Cherif Boubeghla et Cheikh Bouziane, deux icônes de la résistance populaire contre l'occupation française    Benbouzid: 25 à 30% des cas confirmés de la Covid-19 sont d'origine familiale    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Coronavirus: 385 nouveaux cas, 302 guérisons et 8 décès durant les dernières 24h    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    Le schiste américain dans le rouge    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Du sens du patriotisme en Algérie    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 05 - 2020

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a plaidé, jeudi, pour l'allègement de la dette des pays en voie de développement afin de surmonter les difficultés financières et économiques induites par la pandémie COVID-19 ainsi que pour un dialogue global entre les pays développés et en voie de développement en vue de trouver des solutions concrètes aux besoins croissants au double plan économique et social.
Intervenant en tant que représentant le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à la rencontre de haut niveau par visioconférence, organisée par l'Organisation des Nations Unies (ONU), sur le financement du développement sur fond de la pandémie COVID-19, M. Djerad a déclaré que l'allègement du fardeau de la dette des pays en voie de développement s'impose en tant qu'"option impérative" pour remédier aux déséquilibres dont ils souffrent au double plan économique et social.
A ce propos, il a appelé à "la consécration d'un dialogue global et durable entre les pays développés et ceux en voie de développement pour trouver des solutions concrètes aux besoins de financement croissants en raison de la crise du nouveau Coronavirus".
Soulignant que la persistance de cette crise sanitaire "est à même d'accentuer la crise financière que connaissent toutes les nations", M.Djerad a indiqué que les niveaux de propagation de cette pandémie en Afrique ne sont pas inquiétants pour l'heure, contrairement à ses répercussions aux plans économique, social et financier.
Outre, les enjeux de la sécurité alimentaire, le continent africain est confronté aux défis traditionnels en rapport avec les crises politique et humanitaire, les effets des changements climatiques, la désertification et la sécheresse, la chute des prix des matières premières, le fardeau de la dette et la baisse des flux financiers.
"L'allégement de la dette des pays en développement s'impose en tant qu'option impérative face aux déséquilibres auxquels ils sont confrontés aux plans fiscal et budgétaire, en vue d'améliorer les recettes fiscales et aider ainsi ces pays à surmonter les effets néfastes de cette pandémie aux plans sanitaire et socioéconomique", a-t-il soutenu.
Et d'ajouter que "Si les mesures prises, à cet égard, par le G20, les institutions internationales des Nations Unies, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM) méritent d'être saluées, la situation requiert, néanmoins, davantage de soutien et de financement pour être à la hauteur des aspirations et besoins des pays en développement".
Il a mis en avant, dans ce sens, "le nécessaire renforcement des cadres d'une concertation transparente et globale entre pays développés et pays en développement afin de parvenir à une approche inclusive permettant aux pays en difficulté de s'acquitter de leurs engagements".
Pour M. Djerad, "Cette crise sanitaire et économique générale ne devrait pas nous faire oublier nos engagements dans le cadre du Programme d'action d'Addis-Abeba", mais bien au contraire, a-t-il dit "nous devrons faire montre de plus de détermination pour améliorer le financement étranger, notamment à travers l'augmentation de l'aide publique au développement (APD)".
Concernant l'Algérie, le Premier ministre a affirmé que le gouvernement, à l'instar de tous les gouvernements africains, est également appelé à prendre les mesures financières et budgétaires adéquates en appui à ses ressources fiscales locales".
Il s'agit là, a-t-il expliqué, de "contribuer à la relance économique qui implique aussi des mesures efficaces en soutien aux secteurs les plus impactés, particulièrement ceux créateurs d'emplois et de richesses, d'où l'importance de garantir la liquidité financière suffisante pour répondre aux besoins des catégories les plus vulnérables".
Dans son allocution lue au nom du président de la République, M. Djerad a rappelé que l'Algérie avait initié une série de mesures pour aider et soutenir les personnes et les établissements les plus impactés, précisant que le Gouvernement poursuivait ses efforts pour l'adaptation des cadres budgétaires et fiscaux aux besoins et défis socioéconomiques, en veillant à la préservation des acquis relatifs à la liberté d'investissement et aux avantages fiscaux au profit des investisseurs locaux et étrangers.
"L'ampleur sans pareille, depuis la seconde guerre mondiale, de cette crise sanitaire due à la propagation de la pandémie au niveau mondial implique des décisions courageuses et exceptionnelles, notamment au moment où la communauté internationale s'apprête à lancer une décennie d'action en vue de la réalisation des objectifs du développement durable (ODD) et de la célébration du 75e anniversaire de création de l'ONU", a poursuivi le Premier ministre.
M Djerad a mis en avant, en outre, "l'impérative intensification des efforts afin de trouver des solutions durables et solides aux grands défis qui se profilent à l'horizon. Nous devons tous combattre les velléités d'anéantissement des valeurs acquises", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.