Un 53e vendredi grandiose à Alger    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Tennis/Tournoi international ITF juniors: Matis Amier en finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    2020, an II de la nouvelle Algérie    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoration du 60e anniversaire de la création de l'état-major de l'ALN
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 01 - 2020

Le rôle de l'état-major général (EMG) de l'Armée de libération nationale (ALN) durant la Révolution de Novembre 1954 a été mis en avant lors d'une conférence-débat organisée mercredi à Alger à l'occasion du 60ème anniversaire de la création de cette structure.
Invité du Forum El-Moudjahid pour présenter son témoignage sur la création de l'état-major de l'ALN, le commandant Azzedine, de son vrai nom Rabah Zerari, est longuement revenu sur les étapes de la mise sur pied de cette structure née du Comité interministériel de guerre (CIG).
Il a fait savoir que conformément à la circulaire gouvernementale du 31 janvier 1960 portant sur les attributions du chef d'état-major de l'ALN, cette structure avait "le haut commandement sur l'ALN et la responsabilité, la conduite et la coordination des opérations militaires à l'échelle nationale".
Il a relevé que l'EMG avait également "la responsabilité de l'approvisionnement de l'intérieur en matériel de guerre, en argent et en cadres, comme elle avait sous son autorité, pour toutes les questions militaires, les chefs de wilaya et les commandements de frontières".
Dirigé par Houari Boumediene et assisté des commandants Azzedine, Ahmed Kaïd et Ali Mendjli, l'EMG avait également la responsabilité de la police militaire dans les zones déterminées en accord avec le comité interministériel de guerre.
Le commandant Azzedine a souligné que cette structure disposait d'un service de santé militaire qui exerçait son activité dans les zones déterminées et devait fournir régulièrement des rapports au Comité interministériel de guerre composé de Krim Belkacem, Lakhdar Ben Tobbal et Abdelhafidh Boussouf.
Tout en déplorant le fait que "très peu de choses ont été écrites" sur ce sujet depuis le recouvrement de l'indépendance nationale, le commandant Azzedine a rappelé qu'au départ, le pays avait été réparti en cinq zones géographiques.
Pour le commandant Azzedine, ce travail de formation politico-militaire et d'organisation des "dechras" était "indispensable" et allait déterminer l'action militaire. Chaque zone a agi en fonction de la réalité du terrain, mais indépendamment les unes des autres.
Dans la même lancée, il a fait savoir que le Congrès de la Soummam allait structurer l'Armée de libération nationale et créer le Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA) et surtout le Comité de coordination et d'éxécution (CCE) qui a été chargé de la coordination politico-militaire.
Le commandant Azzedine a expliqué que les choses "se sont compliquées" en 1958, mais le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) allait vite devenir "une instance" qui exerçait la souveraineté populaire sur le territoire, mais aussi "un précieux instrument de gestion politique et administrative d'une Algérie qui se dessinait dans les esprits".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.