Affaire Tahkout : poursuite du procès jeudi avec les plaidoyers de la défense    Le Trésor public réclame plus de 300 milliards de DA de dommages et intérêts: 16 ans de prison requis pour Tahkout, 15 ans contre Sellal et Ouyahia    FAF - Reprise du championnat: Décision finale dans une semaine    Dr Lyes Merabet: « Les citoyens sous-estiment le danger du coronavirus »    Dépistage de la Covid-19: Plaidoyer pour les tests rapides    Un laboratoire d'analyses pour chaque wilaya    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Le président Tebboune préside une réunion de travail    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Les walis entrent en action    Le Dr Berkani s'exprime    10 nouveaux décès, les contaminations en légère baisse    Le Trésor public réclame 309 milliards de DA à Tahkout et ses associés    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le CHAN-2022 se jouera en été    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Le MSP pour un régime parlementaire    «Les revendications politiques occultées»    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Laskri annonce son boycott du congrès    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Bi-nationalisme    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"La triste histoire de Maria Magdalina", troisième roman de Abdelkader Hmida
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 05 - 2020

Dans son roman "la triste histoire de Maria Magdalina", Abdelkader Hmida exploite, de manière peu commune, sa maîtrise et sa conscience de l'espace et de l'histoire pour tisser des fictions entrecroisées pour former ce roman célébrant l'amour, le pardon et la culture.
Paru aux éditions "El Ikhtilaf" ce roman en langue arabe "الحكاية الحزينة لماريا ماجدالينا'' de 124 pages, coédité avec la maison libanaise "Dhifef", relate l'histoire de Maria Magdalina, jeune femme espagnole, épouse de Si Cherif Bellahrech, bras droit de l'Emir Abdelkader, et qui a vécu dans une zaouïa avec son fils unique après la perte de son mari.
La solitude et le chagrin de cette dame espagnole sont transposés sur Hamid Ritchkou, un personnage contemporain qui va vivre la tristesse de cette veuve d'un autre âge qui va tisser avec la vie d'écrivain et journaliste une toile d'histoires d'amour et de mélancolie.
L'auteur dévoile différents états d'âmes, différents modes de vies et univers entre 1869 et 2007 passant de la vie de princesse de Maria Magdalina qui a quitté la ville andalouse de Grenade en Espagne à la passion de Hamid pour l'histoire.
Avec une vision et une démarche narrative différente, l'auteur tente de concilier deux histoires qui se croisent en se déroulant à des époques différentes et avec des personnages réels pour certains et fictifs pour d'autres. Il meuble ce texte par une ambiance littéraire proche du soufisme qui convoque l'histoire et la culture de la ville de Djelfa à travers ses artistes, poètes et soufis.
Abdelkader Hmida propose également un dialogue enfoui entre les cultures et les religions où il est question de vivre ensemble malgré les conflits et les guerres. Il évoque la symbolique politique et historique des mosquées et églises à Grenade comme à Djelfa où "les trois religions coexistent en paix"
Universitaire, Abdelkader Hmida est professeur de sociologie et a déjà publié des recueils de poésie et deux recueils de nouvelles en plus d'avoir travailler dans le journalisme dans les années 1990.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.