Energie solaire: Tebboune ordonne le lancement du projet de réalisation de 1.000 mégawatts    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Liga : Le Barça ejecté de la course au titre    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Allez Chabab zoudj !    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Nouvelle opération de déstockage    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Eternels atermoiements    Les Kabyles en conquérants    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental: le Conseil marocain des droits de l'Homme dissimule "des crimes sauvages"
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 02 - 2021

La Commission nationale sahraouie des droits de l'Homme (CONASADH) a accusé le Conseil marocain des droits de l'Homme (CNDH) de vouloir dissimuler "les crimes sauvages" subis par la militante sahraouie Sultana Khaya, agressée brutalement il y a quelques jours par la police d'occupation marocaine.
Le communiqué publié par "le soi-disant Conseil marocain des droits de l'Homme sur sa rencontre avec la militante (...) Sultana Khaya n'est rien de plus qu'une manœuvre pour dissimuler les actes de violence sauvage infligés à la militante et à sa famille par les forces de sécurité marocaines", assure la CONASADH dans un communiqué de presse.
La commission sahraouie accuse le CNDH de "manipuler les faits" et de vouloir "tromper l'opinion", en déclarant avoir rencontré la militante L'organisme marocain qui s'est dit en faveur de l'ouverture d'une "enquête" sur les faits a affirmé, dans son communiqué, que Sultana Khaya a "prétendu" avoir été agressée.
La CONSADAH condamne, en outre, "les crimes que le Maroc continue de commettre dans les territoires occupés de la République sahraouie et exprime sa solidarité inconditionnelle avec la famille" de la militante. Elle invite, en outre, Comité international de la Croix-Rouge à "remplir sa mission et de protéger les civils sahraouis qui souffrent de l'occupation".
De son côté, Sultana Khaya a purement et simplement démenti avoir reçu la visite de représentants du Conseil marocain des droits de l'Homme. "Je vous assure que le conseil ne m'a pas rendu visite ni communiqué avec moi. Le conseil fait partie du système de sécurité au Sahara occidental occupé, et il sert l'agenda de l'occupation et non pas les droits de l'Homme", a-t-elle soutenu dans un communiqué rendu public mardi et adressé à "l'opinion publique nationale et internationale et aux organisations internationales".
"Depuis 90 jours, je vis avec ma famille en résidence surveillée imposée par les forces d'occupation marocaines (...) j'ai été soumise à toutes sortes de tortures psychologiques et physiques aux côtés de ma sœur, El-Waera Khaya", conclut-elle.
Le 13 février, Sultana brandissait un grand drapeau sahraoui depuis son toit lorsque le commissaire de police de Boujdour occupée a lancé une pierre et l'a frappée à la tête. Les vidéos et photographies de l'agression et des blessures à la tête de Khaya sont devenues virales.
Le ministère sahraoui des Territoires occupés et des Communautés sahraouies établies à l'étranger avait tenu le Maroc pour responsable de la répression que subit la militante sahraoui Sultana Khaya et sa famille.
Il a réitéré son appel à la communauté internationale, particulièrement l'ONU, pour assumer ses responsabilités juridiques et morales quant aux pratiques ignobles du régime marocain commises contre le peuple sahraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.