Le moudjahid et ancien président de l'APN Said Bouhadja n'est plus    Antar Yahia : "Ciccolini a commis une faute irréparable"    LDC : Braitwhaite décisif lors de la victoire du Barça face au Dynamo Kiev    LDC : Le PSG a fait l'essentiel face à Leipzig    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Les facteurs dopants    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Ligue des champions d'Europe: Le Real en danger à Milan    LFP - Ligue 1: Les prémices d'une saison charnière    RC Relizane: Le ciel s'assombrit sur le Rapid    Marché illicite des véhicules des Castors: Des espaces squattés libérés en attendant le transfert vers le marché d'El Hamri    Les laboratoires veulent porter plainte contre l'association des consommateurs: Polémique sur les prix des analyses médicales    Gestion de la situation sanitaire, AEP, prévention contre les inondations: Djerad préside une réunion des walis    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    6 morts et 19 blessés en 24h    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le juge demande un complément d'enquête    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    La situation s'améliore nettement à Alger    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone
Publié dans Algérie Presse Service le 30 - 10 - 2020

La France a mené, lors de sa colonisation de l'Algérie (1830-1962), "une guerre totale", marquée par des massacres et des crimes contre l'humanité, ayant décimé la population autochtone, a affirmé le politologue et universitaire français, Olivier Le Cour Grandmaison, dans un entretien à l'APS.
Cette "guerre totale", qui a débuté dès la colonisation quand les armées françaises ont débarqué à Sidi Fredj en 1830, était faite de "razzias, destructions des villes et des villages, déportation des populations civiles, massacres de masse et enfumades", a indiqué M. Le Cour Grandmaison, l'un des spécialistes reconnus des questions liées à l'histoire coloniale française en Algérie.
"Tels sont les moyens de cette guerre dont les conséquences vont être une baisse très spectaculaire du nombre des +indigènes+", a-t-il déploré.
Il a relevé qu'"en février 1841, le général Bugeaud est nommé gouverneur général de l'Algérie et va y mener une guerre totale, puisqu'elle méconnait les dispositions des conflits conventionnels tendant à la protection des civils et reposant sur la distinction entre champs de bataille et sanctuaire".
"La pacification qui en résulte, est toujours demeurée fragile et les autorités comme les armées françaises sont souvent restées l'arme au pied pour mater dans le sang manifestations et soulèvements", a-t-il noté, citant pour preuve l'"écrasement" de l'insurrection conduite par El Mokrani en 1871.
"Entre 1830 et 1872, la population autochtone a ainsi perdu environ 875.000 personnes en raison des effets cumulés de ces guerres presque ininterrompues, de la misère et des famines qu'elles ont favorisées et aggravées", a-t-il déploré, rappelant "les terribles massacres de Sétif, Guelma et Kherrata, qui débutent le 8 mai 1945 et durent plusieurs semaines", faisant plus de 45.000 morts.
A cela s'ajoute "la guerre d'Algérie (1954-1962), un conflit marqué par de nombreux crimes de guerre et crimes contre l'humanité perpétrés par les armées françaises et les supplétifs harkis".
Massacres du 17 octobre 1961: un crime que la France s'obstine à reconnaître
Les exactions et les massacres de la France n'ont pas connu de répit. En témoignent les crimes commis le 17 octobre 1961 contre les Algériens en France. Ces massacres ont été perpétrés, a-t-il dit, "dans un contexte où il est de notoriété publique que la torture, les exécutions sommaires et les disparitions forcées font également partie des pratiques de la police française que dirige, dans la région parisienne, le préfet Maurice Papon".
Ces massacres ont été commis lors des rassemblements pacifiques auxquels le Front de Libération nationale (FLN) a appelé "pour protester contre le couvre-feu raciste qui était alors imposé aux seuls +Français musulmans d'Algérie+ depuis le 5 octobre de la même année".
"Ces rassemblements ont d'emblée été souhaités pacifistes et les militants du FLN ont donné des consignes très strictes pour qu'il en soit ainsi.
Contrairement aux mensonges d'Etat forgés alors pour faire croire que les forces de l'ordre ont riposté, à Paris et dans la région parisienne, à des coups de feu et des attaques, il n'en est rien", a-t-il affirmé, ajoutant que "les faits et leur déroulement sont désormais bien connus grâce au travail pionnier du regretté Jean-Luc Einaudi et à des recherches plus récentes".
Pour le politologue, ces rassemblements ont "sans doute contribué à discréditer plus encore les autorités françaises dans un contexte où si ces dernières ont gagné sur le plan militaire, à Alger comme à Paris, elles savent qu'elles ont perdu la partie au plan politique, au niveau national comme au niveau international".
Lire aussi: Grandmaison regrette l'existence en France d'un racisme d'Etat et institutionnel
Les massacres du 17 octobre, a-t-il affirmé, sont des "crimes que les autorités françaises s'obstinent à ne pas vouloir reconnaître contrairement à d'autres anciennes puissances coloniales", comme "la Grande-Bretagne, qui a non seulement reconnu certains faits criminels mais aussi accordé des
réparations financières aux victimes et à leurs descendants, et érigé un mémorial à Nairobi à la mémoire des Mau-Mau massacrés au cours de l'insurrection qui a débuté en 1952 et s'est officiellement achevée en 1956".
Accès aux archives: la France se distingue par des dispositions restrictives "inacceptables"
S'agissant de la question de l'accès aux archives, M. Le Cour Grandmaison a rappelé qu'"en 2011, un arrêté ministériel du premier ministre François Fillon interdit la communication des documents classés secret-défense alors même que le délai de 50 ans fixé par la loi du 15 juillet 2008 est dépassé".
"En ces matières aussi, la France se distingue par des dispositions particulièrement restrictives comparées à d'autres pays démocratiques", s'est-il indigné.
Il a fait remarquer, dans ce sens, "qu'il est pour le moins singulier que la préfecture de police soit juge et partie puisque c'est elle qui accorde ou n'accorde pas les autorisations à celles et ceux qui souhaitent consulter les archives de cette institution".
"De là des réponses qui varient suivant les demandeurs, comme Jean-Luc Einaudi en a fait la triste et scandaleuse expérience. En ce qui concerne l'arrêté ministériel précité, signalons qu'un recours devant le Conseil d'Etat a été formé le 1er octobre 2020 par l'association Josette et Maurice
Audin afin de mettre un terme à cette situation inacceptable dénoncée par de nombreux archivistes, chercheurs et enseignants", a-t-il relevé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.