Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    La confrérie Tidjanie joue un rôle important dans la propagation des valeurs de l'Islam et de la paix    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise
Publié dans Algérie Presse Service le 01 - 07 - 2020

Unis) - Les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont soutenu à des degrés divers lors d'une réunion lundi la démarche de l'Union africaine pour régler la crise opposant l'Ethiopie à l'Egypte et au Soudan sur la construction d'un méga-barrage éthiopien sur le Nil.
"Les Etats-Unis prennent note des efforts récents de l'UA pour faciliter de nouvelles discussions parmi les trois pays" au sujet du barrage, a déclaré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Kelly Craft, qui avait demandé cette session pour le compte de l'Egypte.
"Ce problème est devant le Conseil parce que (...) la fenêtre pour parvenir à un accord pourrait se fermer rapidement", a-t-elle ajouté, en appelant les trois pays à s'abstenir "d'actions qui saperaient la bonne volonté nécessaire à l'obtention d'un accord".
Plusieurs autres intervenants sont allés dans le même sens, en relevant que l'UA était désormais en charge du dossier.
L'Ethiopie a réaffirmé samedi sa volonté de commencer à remplir le réservoir de son gigantesque barrage sur le Nil "dans les deux prochaines semaines", tout en s'engageant à essayer de conclure un accord définitif avec l'Egypte et le Soudan pendant cette période, sous l'égide de l'UA.
Lire aussi: Conflit - barrage de la renaissance éthiopienne": l'ONU et l'UA appellent au dialogue
Le Grand barrage de la Renaissance (Gerd), qui doit devenir le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique, avec une capacité de production de plus de 6.000 mégawatts, est source de vives tensions régionales.
Si l'Ethiopie le voit comme essentiel à son développement et à son électrification, le Soudan et l'Egypte craignent qu'il ne restreigne leur accès à l'eau.
Les "divergences peuvent être surmontées et un accord peut être trouvé si toutes les parties font preuve de la volonté politique nécessaire pour faire des compromis conformément à l'esprit de coopération qui prévaut dans la Déclaration de principes de 2015", a déclaré la secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo.
"Nous espérons fermement que l'Egypte, l'Ethiopie et le Soudan poursuivront leurs efforts pour parvENIr à un accord (...) qui soit bénéfique pour tous", a-t-elle ajouté.
Devant le Conseil de sécurité, les trois pays ont réitéré leurs positions, Le Caire mettant en garde contre la menace pour la sécurité internationale posée par les actions de l'Ethiopie qui a défendu son projet tandis que Khartoum évoquait l'impact négatif du barrage pour les Soudanais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.