Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban: le nouveau cabinet de Hassane Diab tient son premier conseil des ministres
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 01 - 2020

Le nouveau gouvernement libanais, formé la veille par le Premier ministre Hassane Diab, après des semaines de tractations politiques sur fond de révolte populaire inédite déclenchée le 17 octobre dernier, tient mercredi son premier conseil des ministres.
Baptisée "gouvernement de sauvetage du Liban", l'équipe de Hassane Diab a finalement vu le jour hier, au bout de 32 jours de tractations politiques ardues. Près de trois mois après la démission de Saad Hariri et plus d'un mois après la nomination du nouveau Premier ministre Hassan Diab, un gouvernement composé de 20 ministres a été dévoilé au Palais présidentiel de Baabda.
Une équipe monochrome de 20 ministres, dont six femmes. Elle est composée de technocrates, dont nombreux sont reconnus pour leur parcours professionnel ou académique.
Le Premier ministre Hassan Diab, un universitaire de 61 ans, avait promis de répondre aux revendications de la rue en nommant un gouvernement de "technocrates indépendants".
"Un calme prudent" dans la rue.
Le calme est revenu mercredi à Beyrouth et dans d'autres grandes villes.
Mais des contestataires continuent tout de même de bloquer des routes à Tripoli, grande métropole du nord, où des écoles sont restées fermées après une nuit de tensions, selon des médias locaux.
Dès la formation du gouvernement mardi soir, des contestataires à travers le pays ont incendié des pneus et bloqué des autoroutes pour exprimer leur mécontentement.
Pour les manifestants mais aussi des experts, les ministres, bien qu'estampillés "technocrates", restent des personnalités affiliées à la classe politique tant conspuée.
Dans la capitale, quelques centaines de manifestants se sont rassemblés à l'entrée d'une avenue menant au Parlement, bloquée par un barrage de police. Ils ont tenté d'arracher les barbelés et lancé des pierres sur les forces, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et activé un canon à eau, selon les médias.
"Nous voulons un nouveau Liban, un Liban sans corrompus", s'indignait déjà à Beyrouth le manifestant Charbel Kahi, avant l'annonce du nouveau gouvernement. "Qu'ils ne viennent pas se moquer du peuple libanais, en formant un gouvernement. Ca fait deux mois qu'on attend, ils étaient en train de se partager les parts", a-t-il lancé.
La tension est montée d'un cran ces derniers jours, avec des affrontements durant le week-end entre contestataires et forces de l'ordre, qui ont fait plus de 500 blessés à Beyrouth.
Défis multiples pour le nouveau gouvernement
Pour la nouvelle équipe, les défis sont multiples, en particulier sur le plan économique, dans un pays qui croule sous une dette avoisinant les 90 milliards de dollars (81 milliards d'euros), soit plus de 150% de son Produit Intérieur Brut.
Il faudra des réformes structurelles, attendues notamment pour débloquer des milliards de dollars d'aide promis par la communauté internationale.
Les contestataires fustigent des autorités incapables de fournir des services publics de base, alors que, 30 ans après la fin de la guerre civile (1975-90), les Libanais vivent au quotidien avec des coupures d'électricité, un réseau médiocre d'eau courante et une gestion calamiteuse des déchets.
La Banque mondiale a averti en novembre que la moitié de la population du Liban pourrait bientôt vivre sous le seuil de pauvreté, contre le tiers actuellement.
Le gouvernement devra également se pencher sur la dépréciation de la livre libanaise, qui a perdu plus d'un tiers de sa valeur face au dollar dans les bureaux de change.
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a salué mardi par la voix de son porte-parole la formation d'un nouveau gouvernement au Liban.
"Le secrétaire général a hâte de travailler avec le nouveau Premier ministre libanais Hassan Diab et son gouvernement", a déclaré le porte-parole de M. Guterres, Stéphane Dujarric, dans un communiqué. MGuterres a réitéré l'engagement de l'ONU à "soutenir le renforcement de la souveraineté, de la stabilité et de l'indépendance politique du Liban, ainsi que la mise en œuvre effective des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, qui demeurent essentielles pour la stabilité du pays et de la région".
Le Liban est plongé dans le chaos politique depuis octobre 2019, à la suite d'un mouvement de contestation déclenché par les taxes prévues sur l'essence, le tabac et les appels téléphoniques en ligne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.