L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yémen 2019: une paix fragilisée malgré les efforts de règlement du conflit
Publié dans Algérie Presse Service le 31 - 12 - 2019

Le règlement du conflit au Yémen mettant aux prises le gouvernement et le Mouvement Ansarullah (Houthis) était toujours, malgré les percées diplomatiques, dans l'impasse en 2019, une situation qui s'est compliquée dans le pays par l'éclatement d'une crise séparatiste dans le sud du pays.
En pleine guerre menée par une coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite en soutien au gouvernement d'Abd Rabbo Mansur Hadi, contre les Houthis qui se sont emparés de pans entiers du territoire, notamment la capitale Sanaa depuis le déclenchement du conflit en 2014, l'Onu n'a pas épargné d'efforts pour l'ouverture d'un dialogue interyéménite.
En outre, malgré les efforts et des compromis relatifs à la situation au Yémen, qui vit la pire crise humanitaire au monde actuellement, le conflit mobilise toujours l'Onu, sur fond d'appels à aider environ 3,3 millions de personnes déplacées, en plus du fait que le pays se trouve avec 24,1 millions de personnes, soit plus des deux tiers de la population, dans le besoin d'assistance, au moment où 80% de la population et environ 2 millions d'enfants de moins de 5 ans souffrent de "sévère malnutrition".
La guerre a essentiellement freiné les exportations du Yémen, affaibli la monnaie nationale, provoqué une inflation, limité les importations à cause de l'insécurité régnant à Hodeida, port stratégique, par où transitent 70% des importations du pays.
Selon des sources onusiennes et d'Ong, plus de 20 000 morts ont été enregistrés dans la guerre, depuis 2014 au Yémen où l'année 2019 était la plus meurtrière après 2018.
Il y a un an, en ce qui concerne le désastre humanitaire engendré par la guerre, l'Ong Save The Children estimait qu'environ 85 000 enfants étaient morts de faim ou de maladie au Yémen entre 2015 et 2019, pire encore le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a fait état d'une épidémie de dengue, s'ajoutant à celles ravageuses, le choléra et le paludisme.
Pour mettre fin à la guerre et préparer le terrain à la paix, une nouvelle série de pourparlers était menée mettant notamment l'accent sur l'aboutissement à un cessez-le-feu et l'ouverture des accès humanitaires dans l'ensemble du pays, ainsi que sur l'avancement d'un processus de paix pour faire taire les armes.
Les efforts visaient à consolider l'accord de cessez-le-feu paraphé par les Houthis et le gouvernement à Stockholm (Suède) fin décembre 2018, ce qui a constitué un premier pas vers la paix, mais l'application totale de l'accord se heurte encore à des difficultés empêchant même le travail des équipes de l'Onu.
Un accord pour régler la crise dans le sud du pays
La crise séparatiste déclarée dans le sud du pays a été apaisée en 2019 par la conclusion d'un accord entre le gouvernement et le Conseil de transition du sud (CTS), après des combats durant l'année 2019 avec les forces loyales au gouvernement ayant perdu le contrôle de la quasi-totalité du sud face aux séparatistes.
A l'issue de pourparlers, un accord a été signé à Ryadh en Arabie saoudite sous l'égide de l'Onu, le 5 novembre dernier, entre le gouvernement et le CTS.
Bien que des progrès symboliques aient été réalisés sur le front politique avec le retour du Premier ministre yéménite Maeen Said et plusieurs ministres à Aden, le calendrier de l'application finale de l'accord est repoussé en ce qui concerne certaines clauses politiques et militaires de l'accord.
Des observateurs estiment dans ce sens que l'accord de Riyadh reste fragile sur fond d'accusations mutuelles entre le gouvernement et le Conseil portant sur un "éloignement" du texte signé.
On relève notamment de nombreux obstacles dans l'application du volet militaire: le gouvernement voit la nécessité de fusionner les factions armées du CTS dans les formations militaires de ses forces, tandis que le Conseil appelle à préserver "l'identité méridionale" de ses factions et le maintien de sa structure actuelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.