Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 03 - 2021

La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause la plus probable des dernières frictions entre l'Allemagne et le Maroc, a écrit l'agence américaine Bloomberg.
Selon la même source, Rabat semble avoir décidé de "pointer du doigt" l'Allemagne pour "afficher son mécontentement", évoquant ce qu'il a appelé l'"hypocrisie de l'Europe".
Selon un article de Bloomberg, publié cette semaine, "les relations entre le Maroc et l'Allemagne, son septième partenaire commercial, sont devenues acrimonieuses".
Des sources médiatiques ont révélé que "le Maroc a décidé de suspendre ses relations avec l'ambassade de l'Allemagne à Rabat, en raison d'une grande divergence avec Berlin sur plusieurs dossiers, dont celui du Sahara occidental", occupé par le Maroc depuis 1975.
Suite à cette décision, le ministère allemand des Affaires étrangères a convoqué en urgence l'ambassadrice du Maroc en Allemagne, ont fait savoir des sources diplomatiques.
Le magazine Bild a affirmé que "la diplomate a été convoquée aujourd'hui (mardi 2 mars, NDLR) par le secrétaire d'Etat du ministère fédéral des Affaires étrangères pour une discussion urgente et pour expliquer la décision prise hier (lundi 1er mars) par son supérieur hiérarchique de suspendre tous les contacts avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat".
Dans le même cadre, "l'événement précipitant" a été la décision prise par l'ex-président américain, Donald Trump, de reconnaitre la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Une décision qui avait été largement condamnée au Maroc mais aussi à l'échelle internationale.
L'Union européenne a repoussé cette décision, invoquant un consensus de longue date des Nations Unies selon lequel le peuple du Sahara occidental a droit à l'autodétermination, rappelle Bloomberg.
L'Allemagne a pris la tête des Européens et a soulevé la question auprès du Conseil de sécurité de l'ONU, où elle a appelé les Etats-Unis à "agir dans le cadre du droit international", ajoute la même source, notant qu'"aucune puissance majeure n'a suivi Trump pour valider" la décision de Trump.
Selon la même source, Rabat semble avoir décidé de "pointer du doigt" l'Allemagne pour "afficher son mécontentement", évoquant ce qu'il a appelé l'"hypocrisie de l'Europe".
L'agence américaine a écrit, dans ce contexte, que les membres de l'UE invoquent le droit international concernant le référendum d'autodétermination au Sahara occidental, alors même que les "entreprises européennes font des affaires au Sahara occidental, en particulier dans les phosphates, la pêche et plus récemment l'énergie verte".
Ceci, malgré plusieurs décisions de la Cour européenne de justice selon lesquelles les accords commerciaux de l'UE avec le Maroc ne s'appliquaient pas au Sahara occidental, territoire non autonome, le consentement des Sahraouis n'ayant pas été obtenu.
Pas plus tard qu'en 2018, la CJCE a statué qu'un accord de pêche UE-Maroc n'était valable que "dans la mesure où il n'est pas applicable au Sahara occidental et à ses eaux adjacentes".
Le 21 décembre 2016, la CJUE a statué que, selon la Charte des Nations unies, le Sahara occidental ne fait pas partie du territoire souverain du Maroc et qu'en vertu du principe erga omnes d'autodétermination et du principe général de l'effet relatif des traités, les accords entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental sans le consentement du peuple du Sahara occidental.
L'agence Bloomberg a expliqué par ailleurs que, parmi les autres raisons ayant irrité le Maroc, Rabat a été "contrarié l'année dernière d'être exclu" de la liste des invités de la chancelière Angela Merkel pour la Conférence internationale sur la Libye, tenue en janvier 2020 sous les auspices des Nations-unies.
La réunion a vu la participation de plusieurs pays dont l'Algérie, représentée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
Selon Bloomberg, "Rabat a également été scandalisé par un récent reportage de la télévision publique allemande sur les violations des droits de l'homme au Maroc".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.