Possible jumelage des élections législatives avec les élections locales    Djerad prône une «réelle rupture»    Création d'une Fédération des énergies renouvelables et de la transition énergétique    La fonte en attendant les réformes    Le lion change de look    RC Relizane-USM Bel-Abbès à Chlef    Feu vert pour la venue d'Al-Hilal à Alger    Algérie-Zambie en amical au Maroc ?    «Des centaines de milliers de vaccins arriveront très prochainement»    Actuculte    En quête d'Alger(2)    L'ALPS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Journée internationale des mathématiques : L'USTHB rend hommage au Pr Khelladi    Les promotions aux postes supérieurs tiennent en compte le principe d'égalité entre les enfants des différentes régions du pays    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Denis Lavagne. Entraîneur de la JS Kabylie : «Le plus dur reste à faire»    Ligue des champions d'Afrique (Groupe D) : Le Mouloudia dès aujourd'hui au Sénégal    Voici les pays qui mènent la course    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Air Algérie: suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    La Cour de justice européenne examine le recours du Front Polisario    Londres "suit de près" la situation au Sahara occidental    Madaure, cité savante, site ignoré    La révolte du désespoir    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Le poulet coûtera désormais cher !    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    10.000 logements à la clé    Tout est sous contrôle    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poursuite des réactions dénonçant la résolution du Parlement européen sur l'Algérie
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 11 - 2019

Plusieurs formations politiques et estudiantines ainsi que le Parlement arabe ont dénoncé, vendredi, la résolution votée, jeudi, par le Parlement Européen (PE) sur "la situation des libertés en Algérie", la qualifiant de tentative d'ingérence flagrante dans les affaires internes du pays, mettant l'accent, à ce propos, sur le respect de la souveraineté de l'Algérie, Etat et peuple.
A ce titre, le Groupe parlementaire du parti de Rassemblement national démocratique (RND) à l'Assemblée populaire nationale (APN) a vivement dénoncé, vendredi dans un communiqué, "la résolution adoptée par le PE", estimant qu'il s'agissait "d'une ingérence flagrante dans les affaires internes de l'Algérie".
"Libre, indépendante et souveraine dans ses décisions, l'Algérie refuse catégoriquement toute ingérence ou diktat et ne se soumet à aucun marchandage de n'importe quelle partie", a affirmé le groupe, ajoutant que "le peuple algérien rejette toutes les parties qui font appel aux forces étrangères, notamment celles connues pour leur hostilité historique à l'égard de l'Algérie et de son peuple".
Dans le même sillage, le groupe a salué "la position du peuple algérien qui refusant toute ingérence étrangère, est déterminé d'opérer le changement par les moyens pacifiques et d'appliquer les articles 7 et 8 de la Constitution, à savoir aller vers une élection libre et transparente
pour élire un nouveau président le 12 décembre prochain".
Cette résolution est "en contradiction avec les principes des Nations Unies sur la non-ingérence dans les affaires internes des pays et la déclaration des principes du droit international sur les relations amicales et la coopération entre Etats, et contraire au principe de bon voisinage
entre Etats arabes et européens", lit-on dans le communiqué.
Le président par intérim du Conseil de la nation, Salah Goudjil avait affirmé, jeudi, que la Chambre haute du Parlement "rejetait les agendas étrangers dictés à l'Algérie, soulignant, dans ce cadre, l'indépendance de la décision politique de l'Algérie, avant d'appeler le peuple algérien à "donner au monde une leçon à travers sa participation massive à l'élection présidentielle du 12 décembre prochain".
Il a dénoncé, par la même, "une connivence sans précédent entre les ennemis de l'Algérie, de l'intérieur et l'extérieur".
A son tour, l'Assemblée populaire nationale (APN) a dénoncé, dans un communiqué, la résolution adoptée par le Parlement européen la qualifiant d'"ingérence flagrante dans les affaires internes" et de "provocation pour le peuple algérien".
Le ministère des Affaires étrangères a dénoncé, à son tour, la résolution du Parlement Européen qui "a pris l'outrecuidante liberté de statuer sur le processus politique en cours dans notre pays, au moment précis où les Algériens s'apprêtent à élire, en toute démocratie et transparence , un nouveau président de la République".
De son côté, le ministre de la Communication, Porte-parole du gouvernement, ministre de la Culture par intérim, Hassen Rabehi, avait mis en garde que l'Algérie, en tant qu'institutions et peuple, n'admet aucune tentative d'ingérence dans ses affaires internes, appelant les
différents partenaires à respecter ce principe.
Le général de Corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'Etat-major de l'Armée nationale populaire (ANP) a souligné que l'Algérie, "libre et souveraine" dans ses décisions, n'accepte "aucune ingérence ou diktat" et "ne se soumet à aucune tractation de la part de quiconque".
Par ailleurs, le groupe parlementaire Tajamoue Amel El Jazair (TAJ) à l'APN a affirmé, dans un communiqué, que la résolution du Parlement européen concernant l'Algérie était "une ingérence dans ses affaires internes, et un acte inacceptable qui va à l'encontre des intérêts communs des pays et des peuples"
D'autre part, le groupe parlementaire du parti des Travailleurs (PT) à l'APN a dénoncé ce qui s'est passé aujourd'hui à Strasbourg, le qualifiant d'"ingérence dans les affaires internes de l'Algérie et de graves provocation à l'encontre le peuple algérien", exprimant son "rejet
catégorique" de toute ingérence dans les affaires internes de l'Algérie.
De son côté, le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) a exprimé, "ses vives dénonciation et condamnation" de la résolution du Parlement européen, affirmant qu'elle est basée sur "des renseignements erronés et des intentions malveillantes".
Le président du CNDH, Bouzid Lazhari a affirmé que le CNDH "s'interroge sur la source des informations contenues dans la résolution, lesquelles font état d'arrestations arbitraires sans toutefois en fournir des preuves", estimant qu'"il aurait été plus judicieux pour la partie qui est
derrière ces informations de les fournir au CNDH, qui a toutes les prérogatives pour enquêter sur les allégations relatives aux droits de l'Homme".
L'Organisation nationale des enfants des chouhada (ONEC) a, quant à elle, dénoncé les déclarations de certains députés du Parlement européen concernant la situation en Algérie, les qualifiant d'"ingérence flagrante" dans les affaires internes du pays et de "grave provocation" à l'encontre du peuple algérien.
La Haute représentante de l'Union européenne (UE) pour la politique étrangère et la sécurité, Federica Moghereni, a insisté sur le "respect total" de l'Union à la souveraineté et l'autonomie de l'Algérie, "un pays voisin mais aussi un partenaire politique et économique".
Dans leurs sorties dans le cadre de la campagne électorale, les cinq candidats à la magistrature suprême ont tous exprimé leurs rejet catégorique de toute forme d'ingérence dans les affaires internes du pays, mettant l'accent sur l'impérative cohésion du peuple algérien pour faire face à ces tentatives tendancieuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.