Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'annonce de la formation du gouvernement tunisien reportée
Habib Jemli a du mal à convaincre les partis
Publié dans Liberté le 09 - 12 - 2019

Derrière les rideaux, le parti islamiste Ennahdha qui préside le Parlement continue de tirer les ficelles, démontrant que Habib Jemli n'est pas aussi indépendant qu'il le prétend.
Annoncée pour cette semaine, la formation du nouveau gouvernement en Tunisie ne pourra se faire que durant la troisième semaine du mois de décembre, a affirmé, samedi soir, le Premier ministre désigné Habib Jemli à la presse locale. M. Jemli a reconnu la difficulté de former un exécutif équilibré et capable de relever le défi. "Nous continuerons les consultations avec toutes les parties, y compris les partis politiques qui ont annoncé leur refus de participer au gouvernement", a-t-il déclaré, justifiant cela par le sens de la responsabilité que tout responsable tunisien devrait avoir pour répondre aux attentes du peuple tunisien.
Le Premier ministre désigné s'est attaqué indirectement à la classe politique tunisienne, notamment aux partis qui refusent de participer à son équipe gouvernementale, en affirmant que "le choix du peuple tunisien pour certains partis (aux dernières législatives) n'est pas pour que ces partis s'entredéchirent dans l'opposition, mais pour qu'ils affrontent et assument leurs responsabilité dans la résolution des gros problèmes, ainsi que répondre aux attentes du peuple".
Si dans le fond, Habib Jemli vise juste concernant ce report, dans la forme, il sait pertinemment que sa mission est quasiment compromise. Les Tunisiens et de nombreux partis siégeant au Parlement souhaitent un gouvernement de technocrates, mais le parti islamiste semble refuser que les portefeuilles ministériels de souveraineté lui échappent.
La raison est simple : si des ministères comme celui de la Justice ou de l'Intérieur tombent entre les mains de personnalités sans couleur politique ou confiés à des partis rivaux, le parti de Rached Ghannouchi risque d'être traîné devant les tribunaux dans des affaires liées au terrorisme.
Du temps de son alliance avec Nidaa Tounès, sous la direction du défunt chef d'Etat Béji Caïd Essebsi, Ennahdha a été accusé d'être derrière l'assassinat des deux militants Mohamed Brahimi et Belaid Chokri, ainsi que d'avoir contribué à l'envoi de nombreux Tunisiens rejoindre l'autoproclamé Etat islamique en Irak et en Syrie en 2014.
Ces affaires sont toujours en suspens. Ainsi, derrière les rideaux, le parti islamiste Ennahdha qui préside le Parlement continue de tirer les ficelles, démontrant chaque jour qui passe que Habib Jemli n'est pas aussi indépendant qu'il le prétend. D'ailleurs, Mohamed Abbou a dénoncé le refus d'Ennahdha et de ses alliés que le Courant démocratique prenne la direction du ministère de la Justice.
Pour rappel, le Courant démocratique, le Mouvement du Peuple et Tahya Tounès ont annoncé qu'ils ne participeront pas au gouvernement de Habib Jemli. Alors que le temps joue en sa défaveur et la situation que vit la Tunisie ne peut pas attendre, le Premier ministre affirme qu'il prendra le temps qu'il faut pour former son équipe.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.