LUTTE CONTRE LE DISCOURS DE HAINE : Zeghmati présente l'avant-projet de loi    Mohamed Bedjaoui impliqué lui aussi    MOSTAGANEM : Les distributeurs de lait ne décolèrent pas    PROMOTION DU DIALOGUE SOCIAL : Une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie aspire à renforcer ses relations avec la Russie pour les hisser au niveau de l'entente politique    DANS UNE ENTREVUE ACCORDEE A UNE CHAINE DE TELEVISION RUSSE : Tebboune nie toute exploitation du gaz de schiste    FRANCE : Quatre frères et sœurs algériens arrêtés à Bordeaux    REMONTEE DES EAUX A ES-SENIA : Vers la réalisation de canaux de drainage vers la Sebkha    Real Madrid: Guardiola réagit à l'intérêt de Zidane pour Sterling    Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    Résonances autour d'une année de contestations    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    Fausses adresses    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    Montréal aux couleurs algériennes    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    Arrêt de l'importation des kits CKD/SKD : Abdelmadjid Tebboune met fin au «montage» automobile    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    La statue de Constantin dans un état lamentable    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes
Publié dans Algérie Presse Service le 18 - 01 - 2020

Des sociologues et des universitaires ont mis en garde contre la recrudescence des discours haineux, racistes et à caractère régionaliste sur les réseaux sociaux, estimant que les instructions données par le Président de la République au Premier ministre afin d'élaborer un projet de loi visant à juguler ce phénomène, intervenaient à point nommé en vue de réprimer les individus impliqués dans de tels dépassements.
Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait instruit le Premier ministre, Abdelaziz Djerad d'élaborer un projet de loi criminalisant toutes formes de racisme et de régionalisme ainsi que tout discours de haine dans le pays.
Cette mesure intervient "après avoir constaté une recrudescence du discours de la haine et de l'incitation à la fitna (discorde), notamment à travers les réseaux sociaux", explique le communiqué de la présidence de la République, ajoutant qu'elle "intervient aussi dans le but de faire face à ceux qui exploitent la liberté et le caractère pacifique du Hirak (mouvement populaire) pour brandir des slogans portant atteinte à la cohésion nationale".
Ainsi, l'enseignante spécialisée en analyse sociale, Zahra Fassi a indiqué à l'APS que ce phénomène avait pris "des proportions alarmantes" dans l'incitation à la fitna au sein de la société à une période sensible, où les Algériens aspirent à la paix, en ce sens que certaines pages sur Facebook notamment, souvent suivies par un grand nombre de personnes, ont participé à la désinformation et à la diffusion de fake news, de fausses accusations et la promotion de certains slogans brandis dans la rue par certains groupes inconscients des réalités et qui vont à contre-sens, en l'absence d'une information crédible à assurer au citoyen".
L'élaboration d'un projet de loi criminalisant toutes formes de racisme et de régionalisme, et tout discours de haine, conformément aux instructions du Président de la République, "intervient à point nommé, au moment où des nationalistes et des hommes nobles et libres subissent une grande injustice, avec la complicité de parties malveillantes financées par les ennemis de l'Algérie", comme le démontrent si bien les vidéos postées par certains instigateurs contre l'intérêt du pays, a-t-elle expliqué.
Elle a mis en garde contre l'incidence du contenu de certaines pages sur les jeunes "qui ont tendance à croire tout ce qui est publié sur Facebook".
De son côté, le professeur Samir Imer a estimé que "la mauvaise utilisation de la liberté d'expression par certaines personnes qui utilisent souvent des pseudonymes sur les réseaux sociaux a engendré de graves phénomènes dont la fitna (discorde), la violence et le racisme", ce
qui implique, a-t-il dit, "l'élaboration d'un cadre juridique rigoureux pour réprimer les auteurs de tels dépassements autre que lois existantes qui n'ont donné aucun résultat probant".
Pour sa part, l'enseignant en sociologie à l'université de Sétif 2, Zine Eddine Kherchi a souligné que les phénomènes de racisme et de régionalisme ainsi que les discours de haine "renferment des messages politiques qui ne peuvent être traités qu'à travers la loi", tel que démontré par plusieurs expériences internationales.
Il a appelé, à ce propos, à "préserver l'algérianité dans l'identité nationale, en adoptant un discours politique pondéré et un service médiatique qui respecte la diversité de la société algérienne, en insistant sur l'importance de la sensibilisation dans les différents domaines comme l'enseignement et la culture".
"Les discours de la fitna, de la haine et du régionalisme existaient toujours en Algérie, sachant que leurs "propagateurs" agissaient avec la complicité de personnes influentes, pour exploiter ce type de discours afin de servir leurs intérêts personnels, les lois criminalisant ces actes en est la preuve, car elles existent depuis longtemps de même que la Constitution protège les symboles de l'Etat", a-t-il dit.
Le véritable problème qui se pose demeure "leur réactivation et application", a-t-il soutenu, estimant que le projet de loi que le Président de la République a instruit son élaboration est à même de conforter le système juridique à travers l'application de peines contre les individus impliqués dans toutes formes de violence et d'incitation à la fitna et à la haine dans l'objectif de réduire leur incidence sur la société. Cependant, ce projet de loi "doit être précis et clair sans qu'il ne s'oppose à la liberté d'expression, de pensée politique et d'opinion", a-t-il expliqué.
Dans le même contexte, le Pr Kherchi a mis l'accent sur l'apparition, avec le Hirak populaire, d'une nouvelle terminologie que les jeunes utilisent à mauvais escient, pour exprimer leur haine et mépris pour autrui, citant quelques termes que même les medias avaient utilisé, participant ainsi à leur vulgarisation et créant une situation "très grave à laquelle il est nécessaire d'y remédier".
La lutte contre les fléaux qui se propagent sur les réseaux sociaux "ne doit pas se limiter à l'élaboration d'un projet de loi criminalisant les discours de haine, mais nécessite son application, car les discours raciste et haineux ont laissé des séquelles et des plaies ouvertes susceptibles de porter atteinte à la cohésion de la société et d'attiser des conflits internes pouvant ébranler la stabilité et l'unité nationales".
Dans le même ordre d'idées, le Pr Naima Ben Ammar de l'université d'Oran a souligné la nécessaire participation de commissions spécialisées dans l'élaboration de lois criminalisant toutes formes d'atteinte à la cohésion nationale", sur la base d'études approfondies aux résultats à long terme, au regard de l'incapacité de maitriser le flux des publications sur les réseaux sociaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.