L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Les ministres s'impliquent en force    Cinq anciens ministres concernés    Le terroriste Mustapha Derrar arrêté à Tlemcen    La constitution 2020 est la priorité du régime    Sans relief    Blocage    Pôles d'excellence    «Réduire la facture des importations est une de nos priorités»    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    Nouvelle ruée sur la semoule    Un terroriste libéré au Mali arrêté à Tlemcen    Au moins 69 civils tués dans des attaques au Karabakh    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Sahara occidental: l'ONU appelée à mettre fin à l'occupation marocaine    L'ONU appelle les Libyens à tenir leurs engagements    Taoufik Makhloufi : «je suis un athlète propre»    Reprise des entraînements samedi à Tizi Ouzou    Soumana prêté une saison au NC Magra    Sonelgaz sponsorise l'équipe de handball IR Boufarik    Les joueurs recrutés pas encore enregistrés    "Le Mouloudia est victime d'un conflit d'intérêt"    Perpétuer la tradition malgré le Covid-19    Remets tes savates, ça chlingue !    Des classes de huit élèves divisées en groupes    Transportés à 7h du matin pour des cours donnés à 13h    Abdelmadjid Tebboune transféré, hier, en Allemagne    Qui est Malek Bennabi ?    Le monde du cinéma proteste contre une nouvelle fermeture des salles    La collection d'un éphémère musée new-yorkais du KGB bientôt aux enchères    IL Y A 31 ANS, DISPARAISSAIT KATEB YACINE    L'engagement d'un poète    Le Conseil d'Etat français sous pression    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Le référendum sur l'amendement de la Constitution, une consécration de la volonté populaire    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    Bouira : La rupture avec les anciennes pratiques n'est pas pour demain !    La consécration du projet de révision constitutionnelle, premier jalon dans l'édification de l'Algérie nouvelle"    GICA: début d'exportation de 40.000 tonnes de clinker vers l'Etat Dominicain    Jijel: raccordement au réseau du gaz naturel de 395 foyers    LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Panamera délivre, désormais, jusqu'à 700 chevaux    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye
Publié dans Algérie Presse Service le 18 - 01 - 2020

Plusieurs pays dont l'Algérie prendront part, dimanche à Berlin, à la Conférence internationale sur la Libye qui devrait être l'occasion de mobiliser les efforts de la communauté internationale en vue de mettre fin à la crise dans ce pays.
Depuis le début de cette crise, l'Algérie n'a eu de cesse de prôner la non ingérence dans les affaires internes de la Libye et d'appeler les parties en conflit au dialogue pour parvenir à une solution politique à long terme.
La position adoptée par l'Algérie vis-à-vis du conflit en Libye, pays avec lequel elle partage une bande frontalière de 982 km, va au delà du facteur géographique en ce sens où elle procède de la doctrine de sa politique étrangère, basée sur le respect de la souveraineté des Etats et le rejet de toute immixtion dans leurs affaires internes, tout en faisant prévaloir les solutions politiques et les choix diplomatiques.
Partant, l'Algérie s'emploiera à Berlin à convaincre de la nécessité d'une détente de la situation en Libye au lieu d'en faire un terrain de règlement de comptes et de défense d'intérêts étroits.
Dans cet esprit, elle a intensifié récemment ses efforts pour amener les parties en conflit à s'asseoir autour de la table de négociations afin de préserver l'effusion du sang des Libyens.
A ce propos, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait déclaré que l'Algérie étant la plus concernée par la stabilité de la Libye, consentira davantage d'efforts pour la préservation de son intégrité populaire et territoriale.
Il avait rappelé, dans ce sillage, que l'Algérie qui doit être un partenaire dans tous les processus de règlement de la crise, n'acceptera point qu'elle soit écartée de la solution en Libye, c'est pourquoi, il a été décidé lors de la réunion du Haut Conseil de Sécurité, de réactiver du rôle de l'Algérie sur le plan international, notamment en ce qui concerne la crise libyenne et la situation au Mali.
Dans ce contexte, Alger a connu récemment un véritable ballet diplomatique avec le déplacement de parties en lien direct avec le conflit en Libye, à commencer par le président du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen Fayez El-Serraj accompagné d'une délégation, suivie respectivement du ministre turc des affaires étrangères (AE), Mevlut Cavusoglu, du chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, du ministre égyptien des affaires étrangères, Sameh Chokri et du président du Conseil italien, Giuseppe Conte.
Dans le cadre des efforts de l'Algérie visant le rapprochement des vues entre les différentes composantes et parties libyennes pour renouer avec le dialogue inclusif, une délégation représentant le Maréchal Khalifa Haftar a effectué également une visite à Alger.
La quête d'une solution politique pour le rétablissement de la paix escomptée
L'Allemagne table sur l'aboutissement de la Conférence, prévue sous l'égide de l'ONU, à un compromis à même de mettre fin au chaos prévalant dans en Libye.
Si le défi majeur de cette Conférence est de faire la différence par rapport aux précédentes initiatives internationales à travers la relance du processus politique viable, le rapprochement des vues de toutes les parties internationales concernées par le conflit demeure un défi tout aussi difficile et complexe.
L'Allemagne reste optimiste quant aux chances de la Conférence de déboucher à des résultats positives pour mettre fin aux divisions que vit le pays depuis l'automne de 2011 et aux hostilités en cours depuis avril dernier aux frontières de la capitale Tripoli entre les forces du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA) et les forces de Khalifa Haftar.
La Conférence de Berlin intervient quelque jours après les discussions de paix tenues à Moscow entre les deux parties belligérantes en Libye. Ces discussions ont été couronnées par la signature de l'accord de cessez-le-feu par le GNA tandis que le maréchal Khalifa Haftar a demandé du temps supplémentaire pour l'examiner.
Cette Conférence verra la participation des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne) ainsi que l'Algérie, la Turquie, l'Italie, l'Egypte, les Emirats Arabes Unis (EAU) et la République du Congo, président du Comité de haut niveau de l'Union africaine (UA) sur la Libye.
Seront également présents le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, outre l'Union européenne (UE), l'Union africaine (UA) et la ligue des Etats arabes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.