Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde
Publié dans Algérie Presse Service le 08 - 07 - 2020

L'Algérie par la voix de sa délégation à Genève, a exprimé mardi son "inquiétude" face à la persistance de la tendance haussière des déplacements forcés dans le monde, évoquant un phénomène avec des dimensions "inédites".
"Cette situation nous renseigne sur la pertinence que revêt la protection internationale", a souligné la délégation algérienne dans sa déclaration à la 78ème réunion du Comité Permanent du HCR.
Actuellement, près de 1% de la population mondiale, soit 79,5 millions de personnes se trouvent exposée à ce phénomène, relève Mehdi Litim chargé d'affaires à la mission d'Algérie auprès de l'Office des Nations Unies à Genève.
Saluant les efforts déployés par le HCR en la matière, la délégation algérienne a estimé que "beaucoup restait à faire afin de traiter l'ampleur inquiétante des situations d'urgence et de remédier aux crises prolongées qui continuent de peser lourdement sur les pays d'accueil".
Elle soutient que le renforcement de la protection internationale passe nécessairement par la promotion de solutions durables et la résolution des causes profondes des déplacements forcés, sans lesquelles les capacités de protection, aussi performantes soient-elles, risquent de se réduire à un simple moyen d'entretenir un statut quo tout aussi insoutenable.
Et considère à ce propos que "le retour volontaire, sûr et digne, demeure la solution privilégiée aussi bien pour les pays d'accueil que pour les réfugiés eux-mêmes ".
Dans le contexte de la nouvelle crise sanitaire, l'action humanitaire, indispensable à l'amélioration du sort de millions de réfugiés dans le monde, sinon de leur survie, se trouve, depuis quelques mois, confrontée à une "situation inédite", souligne le représentant de l'Algérie, qui s'est félicité, par ailleurs, des efforts du HCR pour mobiliser des ressources supplémentaires en faveur des pays d'accueil.
A ce titre, il relève que "l'Algérie ne ménage aucun effort pour assurer aux réfugiés se trouvant sur son territoire l'accès aux services essentiels dans l'actuel contexte sanitaire" .
"S'agissant des réfugiés sahraouis qui vivent depuis plus de quatre décennies l'une des situations les plus prolongées au monde, l'Algérie continue de leur garantir protection et assistance, en leur fournissant tous les services vitaux, en attendant leur retour librement consenti conformément au Plan de paix des Nations Unis pour le Sahara occidental", a indiqué M. Litim.
Dans le but d'atténuer l'impact négatif de la pandémie, l'Algérie, poursuit-il, a mis à la disposition des réfugiés sahraouis dans les camps près de Tindouf un hôpital de campagne et facilité l'acquisition par le Programme Alimentaire Mondial de 700 tonnes d'orge afin de subvenir aux besoins des réfugiés sahraouis.
Ces mesures concrètes ont été renforcées par une campagne de solidarité nationale avec le peuple du Sahara occidental, qui s'est matérialisée par le don de plusieurs centaines de tonnes d'aide humanitaire, comprenant des produits alimentaires ainsi que du matériel médical et pharmaceutique.L'Algérie a salué la contribution du HCR pour la coordination des efforts inter-agences visant à soutenir l'opération destinée aux réfugiés sahraouis et remercié l'ensemble des donateurs pour leur générosité et leur appui constant aux réfugiés sahraouis.
Algérie: le Maroc tente d'éluder la possibilité d'une résolution du conflit au Sahara Occidental
Mais se dit "préoccupée" par la persistance des écarts de financements de cette opération qui impacte les réfugiés les plus vulnérables, à l'instar des femmes, des enfants et des personnes handicapées.
C'est dans cet esprit que la délégation algérienne a exhorté vivement le HCR à tenir compte officiellement du chiffre de 173.600 réfugiés sahraouis, tel qu'arrêté par l'étude commune inter-agences qui a été sanctionnée par le rapport intitulé" Sahrawi Refugees in Tindouf, Algeria: Total In-Camp Population", et officiellement transmis au secrétaire général de l'ONU en 2018.
"Adapter son programme d'assistance aux conclusions de cette étude permettra au HCR, ainsi qu'à la communauté des donateurs, d'assurer une assistance humanitaire correspondant aux besoins réels de ces réfugiés", a soutenu l'Algérie qui a salué le HCR pour l'organisation des visites régulières des donateurs dans les camps de réfugiés près de Tindouf.
"Ces visites permettent d'apporter davantage de visibilité à la vulnérabilité des réfugiés sahraouis, et aux efforts consentis par mon pays en leur faveur. Elles permettent également aux donateurs d'être témoins des conclusions du rapport précité et de l'intégrité de l'opération Algérie", met en exergue le diplomate.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.