Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Budget 2021: le secteur de l'Habitat détient la part du lion    Sahara occidental : créer une ONG pour plaider en faveur de l'indépendance du peuple sahraoui    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La révision de la Constitution implique une large révision de plusieurs lois essentielles
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 09 - 2020

Le président du Conseil constitutionnel, Kamel Fenniche a indiqué mardi à Alger que l'amendement de la Constitution qui sera soumise au référendum du 1er novembre prochain impliquerait une large révision de plusieurs lois essentielles afin de les mettre en conformité avec la nouvelle loi fondamentale du pays.
Invité de la radio nationale, M. Fenniche a précisé que l'amendement de la Constitution était "un pas essentiel sur la voie de la nouvelle République, et sera suivi d'une large révision de l'arsenal juridique régissant, entre autres, le régime électoral, les partis et les associations afin de les mettre en conformité ave la nouvelle Constitution".
La prochaine étape verra, donc, la révision du code électoral pour lequel une commission nationale, installée septembre courant par le président de la République, a procédé à l'élaboration de sa mouture, tout comme seront amendés les lois régissant les partis politiques, les associations, la wilaya, la commune et même d'autres textes réglementaires ayant trait à la Constitution, a-t-il expliqué.
Revenant sur les axes essentiels de la nouvelle Constitution, devant être soumise à un référendum populaire le 1er novembre prochain, le président du Conseil constitutionnel a cité la création d'une cour constitutionnelle qui se substituera au présent Conseil constitutionnel, et qui aura pour mission "l'intervention dans le débat politique afin d'éviter la paralysie des institutions constitutionnelles".
Cette instance s'acquittera de son rôle de "garant de la stabilité", à travers la consécration de "la séparation flexible et la résolution des différends entre les trois pouvoirs de manière à préserver le pays des crises politiques dont il peut se passer, mais également le renforcement de l'état de droit", a-t-il souligné.
Le président du Conseil constitutionnel a évoqué, dans ce sens, la question de la saisine de la Cour constitutionnelle, une procédure à laquelle peuvent recourir les instances dûment habilitées (président de la République, président du Conseil de la nation, président de l'Assemblée populaire nationale, le Premier ministre ou le chef du Gouvernement selon le cas) à l'effet d'interpréter les dispositions constitutionnelles, ce qui "évitera au pays des crises potentielles qui peuvent découler d'une ambiguïté ou mésinterprétation".
Lire aussi: Révision constitutionnelle: Lancement le 7 octobre de la campagne de sensibilisation
M. Fenniche a en outre abordé la question de l'indépendance de la justice à laquelle le législateur constitutionnel "a accordé un intérêt particulier dans le projet de la révision constitutionnelle", à la faveur de la révision de la composition du Conseil supérieur de la magistrature.
L'éloignement du ministre de la Justice, car faisant partie du Pouvoir exécutif, et l'augmentation du nombre de magistrats élus (dont le taux s'élève, au titre de la nouvelle Constitution, à 75% des membres du conseil), sont autant de preuves qui témoignent de l'attachement du législateur à garantir, au maximum, la séparation entre les pouvoirs et de consacrer l'indépendance de l'appareil judiciaire.
Le président du Conseil constitutionnel est également revenu sur les différentes instances et institutions de contrôle et de consultation qui seront consacrées dans la nouvelle Constitution, reflétant, a-t-il dit, "la bonne intention de répondre aux revendications soulevées par le peuple".
Ainsi, "un Observatoire national de la société civile", une instance consultative, a été initié afin de traduire "le souci de l'Etat de relancer le rôle du mouvement associatif à travers son implication dans la gestion des affaires publiques, notamment après son engagement pendant la crise de la Covid-19 et le rôle qu'il a joué aux côtés des autorités publiques dans ce sens".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.