Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'autonomie ne constituera jamais un cadre pour le règlement du conflit sahraoui
Publié dans Algérie Presse Service le 11 - 12 - 2020

Le représentant du front Polisario en Europe et à l'Union européenne (UE), Abi Bouchraya El Bachir a affirmé que l'autonomie revendiquée par le Maroc «ne constituera jamais un cadre pour le règlement du conflit au Sahara occidental», car étant contraire au cadre légal de la cause sahraouie.
«L'autonomie ne constituera jamais un cadre pour le règlement du conflit au Sahara occidental, pour la seule et unique raison, qu'elle est contraire au cadre légal de la cause sahraouie et qu'elle issue d'une hypothèse entièrement erronée, à savoir: une prétendue souveraineté du Maroc (sur les territoires sahraouis)», a précise M. Abi Bouchraya jeudi sur la chaîne «France 24».
Et de souligner «l'obligation pour le Maroc de résoudre d'abord le problème de la souveraineté, avant de se prononcer ou pas sur l'autonomie».
En réaction à la position américaine vis-à-vis de la cause sahraouie, le diplomate voit que celle-ci «referme une sorte d'étrangéité, car les USA ( ) sont une grande puissance responsable du respect de la loi et de légalité internationale et supposé être le garant de la paix et de la sécurité internationales».
«La position du président sortant, Donald Trump est en inadéquation avec la position traditionnelle des USA ( ) et susceptible d'influencer négativement les chances de règlement pacifique du conflit à l'avenir», a-t-il estimé.
Une telle attitude incite le Maroc à persister dans son intransigeance qui a amené, il y a de cela un mois, au torpillage du processus de paix et du cessez-le-feu, a rappelé le représentant sahraoui.
«La position américaine était certes étrange mais pas surprenante», a soutenu M. Abi Bouchraya, estimant que «l'effet de surprise concerne plutôt le peuple marocain, anesthésié depuis 60 ans au sujet de la prétendue solidarité avec le peuple palestinien, le dernier masque étant tombé sur la véritable position du Maroc vis-à-vis de la cause palestinienne», a-t-il soutenu.
Dans ce contexte, il a souligné qu'il s'agit là d'un "troc pour reconnaitre deux forces d'occupation illégales, l'occupation israélienne des territoires palestiniens et l'occupation marocaine du Sahara
Occidental".
"Cette position ne changera rien du tout, ni à la nature du conflit, ni à la légitimité de la lutte du peuple sahraoui pour recouvrer ses territoires, pas même à la détermination du Polisario à poursuivre sa lutte, notamment après le dernier épisode (l'agression marocaine dans la zone tampon d'El-Guerguerat)», a affirmé le responsable sahraoui.
Et d'ajouter: «Notre choix a été annoncé explicitement et publiquement au monde entier, depuis le 13 novembre dernier, en réponse à la violation du cessez-le-feu par le Maroc, à travers la décision de reprise de la lutte armée et de mobilisation du peuple sahraoui, qui a exprimé son soutien et son ralliement au Front Polisario en cette circonstance".
«Notre choix est de résister et de s'engager dans cette lutte légitime, conformément au droit international qui encadre notre cause dés le début et jusqu'à présent, c'est le droit consacré et inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination», a assuré le diplomate sahraoui.
Il convient de rappeler que la question du Sahara Occidental est toujours inscrite et examinée par l'Assemblée générale des Nations Unies, en tant que question de décolonisation.
Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres avait affirmé que "la position des Nations Unies vis-à-vis du conflit au Sahara Occidental ne changera pas" après la décision américaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.