sahraouis sous tous ses aspects.
La délégation américaine à l'ONU a presque maintenu inchangée la résolution d'avril dernier à l'exception du retour à un mandat de 12 mois au lieu de six mois.
Depuis 2018, les Etats-Unis ont réussi à imposer des mandats de six mois pour faire pression sur les deux partis au conflit afin qu'ils reprennent les négociations.
Intervenant juste après la mise aux voix du projet de résolution, la délégation américaine à l'ONU tenu à préciser que " le renouvellement de 12 mois en raison de circonstances uniques ne signifie pas un retour au statut quo ".
Le représentant américain a demandé aux deux parties au conflit de reprendre le dialogue de bonne foi et sans préconditions.
Se félicitant de " l'appui majeur " du Conseil de sécurité à la mission onusienne, il affirmé que " le moment était propice pour parvenir à une solution politique, juste, mutuellement acceptable permettant l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental ".
La Russie qui s'est abstenue de voter sur le texte de la résolution a expliqué qu'elle n'acceptait pas les tentatives visant à redéfinir l'axe du processus de négociations mené sous l'égide de l'ONU ou à modifier les approches convenues dans les résolutions précédentes du Conseil de sécurité".
" Malheureusement ces dernières années ont vu des modifications qui nuisent à l'approche neutre du Conseil de sécurité, ce n'est pas tolérable d'estomper des paramètres qui étaient acceptés précédemment ".
La Russie tout comme l'Afrique du Sud refusent le remplacement de principes de base relatifs au processus onusien par des généralités sur la nécessité de trouver " des solutions réalistes ou des compromis ", qui selon les deux pays, sapent la confiance vis-à-vis du Conseil de sécurité et assombrissent les perspectives de paix au Sahara Occidental.
De son côté la délégation sud-africaine qui assure la présidence tournante du Conseil de sécurité pour le mois d'octobre a jugé le texte " déséquilibré ", affirmant que les concepts " réalisme et compromis utilisés dans la résolution sont une tentative visant à saper le principe d'autodétermination établi par l'Assemblée générale et les résolutions du Conseil de sécurité ".
L'ambassadeur sud-africain, Jerry Matjila, a réaffirmé le soutien de son pays à l'autodétermination du peuple sahraoui, déclarant privilégier un mandat de six mois pour permettre au Conseil de sécurité d'effectuer un suivi régulier de l'évolution du processus politique.
Dans une première réaction à l'adoption de la résolution, le Front Polisario a affirmé que le processus sous l'égide de l'ONU se " trouve à un point critique " relevant qu'il "n'avait d'autre choix que de revoir son engagement dans ce processus".
" L'adoption de la résolution 2494 (2019) du Conseil de sécurité, sans aucune action concrète pour faire avancer le processus de paix des Nations Unies, est un retour regrettable et inacceptable au statut quo au Sahara Occidental et porte un sérieux coup à l'élan politique que le Conseil de sécurité a entretenu au cours des 18 derniers mois" , a réagi le Front Polisario dans un communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.