Abdallah Djaballah appelle au boycott des produits français    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Le Mouloudia se neutralise en amical avec les U20 (3-3)    Anthar Yahia satisfait des conditions du stage à Mostaganem    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Benbouzid ne cache plus ses inquiétudes    Plusieurs projets de raccordement au gaz et à l'électricité    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    Convalescence    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Le Soudan se rapproche d'Israël    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    10 décès et 250 nouveaux cas    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    Exercice de simulation d'un séisme    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    La passion retrouvée    Man City : Mahrez revient sur son transfert raté à l'OM    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Le foncier industriel sous la loupe    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Et l'ennui naquit à l'université !    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Occidental: la campagne de manipulation marocaine, une manœuvre avant la réunion du Conseil de sécurité
Publié dans Algérie Presse Service le 01 - 10 - 2020

Les déclarations faussement attribuées par l'agence de presse marocaine (MAP) au secrétaire général de l'ONU sur Guerguerat constituent une nouvelle manœuvre du régime marocain, avant la réunion du Conseil de sécurité prévue fin octobre pour examiner la question sahraouie, a estimé jeudi Dr. Amari Taher-Eddine, professeur des relations internationales à l'université de Tizi Ouzou.
Dans une déclaration à l'APS, Dr. Amari a précisé que "la campagne de manipulation marocaine reflète les appréhensions du régime marocain de la réunion du Conseil de sécurité consacrée à la question sahraouie. Elle vise à empêcher la désignation de l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU au Sahara occidental et la définition d'un calendrier pour l'organisation du référendum d'autodétermination, d'autant que l'opération de recensement des habitants sahraouis effectuée par la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) touche à sa fin".
"Les déclarations de la Haute Commissaire onusienne aux droits de l'homme qui a fait part de son souhait de débattre des normes d'envoi d'une mission technique au Sahara occidental pour s'enquérir de la situation des droits de l'homme dans ce territoire occupé ont dérangé le régime marocain", ce qui explique cette campagne, a-t-il estimé.
La manœuvre de la MAP n'est pas la première du genre et ne sera pas la dernière", a souligné Dr Amari, rappelant, dans ce sens, "le problème créé par le Maroc en 2018, lorsqu'il a envoyé ses forces à Guerguerat et a procédé au bitumage d'une route menant vers la Mauritanie. Suite à quoi, le Front Polisario avait réagi en déposant plainte auprès de l'ONU infligeant ainsi un échec à la diplomatie marocaine.
Pour l'enseignant universitaire, "les mensonges des médias marocains n'ont pas uniquement des objectifs politiques mais économiques aussi en vue de s'accaparer les richesses naturelles du Sahara Occidental et semer ainsi la confusion pour détourner l'attention de l'essence même de la question et exploiter indûment les richesses sahraouies".
Lire aussi: Guerguerate : une campagne marocaine tendancieuse pour détourner l'attention sur les violations du cessez-le-feu
Le régime marocain veut "mettre le Front Polisario sur le banc des accusés", alléguant qu'il (Polisario) "ne respecte par la légalité internationale et fait fi du droit international, en menaçant la sécurité et la paix internationales" et tenter donc de "l'isoler diplomatiquement au niveau de l'ONU et de l'UA", a-t-il poursuivi.
"Ces pratiques sont obsolètes et d'une autre époque, car la communauté internationale est consciente qu'il s'agit là d'une question de décolonisation", a-t-il soutenu.
L'intervenant a rappelé que "le régime marocain se doit d'appliquer toutes les décisions onusiennes et de se conformer à la légalité internationale à l'effet d'organiser le référendum d'autodétermination du peuple sahraoui et d'aboutir à la décolonisation de la dernière colonie d'Afrique pour instaurer la paix et permettre à la région de lever les obstacles empêchant l'édification de l'Union du grand Maghreb".
La MAP avait récemment attribué une fausse déclaration au SG de l'ONU dans laquelle elle a prétendu à tort que Antonio Guterres avait lancé un appel au Front Polisario en vue de "mettre fin à l'obstruction de la circulation civile et commerciale" dans la zone de Guerguerat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.