Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    La confrérie Tidjanie joue un rôle important dans la propagation des valeurs de l'Islam et de la paix    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Startups: le financement participatif bientôt opérationnel
Publié dans Algérie Presse Service le 07 - 07 - 2020

Le dispositif du financement participatif (crowdfunding), qui permet la collecte de fonds au profit des startups via des plateformes internet, devrait être opérationnel à partir du dernier trimestre 2020, a indiqué à l'APS le président de la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob), Abdelhakim Berrah.
La Cosob prépare, en effet, un règlement précisant les conditions d'agrément et d'exercice et de contrôle des conseillers en investissement participatif (CIP) qui prendront en charge la création et la gestion, sur internet, de plateformes de placement de fonds du grand public, dans des projets d'investissement participatif.
Institué en vertu de l'article 45 de la loi de finances complémentaire pour l'année 2020, le statut de CIP est conféré aux sociétés commerciales crées et dédiées exclusivement à cette activité, aux Intermédiaires en opérations de Bourse (IOB) ainsi qu'aux sociétés de gestion de fonds d'investissement (SGFI).
Selon les termes de ce règlement, en cours de finalisation, le statut de CIP est accordé après examen par la Cosob, sur dossier comprenant notamment une présentation de l'activité prévue, y compris le modèle d'investissement, la fourchette prévisionnelle des montants de levée de fonds, la procédure de sélection de projets et les diligences à réaliser, la procédure de valorisation, la politique de suivi de l'activité des émetteurs ainsi que les modalités de rémunération du CIP, explique M Berrah.
Le projet de règlement prévoit également d'exiger un certain nombre d'informations qui devront être publiées sur le site de la plateforme et notamment l'obligation de disposer des compétences techniques nécessaires à ce type d'activité, respecter les règles de déontologie indispensable à l'installation d'un climat de confiance et présenter une information claire et exhaustive sur les projets proposés et sur les risques auxquels l'investisseur est exposé.
A ces conditions d'accès à l'exercice de l'activité, s'ajoutent les règles de bonne conduite et la capacité professionnelle des administrateurs et des dirigeants de plateforme, selon M. Berrah, qui a souligné que la Cosob avait proposé un dispositif réglementaire "simplifié" pour les gestionnaires de plateformes, mais "sans pour autant occulter la protection des investisseurs".
Lire aussi: Objectifs atteints des startups algériennes VivaTechnology de Paris
Le cadre réglementaire pour l'exercice de cette nouvelle activité en Algérie entrera en vigueur dés la promulgation dans le journal officiel du règlement de la Cosob qui commencera ensuite à recevoir et à traiter les demandes de création de plateformes de crowdfunding.
Ainsi, les startups et les porteurs de projets peuvent bénéficier de ce nouvel outil de financement "à titre indicatif" dès le dernier trimestre de l'année en cours, d'après le président de la Cosob.
La création de plateformes de crowdfunding sera, par ailleurs, accompagnée par un dispositif d'exonérations fiscales au profit des startups et par le lancement d'un fonds dédié au financement de la phase précédant la concrétisation de leurs projets.
Apparu dans le courant des années 2000 en Europe et aux Etats-Unis, le crowdfunding est un mécanisme qui permet de collecter les apports financiers d'un grand nombre de particuliers au moyen d'une plateforme Internet, dans l'objectif de financer un projet dans les différents secteurs d'activité (agriculture, immobilier, art )
La Cosob, a été chargée par les autorités publiques, de travailler, dans son champ de compétences, sur l' "equity crowdfunding" qui peut apporter une solution de financement en capital, adaptée aux startups algériennes et aux projets innovants qui manquent de financement à cause du caractère risqué de ce type de projets.
"Il est clair que le financement classique, à savoir les institutions financières, les banques et les institutions de l'Etat, présente des limites dans le contexte algérien actuel.
Le marché financier, de son coté, ne permet le financement que des grands projets d'investissement pour ce qui est du marché principal et les projets de moyenne envergure pour le ce qui concerne le compartiment PME", constate M. Berrah.
C'est pourquoi, "il est important de développer d'autres moyens de financement pour les petits projets, qui ne sont pas nécessairement des projets d'investissement lourd. Le crowdfunding s'avère être le moyen le plus indiqué dans le sens où il pourra pallier à la baisse des ressources financières classiques d'un coté et répondre aux besoins des petits promoteurs d'un autre coté", soutient-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.