Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection
Publié dans Algérie Presse Service le 03 - 07 - 2020

La forme et l'agenda des procédures et mécanismes de la réforme prévue en Algérie reposent sur "une pré-prospection" selon laquelle la gouvernance démocratique et l'équilibre des pouvoirs seraient basés sur l'économie sociale de marché, a écrit le quotidien arabophone Ech-chaâb dans son éditorial de jeudi.
Intitulé "Non au chaos et au statuquo", l'éditorial du quotidien Ech-chaâb signé par Messaoud Boulares évoque la forme et l'agenda des procédures et mécanismes de la réforme prévue en Algérie, et qui reposeraient, d'après lui, sur "une pré-prospection" selon laquelle la gouvernance démocratique et l'équilibre des pouvoirs seraient basés sur l'économie sociale de marché.
Cette démarche permettra de "dégager l'ancien régime politique et balayer ses symboles corrompus qui, en majorité, ont pris la fuite à l'étranger ou croupissent présentement derrière les barreaux".
L'éditorial fait allusion aux 54 engagements contenus dans le programme électoral du président de la République, Abdelmadjid Tebboune qui a promis, pour l'édification d'une nouvelle République, "de tout entreprendre, afin de réaliser les aspirations légitimes portées par le hirak pour un changement global et véritable, permettant à notre pays de prendre un nouveau départ, et à notre peuple de vivre dans une Algérie démocratique et prospère".
Il s'interroge, par là même, sur l'obligation de choisir entre le maintien de la situation hérité de la Issaba (bande), ou le recours à un changement radical et immédiat du système de gouvernance et les résultats désastreux qui pourraient découler de ce changement fondamental sur la stabilité du pays.
Le journaliste relève, par ailleurs, l'existence d'une "autre attitude négative" se traduisant par le refus d'adhérer au processus institutionnel tel que la non-participation au débat en cours sur la révision de la Constitution et la non-adhésion au processus électoral qui en découlerait.
Selon l'auteur de l'éditorial, l'Algérie se trouve aujourd'hui à la "croisée des chemins" et fait face à deux forces contradictoires, la première se nourrissant de rêves néocolonialistes présentés sous un couvert démocratique, et la deuxième aspirant à changer le système en optant pour une démarche de changement pacifique et méthodique.
L'auteur a également a également évoqué l'affaire du "chaos du printemps du désert", se disant convaincu que les appels répétés lancés par des parties politiques pour des périodes de transition ou des assemblées constituantes "sont de véritables sauts vers l'inconnu et qu'ils soient lancés par un ou plusieurs partis ne leur confère aucune crédibilité ou légitimité".
Selon le même quotidien, les changements "artificiels" prônés par de nouveaux acteurs au nom du droit international et sous le couvert d'organisations dites (non gouvernementales), "dévoilent jour après jour leur véritable nature, contraire essentiellement aux révolutions du changement pacifique".
"Connues à Genève et à Londres, ces organisations sont animées par des résidus de courants extrémistes et certaines parties hostiles de l'ancien régime .... appellent à la désobéissance civile, à la zizanie et à la violence", a ajouté la même source.
"Ils essaient de contrôler la dynamique du Hirak, aspiration populaire grandiose à la démocratie et au changement pacifique et global", poursuit l'éditorial, soulignant que la "supercherie et la tentative de contrôle de la popularité du Hirak est claire et vise à l'éloigner de sa voie originelle et ses objectifs légitimes".
L'Etat-nation et son noyau dure qu'est l'Armée nationale populaire "ont accompagné et protégé le Hirak en préservant ses forces nationales et populaires qui lui ont donné la force de continuer et ont permis à l'Etat-nation de sortir des années de déperdition et de destruction ayant marqué la période avant le 12 décembre 2019", conclut l'éditorial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.