Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    L'IMPERATIF D'UNE CESSION PROFITABLE    ABROUS OUTOUDERT, NOUVEAU DIRECTEUR DE "LIBERTE"    Un pôle régional de production d'oxygène à Bellara    "LE SERMENT"    Une trentaine d'évacuations de cas suspects par jour    L'APC menace de résilier son contrat avec le CET    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Le «grand n'importe quoi» a commencé !    Qui veut (encore) la tête d'Antar Yahia ?    Le prix du gaz flambe, le pétrole autour de 70 dollars le baril    La prunelle de ses yeux    Sachez que...    Eh ! La France ! Ton honneur fout le camp !    L'évolution d'une gestion    17 tests PCR négatifs    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    Blida: L'incendie du parc national de Chréa maîtrisé à 70 %    Situation sanitaire: La solidarité pour lutter contre la crise    Fruits et légumes: Des prix stables sur les marchés    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Consommation: Les prix en légère baisse    La Tunisie joue-t-elle le scénario égyptien ?    LE BONHEUR POUR TOUS    «El-bassel wel q'bih»    L'AS FAR valide son billet    Entrée en lice d'Abdelkrim Fergat    Djokovic forfait pour le mixte    Dusty Hill, est mort à 72 ans    Jacob Desvarieux emporté par la covid...    Salem Azzi n'est plus!    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    Le Premier ministre annonce une série de mesures    Chanegriha honore les Cadets de la Nation    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre    «Le Maroc restera une dictature féroce»    Le Premier ministre présente le Plan d'action de son gouvernement    Seif al-Islam Kadhafi annonce sa candidature    Média culpa    Al Arabia interdite en Algérie    Retrait de l'accréditation en Algérie    Le complexe qui n'arrête pas d'arrêter    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



58 après l'indépendance de l'Algérie, des parties en France ont toujours la colonisation en mauvaise mémoire
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 07 - 2020

Cinquante-huit ans après l'indépendance de l'Algérie, certaines parties en France ont toujours la colonisation en "mauvaise mémoire", compte tenu des réactions négatives, pavloviennes et électoralistes de l'extrême-droite et de la droite, relève Noureddine Khelassi, Conseiller du ministre de la Communication, dans une contribution parue au quotidien Le Soir d'Algérie.
"Cinquante-huit ans après l'indépendance, on constate donc qu'une certaine France a toujours la colonisation en mauvaise mémoire. On le note régulièrement à la faveur des réactions négatives, pavloviennes et électoralistes de l'extrême-droite et de la droite à l'approche d'échéances électorales. Ou lorsque des chefs de l'Etat français tels Emmanuel Macron ou François Hollande sont les auteurs de déclarations qui constituent des avancées même relatives en matière de reconnaissance du crime colonial", a souligné M. Khelassi, dont la contribution est reprise également par des sites électroniques.
Il s'agit de "demi-pas, des semi-reconnaissances, des actes courageux mais prudents qui semblent dire que leurs auteurs redoutent d'inscrire la déploration et le confiteor dans la conscience du pays", a-t-il noté, relevant que "la bonne conscience coloniale est toujours active".
Lire aussi: Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de l'acharnement des nostalgiques de la colonisation
En ce sens, il a rappelé tout au long de sa contribution les "interminables crimes" contre l'humanité qui attestent du caractère systématique de l'entreprise exterminatrice que fut la colonisation, contredisant ainsi les "nostalgiques de l'Algérie française" qui veulent faire croire qu"en 1830, l'Algérie c'était rien du tout".
Ces nostalgiques et colonialistes veulent en fait "ignorer le passé criminel, à la limite du génocide perpétuel, de la France coloniale, fait de massacres à grande échelle, enfumades, emmurement, éventrement, bombardement au napalm, exterminations, méfaits des essais nucléaires, viols, famine organisée, déportations, emprisonnement, chasse à l'homme, +crevettes Bigeard+ (corps jetés en mer à partir d'hélicoptères), torture systématique, guillotinage, dépossessions, etc".
Il cite à ce propos "une journaliste politique d'une télévision française, raciste et suprématiste, certainement nostalgique de la colonisation et surtout négationniste, qui a déclare que +la France a colonisé l'Algérie pour mettre fin à la piraterie barbaresque et à l'esclavage en Méditerranée pratiquée à l'époque par les Musulmans+".
Citant cette "folliculaire, qui devait avoir en mémoire la loi scélérate de 2005 glorifiant la colonisation", il a relevé "qu'elle a ajouté, avec aplomb, qu'en 1830, l'Algérie c'était rien du tout, la France a construit des ponts, des routes, des hôpitaux, Emanuel Macron faudra bien qu'il tienne un peu beaucoup ce discours plutôt que d'être dans l'auto-flagellation et la repentance, un chemin qu'avait emprunté Jacques Chirac et François Hollande".
Selon M. Khelassi, l'oppression du peuple algérien ne cessa pas après la période de la conquête et se perpétua sous d'autres formes, notamment par une politique d'ethnocide passant par la destruction de l'identité culturelle et des marqueurs civilisationnels du peuple algérien.
Lire aussi : Fête de l'indépendance: la célébration marquée d'un sceau particulier
Il s'agit de la mise en place d'une politique d'effacement culturel visant à faire disparaître l'ensemble des caractères sociaux et culturels de la population "indigène" en s'attaquant prioritairement à l'islam et à la langue arabe qui fut déclarée langue étrangère dans son propre pays. Les structures d'enseignement d'avant la colonisation, les mosquées et autres lieux de culte musulmans, furent largement détruits.
Selon M. Khelassi, la répression française fut, durant la Révolution (1954-1962), une suite de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.
Aujourd'hui, beaucoup de plaies sont "mal cicatrisées", l'Algérie étant restée très présente en France où ce sont quelque dix millions de personnes qui entretiennent un rapport d'intensité inégale mais constamment connectées à la guerre de Libération et à l'Algérie indépendante, a relevé Khelassi, estimant que "si le temps a favorisé plus ou moins l'apaisement, la bonne conscience coloniale, voire même colonialiste n'a pas pour autant été effacée".
Il a fait observer qu'"il n'y a jamais eu en France de mémoire nationale de la Guerre d'Algérie", soulignant que "ce conflit fut longtemps un non-dit et un non-lieu, jusqu'à ce que l'Etat français consente, en 1999, à le nommer bien tardivement +une guerre+", rappelant que ce fut à l'initiative de parlementaires, généralement de gauche, qui récusaient le "devoir de mémoire", en appelant d'abord à la lucidité et à ce que l'historien Jean Rioux a nommé le "devoir d'intelligence"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.