Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférences autour du concept de la "colonisabilité" dans la pensée de Malek Bennabi
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 10 - 2020

La série de conférences dédiées à la célébration de la pensée de Malek Bennabi a débuté mardi, avec deux thématiques autour du concept de la "colonisabilité" chez cet illustre penseur, animées par, Hichem Cherrad et Wahid Benbouaziz, tous deux professeurs universitaires, en présence d'un public restreint.
Cette conférence accueillie dans la salle "Malek Bennabi" de la Bibliothèque nationale d'El Hamma, rebaptisée dans la matinée par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, accompagné par la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda, s'est tenues après de courts témoignages livrés par, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs Youcef Belmehdi, l'ancien ambassadeur, Abderrahmane Gherieb et l'ancienne ministre de la protection sociale, Z'hor Ounissi.
Les trois intervenants ont brièvement rappelé la clairvoyance et le génie du penseur, "en avance sur son temps", soulignant son sens élevé de l'"anticipation" sur les différents phénomènes sociaux qui traversent le temps.
L'universitaire, Hichem Cherrad a présenté une communication sur les "concepts de colonisabilité et la problématique de la société civile chez Malek Bennabi", revenant d'abord sur les définitions de ces deux notions et l'absence d'une explication claire, quant au sens exact à donner à la "colonisabilité" avec le champ sémantique que pouvait couvrir ce vocable.
La notion "imprécise" de ce "nouveau concept", explique le conférencier, avait conduit à l'"incompréhension" des intellectuels algériens qui avaient alors, pointé du doigt l'illustre penseur, l'accusant de "justifier le colonialisme" à travers une vision tendancieuse, perçue comme une "agression" sur le sentiment national et une manière de "dénaturer les réalités historiques", avec de surcroît, l'intention malsaine de vouloir "nourrir chez les algériens, un sentiment de culpabilité envers leur histoire".
En revanche, poursuit l'intervenant, le concept de "société civile" n'a pas été utilisé "de manière directe" par Malek Bennabi, se contentant juste de faire allusion à ses contenus dans ses deux ouvrages, "Mémoires d'un témoin du siècle" et "Les conditions de la renaissance".
Lir aussi:Le ministère de la Culture et des Arts célèbre la pensée de Malek Bennabi
L'objet de cette conférence, selon Hichem Cherrad, est de cerner, expliquer et préciser le sens" du concept de +colonisabilité+" en abordant deux de ses plus importants aspects, la "détérioration des relations sociales" et l'"absence de société civile" dans l'espace public, des "signes pathologiques claires" qui expliquent la "chute de la société dans la colonisabilité".
Le professeur universitaire Wahid Benbouaziz a ensuite présenté une communication titrée, "La colonisabilité, adage postcolonial ?", un questionnement à la thématique visant à ouvrir l'esprit de Malek Bennabi sur les études "coloniales et post coloniales", or, met-il en garde, la "différence paradigmatique des connaissances" entre la "pensée bennabienne et les études culturelles", rendait vaine et truffée de difficultés, toute "tentative de rapprochement" entre une "pensée née de conditions sociales et culturelles relativement différentes" et une autre "post coloniale répondant aux normes de la globalisation".
L'objectif d'une telle intervention, poursuit le conférencier, serait donc de "poser de nouvelles questions" à une pensée établie qui "foisonne d'adages culturels, actuels et vivants".
Inaugurée dans la matinée par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, la première conférence nationale sur l'œuvre du penseur Malek Bennabi intitulée, "A l'écoute d'un témoin du siècle", se poursuit mercredi à la Bibliothèque nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.