Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    Mostaganem: marche populaire de soutien à l'élection présidentielle et à l'ANP    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    A BATNA : Mihoubi plaide pour la préservation de l'Algérie    HADJ 2020 - 2021 : Début des inscriptions mercredi    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    «Aux entreprises de s'adapter !»    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Premier débat télévisé entre candidats à la présidentielle: Des réformes urgentes pour dépasser la situation difficile    Skikda: 19 harraga secourus    Journées d'information à la CNAS: Des allègements en faveur des personnes aux besoins spécifiques    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 11 - 2019

Des diabétologues et des spécialistes en médecine interne ont affirmé, samedi à Alger, que 5% seulement des diabétiques de type 2 "ont réellement besoin d'un traitement médicamenteux innovant".
Intervenant lors d'une conférence de presse, animée avec une élite de spécialistes, en marge de la clôture du 21ème congrès national de diabétologie, le chef de service de diabétologie-endocrinologie au Centre hospitalo-universitaire Hassani Isaad de Beni Messous, Pr. Mourad Samrouni a indiqué que "la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) refuse d'inscrire les médicaments innovants sur la nomenclature des médicaments remboursables, en raison de leurs coûts, sans se soucier de leur efficacité".
"5 % seulement des diabétiques ont réellement besoin de ces médicaments dont l'efficacité est établie dans la prévention contre les complications du diabète et la garantie de l'équilibre glycémique", a-t-il dit.
Parmi les autres complications, le Pr. Semrouni, également président de la Société algérienne de diabétologie, a cité l'accident vasculaire cérébral (AVC) et la crise cardiaque, ajoutant que ce type de traitement assure l'équilibre glycémique et lutte contre l'obésité".
Selon le spécialiste, "prescrire ce traitement à 5% des diabétiques contribue, au fil du temps, à réduire les coûts, étant donné que la catégorie la plus exposée à cette maladie ne cesse de s'accroître".
Pour sa part, le Pr. Mansour Brouri, spécialiste en médecine interne à l'Etablissement public hospitalier (EPH) de Birtraria a indiqué que "le diabète qui prend des proportions alarmantes en Algérie et dans le monde, vient en quatrième position des maladies chroniques mortelles".
Si les autorités publiques n'arrivent pas à maitriser les facteurs de risque, la hausse de l'obésité (13 millions d'Algériens en excès de poids) et l'absence de contrôle effectif du diabète (touchant 15 % des personnes âgées entre 18 à 69 ans), l'enregistrement de nouveaux cas aura "des retombées désastreuses sur la santé et l'économie nationale".
En dépit des résultats enregistrés en matière de prise en charge du diabète en Algérie depuis 2008, similaire à celle appliquée dans les pays développés, ce traitement a, néanmoins, régressé en raison du non recours aux molécules innovantes, a indiqué Pr Brouri.
Adnan Zaamoum, chef de service de médecine interne à l'Etablissement hospitalier universitaire (EHU) de Constantine a cité "l'avantage des médicaments innovants aussi bien pour le malade que pour l'économie nationale, se référant aux résultats de ce traitement dans les pays l'ayant adopté".
Pour sa part, Yacine Sellam, maître-assistant à l'université d'Alger en pharmaco-économie a évoqué le fardeau qu'est le diabète pour la CNAS, vu qu'il représente, à lui seul, 28,2 % du coût global des médicaments remboursés".
En 2018, l'insuline, à elle seule, a coûté à la CNAS 36 milliards de DA et les bandelettes d'auto-surveillance glycémique (14.5 milliards de DA) et les médicaments par voie orale (7,3 milliards de DA), soit un coût global de plus de 57 milliards de DA, a-t-il précisé.
Les coûts indirects de la prise en charge du diabète, soit de ses complications ont dépassé 230 milliardsde DA (1.9 milliard de dollars) contre près de 290 milliards de DA pour la prise en charge du diabète et de ses complications, soit 1/5 des ressources destinées au secteur de la santé, a-t-il indiqué.
L'introduction des médicaments innovants évitera au malade les complications et une mort précoce, et assurera des ressources financières à la caisse et au secteur de la santé.
De son côté, le président de l'Association des diabétiques de la wilaya d'Alger, Fayçal Ouhadda a cité les problèmes dont souffrent certains diabétiques, insistant sur l'impératif d'introduire les nouveaux médicaments que réclament les malades.
Il a appelé les spécialistes à "appliquer les recommandations mondiales des associations et sociétés scientifiques européennes et américaines en Algérie, en adéquation avec les derniers développements survenus à travers le monde".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.