2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'annonce de la formation du gouvernement tunisien reportée
Habib Jemli a du mal à convaincre les partis
Publié dans Liberté le 09 - 12 - 2019

Derrière les rideaux, le parti islamiste Ennahdha qui préside le Parlement continue de tirer les ficelles, démontrant que Habib Jemli n'est pas aussi indépendant qu'il le prétend.
Annoncée pour cette semaine, la formation du nouveau gouvernement en Tunisie ne pourra se faire que durant la troisième semaine du mois de décembre, a affirmé, samedi soir, le Premier ministre désigné Habib Jemli à la presse locale. M. Jemli a reconnu la difficulté de former un exécutif équilibré et capable de relever le défi. "Nous continuerons les consultations avec toutes les parties, y compris les partis politiques qui ont annoncé leur refus de participer au gouvernement", a-t-il déclaré, justifiant cela par le sens de la responsabilité que tout responsable tunisien devrait avoir pour répondre aux attentes du peuple tunisien.
Le Premier ministre désigné s'est attaqué indirectement à la classe politique tunisienne, notamment aux partis qui refusent de participer à son équipe gouvernementale, en affirmant que "le choix du peuple tunisien pour certains partis (aux dernières législatives) n'est pas pour que ces partis s'entredéchirent dans l'opposition, mais pour qu'ils affrontent et assument leurs responsabilité dans la résolution des gros problèmes, ainsi que répondre aux attentes du peuple".
Si dans le fond, Habib Jemli vise juste concernant ce report, dans la forme, il sait pertinemment que sa mission est quasiment compromise. Les Tunisiens et de nombreux partis siégeant au Parlement souhaitent un gouvernement de technocrates, mais le parti islamiste semble refuser que les portefeuilles ministériels de souveraineté lui échappent.
La raison est simple : si des ministères comme celui de la Justice ou de l'Intérieur tombent entre les mains de personnalités sans couleur politique ou confiés à des partis rivaux, le parti de Rached Ghannouchi risque d'être traîné devant les tribunaux dans des affaires liées au terrorisme.
Du temps de son alliance avec Nidaa Tounès, sous la direction du défunt chef d'Etat Béji Caïd Essebsi, Ennahdha a été accusé d'être derrière l'assassinat des deux militants Mohamed Brahimi et Belaid Chokri, ainsi que d'avoir contribué à l'envoi de nombreux Tunisiens rejoindre l'autoproclamé Etat islamique en Irak et en Syrie en 2014.
Ces affaires sont toujours en suspens. Ainsi, derrière les rideaux, le parti islamiste Ennahdha qui préside le Parlement continue de tirer les ficelles, démontrant chaque jour qui passe que Habib Jemli n'est pas aussi indépendant qu'il le prétend. D'ailleurs, Mohamed Abbou a dénoncé le refus d'Ennahdha et de ses alliés que le Courant démocratique prenne la direction du ministère de la Justice.
Pour rappel, le Courant démocratique, le Mouvement du Peuple et Tahya Tounès ont annoncé qu'ils ne participeront pas au gouvernement de Habib Jemli. Alors que le temps joue en sa défaveur et la situation que vit la Tunisie ne peut pas attendre, le Premier ministre affirme qu'il prendra le temps qu'il faut pour former son équipe.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.