7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie réclame la récupération de "la totalité" de ses archives de la France
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 12 - 2020

Le Conseiller du président de la République en charge des Archives et de la Mémoire nationale, Abdelmadjid Chikhi a indiqué , lundi, que l'Algérie réclamait "la totalité" de ses archives à la France, estimant que "le passé doit faire partie de relations équilibrées" au mieux des intérêts des deux pays.
"L'Algérie réclame la totalité de ses archives dont une grande partie se trouve en France, qui a toujours avancé de faux prétextes, comme par exemple la déclassification de nombre d'archives pourtant réunies depuis plusieurs décennies", a déclaré M. Chikhi sur les ondes de la Radio nationale.
Evoquant le travail bilatéral avec son homologue français Benjamin Stora sur le dossier des archives, M. Chikhi a indiqué n'avoir, à ce jour, pas commencé à travailler avec M. Stora, "qui m'a contacté par téléphone pour s'excuser de ne pouvoir entamer le travail ensemble en raison d'un rapport demandé par le président Macron sur les étapes et les priorités de ce travail pour la partie française", a-t-il expliqué.
Le Directeur général des Archives nationales a affirmé, dans ce sens, que "les demandes de la partie algérienne sont claires et ne nécessitent pas de concertations", ajoutant que "la question est immuable car le passé ne saurait être effacé ou oublié. Nous oeuvrons à ce qu'il fasse partie de relations apaisées et équilibrées" à construire au mieux des intérêts des deux pays.
Par ailleurs, M. Chikhi a fait état d'"entraves" au travail de Benjamin Stora évoquant "des parties en France qui cherchent à enterrer le passé et veulent que nous l'oublions". "Il existe dans la société françaises des associations actives clamant que nous avons volé l'Algérie à la France, et c'est inconcevable", a soutenu M. Chikhi.
S'agissant d'un recours à l'arbitrage international pour la récupération de ces archives, le Directeur général des Archives nationales a fait savoir que "c'est là, une option risquée pour l'Archive même en ce sens qu'il n'existe pas de partie neutre pour veiller à sa protection, si cette voie est choisie".
Fustigeant la loi française de 2006 décrétant les archives comme partie du domaine public et stipulant qu'elles sont inaliénables et imprescriptibles, M. Chikhi a qualifié cette mesure de "violation" du principe de non-rétroactivité des lois, d'autant, a-t-il ajouté, que le dossier des archives, objet de négociations, n'est pas encore clos".
Lire aussi : La Mémoire, l'autre socle de la nouvelle Algérie
Pour ce qui est des excuses de la France à l'Algérie, M. Chikhi a estimé que ces excuses ne sont pas quelque chose d'impossible, si nous considérons leur intérêt dans le cadre du dossier de la mémoire affirmant qu'il faut regarder vers l'avenir même si les plaies restent douloureuses et qu'il est difficile d'oublier les crimes de la France coloniale.
Concernant la poursuite de l'entreprise de récupération des restes mortuaires des chouhada algériens conservés en France, M. Chikhi a réitéré la détermination du Président de la République Abdelmadjid Tebboune à rapatrier tous les restes et crânes des héros de l'Algérie, soulignant l'absence d'un nombre exact.
En juillet dernier, l'Algérie a récupéré les restes mortuaires de 24 résistants algériens restés 170 ans conservés au Musée d'histoire naturelle de Paris.
Le président de la République avait alors souligné la détermination de l'Etat algérien à "poursuivre l'opération jusqu'au rapatriement de l'ensemble des restes des résistants algériens pour qu'ils soient enterrés sur la terre pour laquelle ils se sont sacrifiés".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.