Sellal acquitté    Tebboune lance un appel à la communauté internationale    Ramtane Lamamra remet les pendules à l'heure    Aucun cas enregistré en Algérie    L'examen du BEM risque de disparaitre    6 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    La riposte de l'Opep+    Report du procès de Mohamed Hattab Le pôle pénal    Les indépendants tiennent tête au FFS    Le baiser de Juda qui emportera l'Afrique    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    La planète s'affole    Neymar, une nouvelle blessure qui tombe mal    Xavi – Emery, c'était chaud!    Le dossier sahélien scruté    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    Que reste-t-il de l'enseignement?    5 personnes asphyxiées par le monoxyde de carbone    Des établissements paralysés    Un monument du chant et de la musique algériens    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    AADL 2013 : Retrait des décisions d'affectation au profit de 68.000 souscripteurs    Ferme piscicole marocaine près des îles Chafarinas: l'Espagne mobilise des navires de guerre dans la zone    La dernière infiltration sioniste ne dissuadera pas les Palestiniens de poursuivre leur lutte    Lancement de la campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière    Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    Des duels directs intéressants    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Trois manifestants tués    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Mission ratée pour la JSK et la JSS !    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie: Jemli opte pour un gouvernement de compétences nationales
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 12 - 2019

Le chef du gouvernement désigné en Tunisie, Habib Jemli, a pris lundi la décision de former un exécutif de compétences nationales indépendantes des partis, affirmant qu'il n'a pas consulté le parti Ennahdha pour opter pour ce choix.
M.Jemli a annoncé lors d'une conférence de presse lundi soir, après un entretien avec le président Kais Saied, qu'il avait décidé de former un gouvernement de compétences nationales indépendantes des partis, dont le mouvement Ennahdha.
Il a tenu à préciser à cet égard que le président de la République "n'était pas au courant de ce qui se passait dans les coulisses sur la formation du gouvernement du président", notant que "l'entretien avec le chef de l'Etat au palais de Carthage, avait pour but de se concerter sur les portefeuilles de Défense et des Affaires étrangères (du ressort du président de la République), selon la constitution tunisienne".
"J'irai au Parlement avec le gouvernement que j'annoncerai prochainement, sans couverture politique", a-t-il dit, après avoir reçu au palais "Dhiafa" de Carthage, pendant un mois et dix jours, des représentants de divers partis, des représentants d'organisations nationales, outre un certain nombre de personnalités et de compétences extérieurs aux partis.
Commentant les raisons de l'échec du marathon de négociations, en particulier sa rencontre avec le Quatuor vendredi et samedi dernier (Parti Ennahdha, Mouvement Echaab, Parti démocrate et Mouvement Tahya Tounes), M. Jemli a indiqué qu'il était "surpris par les décisions des partis, malgré l'avancement des négociations avec eux qui ont atteint le stade de la présentation des candidatures pour les portefeuilles ministériels".
Certains partis politiques "s'attachent à leurs conditions extrêmes"
Le chef du gouvernement désigné, Habib Jemli a expliqué que sa décision de former un gouvernement de compétences nationales indépendantes était motivée par le fait que "certains partis politiques s'attachent à leurs conditions extrêmes, malgré ses concessions à plusieurs reprises afin d'assurer la formation du gouvernement dans les meilleurs délais". Il a précisé que "ces partis l'ont surpris aujourd'hui après être retournés à leurs structures en rejetant la participation à la formation du gouvernement".
M.Jemli a fait remarquer que son idée initiale était de former un gouvernement de "performance" composé de compétences nationales capables de résoudre les problèmes du pays, sans affiliation politique, avec un nombre "symbolique" de ministres "partisans", notant que "les mêmes partis qui exigeaient auparavant de se distancier des quotas partisans et des tiraillements ont exigé un nombre important de portefeuilles ministériels".
Les partis Echaab et le Courant démocrate, ainsi que Tahya Tounes, avec lesquels les pourparlers étaient bien avancés, ont annoncé dimanche qu'ils ne participeraient pas au gouvernement Habib Jemli.
"Il y a des partis qui clament tout haut qu'ils sont contre les quotas partisans, et le peuple tunisien ne peut plus tolérer de tels quotas, j'ai donc pris la décision de former un gouvernement de compétences nationales en dehors des partis", a-t-il souligné.
Jemli veut un Gouvernement efficace, intègre, et indépendant de tous les partis
Jemli a indiqué que les critères qui présideront à la formation du gouvernement attendu sont "l'efficacité, l'intégrité, l'indépendance de tous les partis et la capacité de diriger", étant donné que la situation "n'est plus tolérable, en particulier avec la situation difficile que connaît le pays aux niveaux économique et financier en plus de la détérioration de la situation sociale".
Le chef du gouvernement désigné a critiqué la scène politique produite par les récentes élections législatives, la qualifiant de d'"exceptionnelle non comparable aux résultats de 2014 ou 2011 et une véritable gageure qui a créé des tiraillements entre les partis et au sein des partis eux-mêmes".
Jemli a ajouté lors de cette conférence de presse que, s'il se trompait dans le choix d'un membre du gouvernement, il le "changerait à n'importe quel stade de l'action gouvernementale".
"Je n'hésiterai pas à démettre un ministre de quelque appartenance que ce soit, et tout ministre qui ne sera pas à la hauteur de la responsabilité ou soupçonné de corruption... sans consulter personne à ce sujet", a-t-il affirmé.
Les consultations concernant la formation du gouvernement ont échoué après le refus des partis du mouvement Ennahdha (54 députés), Tahya Tounes (14 députés), le Mouvement démocrate (22 députés) et le mouvement Echaab (16 députés) de faire parti du prochain gouvernement, dans des déclarations officielles publiées dimanche.
Le parti Ennahda, parti ayant remporté le plus grand nombre de sièges, avait proposé Habib jemli (60 ans) pour former le gouvernement avant d'être chargé de cette mission le 15 novembre dernier par le président de la République, rappelle-t-on.
Le premier délai d'un mois pour la formation du gouvernement, fixé par la constitution, a pris fin. Jemli s'est donc adressé au président de la République et lui a sollicité un autre délai. Dix jours se sont depuis écoulés, sans être parvenu à former son gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.