Vers la mise en place d'une charte    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    Une AG élective «bis» le 24 avril    Les psychotropes ravagent les jeunes    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Poursuite du recensement des zones d'ombre à l'échelle nationale    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Boukadoum et Beldjoud reçus par le Premier ministre libyen    Guardiola explique les raisons de la non-participation de Mahrez face à Chelsea    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Archives algériennes : une mémoire confisquée ?    Coronavirus:163 nouveaux cas, 117 guérisons et 5 décès    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    La BADR vulgarise ses produits    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    Les ménages à rude épreuve    Les Kabyles dès aujourd'hui au Cameroun    Kafteji    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    C'est l'escalade !    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    6 ans de prison pour deux anciens DG    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Conclave des opérateurs de l'Ouest    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    Intolérable gaspillage!    Le buste d'Audin fait polémique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biden appelé à intervenir pour protéger les civils sahraouis de la répression marocaine
Publié dans Algérie Presse Service le 18 - 02 - 2021

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Brahim Ghali, a adressé jeudi une lettre au président américain, Joe Biden, l'appelant à intervenir en urgence pour protéger les civils sahraouis de "l'oppression" et de "l'intimidation" des autorités d'occupation marocaines.
Le président sahraoui a attiré l'attention de son homologue sur la situation "catastrophique" qui prévaut dans les territoires occupés du Sahara occidental, notamment à la suite de l'acte d'agression perpétré le 13 novembre dernier par le Maroc et qui a mis fin au cessez-le-feu en vigueur depuis 1991, ouvrant la voie à un conflit armé qui pourrait avoir "des conséquences désastreuses sur la paix, la sécurité et la stabilité dans la région dans son ensemble".
Au cours de ces derniers mois, "les autorités d'occupation marocaines ont pris d'assaut les maisons de nombreux civils sahraouis. Elles ont fait subir à ces militants des pratiques cruelles, inhumaines et immorales, notamment dans les villes occupées de Laâyoune, Smara et Boujdour", assure le Président sahraoui.
Brahim Ghali a parlé, dans sa lettre, des "violences physiques et psychologiques que subissent la militante des droits humains, Sultana Khaya et sa famille dans la ville occupée de Boujdour", signalant que le domicile de la militante est actuellement encerclé par la police d'occupation marocaine. Sultana Khaya a également été victime d'une agression de la part de policiers marocains générant de "graves blessures à la tête et à l'œil gauche", ajoute-t-il.
Il a rappelé, en outre, que "Sultana Khaya avait perdu son œil droit après avoir été brutalement frappée par un policier marocain alors qu'elle participait à une manifestation étudiante pacifique sur un campus universitaire à Marrakech, au Maroc, le 9 mai 2007".
Par ailleurs, le Président sahraoui a évoqué la situation "alarmante" des militants politiques sahraouis détenus dans les prisons marocaines. Il a invité le président américain à intervenir rapidement "pour mettre fin aux souffrances de tous les prisonniers politiques sahraouis et de leurs familles et à assurer leur libération immédiate et inconditionnelle afin qu'ils puissent rejoindre leur patrie et retrouver leurs familles".
Il a estimé, en outre, que "la communauté internationale en général, et l'Organisation des Nations unies et ses organes de défense des droits de l'Homme en particulier" doivent intervenir pour protéger les militants sahraouis.
Lire aussi: L'UA et la communauté internationale appelées à protéger les Sahraouis contre la répression marocaine
Ghali a appelé, dans sa lettre, le président Biden à annuler la décision de son prédécesseur, Donald Trump, au sujet de la reconnaissance de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, proclamée le 10 décembre dernier.
La lettre adressée au président américain fait suite à celle adressée mercredi au président de la l'Union africaine (UA), Félix Tshisekedi dans laquelle il l'invite ainsi que la communauté internationale à intervenir pour protéger les civils sahraouis contre la répression marocaine.
La veille, il avait adressé un message au Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dans lequel il assure que le peuple sahraoui était "légitimement en droit de répondre avec force aux violations de l'Etat d'occupation et à tout acte visant à attenter à la sécurité des citoyens sahraouis où qu'ils soient".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.