OL : Slimani a participé à sa première séance d'entrainement    Atlético : Dembélé remercie Aulas    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Résolution du PE : le président du Conseil consultatif de l'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"
Publié dans Algérie Presse Service le 02 - 12 - 2020

Le président du Conseil Consultatif de l'Union du Maghreb Arabe (UMA), Saïd Mokaddem, a affirmé, mercredi en réaction à la résolution du Parlement européen sur la situation des droits de l'Homme en Algérie, que "l'Algérie est la cible d'une féroce campagne coloniale aux fins de chantage économique et politique", réitérant son rejet des "diktats et de leçons à recevoir".
La résolution du Parlement européen "est une atteinte à la souveraineté d'un Etat indépendant et une violation flagrante des relations internationales fondées sur le respect de la souveraineté des Etats et de non-ingérence dans leurs affaires internes", a estimé le Dr. Saïd Mokaddem dans une déclaration à l'APS.
Et d'ajouter : "cette sinistre résolution comprend de dures jugements de la part d'un Parlement qui ne détient, aux termes de ses statuts, pas de compétence d'initiative de législation". "Comment peut-il donc oser s'attaquer à un Etat souverain sur un ton de maitre et de tuteur?", a-t-il fustigé.
L'Algérie, a rappelé le président du Conseil Consultatif de l'UMA, "rejette la logique coloniale autoritaire du PE et refuse les diktats, les leçons à recevoir et l'intimidation à travers la saisie de toutes les organisations internationales des droits de l'Homme".
Il a relevé, à ce propos, que le Parlement européen "cherche ainsi à mobiliser davantage de dénonciations et à instrumentaliser le Conseil onusien des droits de l'Homme qui va se réunir en mars prochain à Genève.
Pour M. Mokaddem, "la 3e résolution du Parlement européen contient de fausses allégations concernant la situation des droits de l'Homme en Algérie car les nouveaux amendements constitutionnels ont pris en considération les revendications d'associations et d'activistes du Hirak, auxquels s'appuyait le PE dans ses plaidoiries contre l'Algérie".
"Cette résolution a ignoré les points positifs des nouveaux amendements constitutionnels, plébiscités par le peuple pour inaugurer une nouvelle étape de l'histoire de l'Algérie de demain, estimant qu'ils étaient loin des aspirations de la société algérienne", a-t-il poursuivi.
Lire aussi: Le Groupe parlementaire du tiers présidentiel au Conseil de la nation dénonce la résolution du PE sur les droits de l'homme en Algérie
Le président du Conseil consultatif de l'UMA s'est interrogé sur l'objectif de "cet acharnement" à recourir à ce procédé "non civilisée" dans le rapport à l'Algérie, "d'autant que les canaux de communication entre les organes officiels gouvernementaux et parlementaires existent entre l'Union européenne et leurs homologues en Algérie en tant qu'espace de dialogue, de coopération et de solidarité".
Evoquant les arrières pensée pensées de cette résolution, le diplomate a souligné que "la finalité est un chantage économique à l'Algérie afin de la dissuader d'aller vers la révision de l'Accord d'association avec l'UE".
Pour le président du Conseil consultatif de l'UMA, "l'UE a réalisé que la concurrence internationale, notamment la rude concurrence de la Chine et la Russie ainsi que l'entrée en force de la Turquie sur le continent africain, finira par mettre un terme à son monopole sur plus 65% des importations de l'Algérie sur le marché européen".
Par ailleurs, il a expliqué qu'il s'agit également d'un "chantage politique" car, a-t-il estimé, la campagne féroce menée contre l'Algérie coïncide avec sa volonté à aider les frères et amis, notamment dans les pays voisins, à résoudre les conflits que traversent leurs pays sans aucun intérêt stratégique".
Cette volonté, "dérange certaines parties qui cherchent à servir leurs intérêts, d'une part, et à entraver l'Algérie sur les plans régional et international, d'autre part", a expliqué M. Mokaddem.
Les communiqués et les positions des différentes franges de la société algérienne, officielle et non gouvernementale, dénonçant la résolution européenne sur des questions hautement sensibles reflètent "la conscience des Algériens quant aux complots étrangers visant la sécurité et la stabilité du pays sous des brillants slogans", a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.