Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    37 milliards de centimes de créances à recouvrer    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 07 - 2020

L'insouciance d'une partie de la population et le non-respect des gestes barrières par une partie de la population sont parmi les causes à l'origine de la hausse inquiétante du nombre de nouveaux cas de Covid-19, ces derniers jours, dans la wilaya d'Oran, estiment les spécialistes.
Devant cette situation alarmante, les professionnels de la santé publique ont tiré la sonnette d'alarme quant à l'importance de respecter les mesures de prévention pour endiguer la progression de la pandémie et d'éviter les lieux à haute fréquentation de la population.
Le chef de service de prévention à la direction de santé de la wilaya, Dr. Yousef Boukhari a souligné que le port du masque, l'hygiène des mains et le respect de la distanciation sociale sont des gestes très importantes dans la lutte contre le virus, ajoutant qu'il faudrait également éviter les occasions familiales (décès, mariages, circoncisions, anniversaires) afin de stopper la propagation du Covid-19.
La wilaya d'Oran enregistre, depuis quelques jours, une hausse du nombre de cas de Covid-19. Elle figure parmi les villes du pays les plus touchées par la pandémie, avec plus de 1.500 cas positifs enregistrés depuis le début de la crise sanitaire, rappelle-t-on.
Toutefois, cette recrudescence des cas de Covid-19 à Oran n'a pas poussé une partie de la population locale à respecter les mesures de prévention et les gestes barrières. Le constat sur le terrain est des plus déplorables, a-t-on constaté.
Les 82 nouveaux cas, enregistrés le 3 juillet dernier à Oran et annoncés par le porte-parole du comité scientifique de suivi du Covid-19, ont fait que la capitale de l'Ouest occupait, ce jour-là, la première place pour ce qui est du nombre de personnes contaminées. Cette triste nouvelle n'a pas empêché beaucoup d'oranais à sortir le lendemain, samedi, sans la moindre protection, a-t-on constaté.
-- Un acte de civisme --
Les femmes plus que les hommes, les personnes âgées plus que les jeunes sont plus strictes à respecter ces règles de prévention.
Farid, un commerçant d'électroménager à la cité Ibn Rochd (ex-HLM), masque sanitaire coincé sur le menton, admet que le masque est une obligation.
"Toutefois en cette période de canicule, je ne peux pas le porter tout le temps. Par contre, je veille au respect des autres mesures comme l'hygiène des mains et la distanciation physique avec mes clients", reconnaît-il.
Pointant le doigt sur une affichette, apposée à l'entrée de son magasin, sur laquelle il est recommandé que "le port du masque est obligatoire", Farid souligne à l'APS qu'il exigeait à tous ses clients de respecter cette règle avant d'accéder au magasin. "C'est impératif", s'est-il exclamé.
Amel est une fonctionnaire dans une entreprise privée. Rencontrée au centre-ville, en compagnie de ses deux enfants, tous les trois portent des masques. Cette mère affirme qu'elle ne sort plus sans masque depuis plus de 3 mois. "Je respecte aussi bien le port du masque que l'hygiène des mains et la distanciation physique. C'est devenu presque des reflexes naturels pour moi", a-t-elle dit.
"Dans le rue, à l'intérieur des magasins ou même dans l'administration où je travaille, je porte le masque. Je tiens toujours à le faire rappeler à mes collègues ou mes interlocuteurs. Je ne veux pas prendre de risques.
J'ai une famille à protéger et je dois faire attention", a-t-elle ajouté, estimant qu' "adopter ces gestes quotidiennement est un acte de civisme avéré et un signe indéniable du respect d'autrui".
-- L'insouciance des jeunes --
M'khaïssia, une femme d'un certain âge, attend sagement son tour pour accéder à une boucherie. Elle porte un masque et veille scrupuleusement au respect de la règle de la distanciation physique. "Ces gestes barrières sont des bouées de sauvetage pour sortir de cette crise sanitaire sans précédant", affirme-t-elle, tout en soulignant la nécessité de les respecter et les faire respecter".
"Rien n'empêche les jeunes de se saluer en respectant une distance d'un mètre et demi, de porter un masque jusqu'au retour à la maison et de laver les mains fréquemment. Aucune excuse n'explique ce rejet", s'est-elle exclamée.
"Ces gestes simples, beaucoup de nos jeunes ne les appliquent malheureusement pas souvent. Ce sont leurs parents et grands-parents qui risquent d'en payer les conséquences", a encore souligné M'khaïssia.
Les jeunes incriminés pour ces "failles" ont un autre point de vue à avancer pour expliquer leur insouciance et leur non respect des gestes barrières largement constatés dans plusieurs cités d'Oran. "Le virus touche beaucoup plus les personnes âgées et les malades chroniques. Nous les jeunes, sommes plus au moins immunisés", expliquent plusieurs jeunes, interrogés par l'APS.
Des scènes de groupes de jeunes s'adonnant à d'interminables parties de dominos ou de cartes ou encore s'échangeant des vidéos et des applications mobiles sans aucun moyen de protection ni respect de distanciation physique sont devenues normales et quasi-quotidiennes au sein des cités d'habitations et quartiers populaires.
Si sur les réseaux sociaux ces comportements sont condamnés, dans le monde "réel", la situation est toute autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.