Djerad présente ce jeudi la démission de son gouvernement    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    «L'autodétermination, du seul ressort du peuple sahraoui»    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Medaouar devant l'intransigeance de la CAF et le «cas JSK» !    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Dépôt de 26 demandes pour l'exercice de l'activité de concessionnaires de véhicules neufs    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    La mauvaise note !    Comment vaincre les réticences    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Législatives : Le FLN se maintient en tête malgré la perte de 7 sièges, talonné par les Indépendants qui en gagnent 6    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Brèves Omnisports    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Les recherches se poursuivent toujours    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Arrestation de 8 éléments    Désormais valables pour l'Algérie    Redistribution des cartes    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brahim Ghali tient le Maroc pour responsable des retombées de la situation dans la région
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 11 - 2020

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Brahim Ghali, a affirmé que le Maroc "assume l'entière responsabilité" des retombées de la situation dans la région après avoir déclaré, le 13 novembre dernier, la guerre contre le peuple sahraoui et l'agression militaire qu'il a menée contre les manifestants civiles devant la brèche illégale d'El-Guerguerat dans le sud-ouest du Sahara Occidental.
S'exprimant au quotidien italien "La Repubblica", le président Ghali a indiqué que le front Polisario avait déjà "mis en garde contre toute aberration ou témérité de l'armée marocaine ou d'un quelconque élément civil ou sécuritaire contre les civils sahraouis, car cela devra être traduit comme une déclaration de guerre".
Il a rappelé aux Nations Unies que le front "aura une réaction forte et ferme contre toute action hostile et ce dans le cadre de la légitime défense pour protéger sa souveraineté et nos citoyens".
M.Ghali a considéré que l'inaction des Nations Unies et de l'Union africaine (UA) ainsi que plusieurs pays envers les appels de la partie sahraouie "a entrainé l'escalade de la tension qui menace toute la région", imputant, dans ce cadre, "l'entière responsabilité au Maroc pour les répercussions de la situation dans la région suite à sa violation de l'accord de cessez-le-feu signé en 1991".
Le président de la RASD a, par ailleurs, fustigé la dernière décision du Conseil de sécurité et le rapport du Secrétaire général onusien, qui ont montré une sorte de "dérision", une autre déception pour les Sahraouis et un exemple de l'absence d'une volonté politique manifeste pour accélérer le plan de règlement convenu entre les deux parties et approuvé par le Conseil de sécurité lui-même.
Lire aussi: Réglement du conflit au Sahara occidental : Lavrov appelle à faire valoir les principes du droit international
Face au fait de ne pas définir la partie entravant l'opération et mettre en place un calendrier clair et précis pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui, "nous avons décider de réexaminer notre participation au processus politique qui a dévié de sa voie et de son objectif principal en faveur des revendications expansionnistes du Maroc au détriment de notre droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance", a soutenu le président sahraoui.
Interrogé sur le motif ayant poussé les Sahraouis à sortir dans des manifestations pacifiques au long du mur et à El Guerguerat, M. Ghali a imputé cela à "la méconnaissance des droits du peuple sahraoui et sa souffrance par les Nations unis et ce afin d'exprimer leur déception cumulée au long des 30 années notamment la promesse non tenue quant à l'organisation d'un référendum, outre les violations marocaines".
Le SG du Polisario a fait savoir que la situation dans le Sahara Occidental "est assez tendue" après la violation de l'accord du cessez-le-feu, ajoutant que "la déception est à son maximum auprès de tous les Sahraouis en raison de l'occupation marocaine qui a entrainé le déplacement de notre peuple et la séparation du territoire par un mur entouré de millions de mines qui font des centaines de morts, ainsi que les violations des droits de l'homme dans les territoires occupés".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.