Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Liban, Algérie, Maroc...un été particulier    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les psychologues menacent    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    L'activiste Badi Allal arrêté    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Le féminicide, un crime silencieux    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    Karim Younes se livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19 à Oran : malgré la hausse du nombre des contaminés, les gestes barrières ne sont pas respectés
Publié dans Algérie Presse Service le 10 - 07 - 2020

L'insouciance d'une partie de la population et le non-respect des gestes barrières par une partie de la population sont parmi les causes à l'origine de la hausse inquiétante du nombre de nouveaux cas de Covid-19, ces derniers jours, dans la wilaya d'Oran, estiment les spécialistes.
Devant cette situation alarmante, les professionnels de la santé publique ont tiré la sonnette d'alarme quant à l'importance de respecter les mesures de prévention pour endiguer la progression de la pandémie et d'éviter les lieux à haute fréquentation de la population.
Le chef de service de prévention à la direction de santé de la wilaya, Dr. Yousef Boukhari a souligné que le port du masque, l'hygiène des mains et le respect de la distanciation sociale sont des gestes très importantes dans la lutte contre le virus, ajoutant qu'il faudrait également éviter les occasions familiales (décès, mariages, circoncisions, anniversaires) afin de stopper la propagation du Covid-19.
La wilaya d'Oran enregistre, depuis quelques jours, une hausse du nombre de cas de Covid-19. Elle figure parmi les villes du pays les plus touchées par la pandémie, avec plus de 1.500 cas positifs enregistrés depuis le début de la crise sanitaire, rappelle-t-on.
Toutefois, cette recrudescence des cas de Covid-19 à Oran n'a pas poussé une partie de la population locale à respecter les mesures de prévention et les gestes barrières. Le constat sur le terrain est des plus déplorables, a-t-on constaté.
Les 82 nouveaux cas, enregistrés le 3 juillet dernier à Oran et annoncés par le porte-parole du comité scientifique de suivi du Covid-19, ont fait que la capitale de l'Ouest occupait, ce jour-là, la première place pour ce qui est du nombre de personnes contaminées. Cette triste nouvelle n'a pas empêché beaucoup d'oranais à sortir le lendemain, samedi, sans la moindre protection, a-t-on constaté.
-- Un acte de civisme --
Les femmes plus que les hommes, les personnes âgées plus que les jeunes sont plus strictes à respecter ces règles de prévention.
Farid, un commerçant d'électroménager à la cité Ibn Rochd (ex-HLM), masque sanitaire coincé sur le menton, admet que le masque est une obligation.
"Toutefois en cette période de canicule, je ne peux pas le porter tout le temps. Par contre, je veille au respect des autres mesures comme l'hygiène des mains et la distanciation physique avec mes clients", reconnaît-il.
Pointant le doigt sur une affichette, apposée à l'entrée de son magasin, sur laquelle il est recommandé que "le port du masque est obligatoire", Farid souligne à l'APS qu'il exigeait à tous ses clients de respecter cette règle avant d'accéder au magasin. "C'est impératif", s'est-il exclamé.
Amel est une fonctionnaire dans une entreprise privée. Rencontrée au centre-ville, en compagnie de ses deux enfants, tous les trois portent des masques. Cette mère affirme qu'elle ne sort plus sans masque depuis plus de 3 mois. "Je respecte aussi bien le port du masque que l'hygiène des mains et la distanciation physique. C'est devenu presque des reflexes naturels pour moi", a-t-elle dit.
"Dans le rue, à l'intérieur des magasins ou même dans l'administration où je travaille, je porte le masque. Je tiens toujours à le faire rappeler à mes collègues ou mes interlocuteurs. Je ne veux pas prendre de risques.
J'ai une famille à protéger et je dois faire attention", a-t-elle ajouté, estimant qu' "adopter ces gestes quotidiennement est un acte de civisme avéré et un signe indéniable du respect d'autrui".
-- L'insouciance des jeunes --
M'khaïssia, une femme d'un certain âge, attend sagement son tour pour accéder à une boucherie. Elle porte un masque et veille scrupuleusement au respect de la règle de la distanciation physique. "Ces gestes barrières sont des bouées de sauvetage pour sortir de cette crise sanitaire sans précédant", affirme-t-elle, tout en soulignant la nécessité de les respecter et les faire respecter".
"Rien n'empêche les jeunes de se saluer en respectant une distance d'un mètre et demi, de porter un masque jusqu'au retour à la maison et de laver les mains fréquemment. Aucune excuse n'explique ce rejet", s'est-elle exclamée.
"Ces gestes simples, beaucoup de nos jeunes ne les appliquent malheureusement pas souvent. Ce sont leurs parents et grands-parents qui risquent d'en payer les conséquences", a encore souligné M'khaïssia.
Les jeunes incriminés pour ces "failles" ont un autre point de vue à avancer pour expliquer leur insouciance et leur non respect des gestes barrières largement constatés dans plusieurs cités d'Oran. "Le virus touche beaucoup plus les personnes âgées et les malades chroniques. Nous les jeunes, sommes plus au moins immunisés", expliquent plusieurs jeunes, interrogés par l'APS.
Des scènes de groupes de jeunes s'adonnant à d'interminables parties de dominos ou de cartes ou encore s'échangeant des vidéos et des applications mobiles sans aucun moyen de protection ni respect de distanciation physique sont devenues normales et quasi-quotidiennes au sein des cités d'habitations et quartiers populaires.
Si sur les réseaux sociaux ces comportements sont condamnés, dans le monde "réel", la situation est toute autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.