Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc: condamné à un an de prison, Maati Monjib entame une grève de la faim
Publié dans Algérie Presse Service le 05 - 03 - 2021

L'historien et militant des droits de l'homme marocain, Maati Monjib, condamné en décembre dernier, à une année de prison, a annoncé qu'il était en grève de la faim, pour protester notamment contre la campagne de diffamation visant sa famille et son arrestation arbitraire.
Dans un communiqué relayé vendredi par des médias marocains, Monjib a précisé qu'il menait cette grève en guise d'appel à l'aide à l'opinion publique en raison de l'injustice et de la persécution dont il est l'objet par le régime marocain.
Le défenseur marocain des droits humains, détenu depuis le 29 décembre dernier, a décidé de mener cette action pour protester contre son arrestation arbitraire, et la tenue, 24 heures après, de son procès dans le plus grand secret sans le convoquer ni informer sa défense, et contre le verdict rendu par contumace, selon les médias marocains.
Tout en clament son innocence de toutes les accusations portées contre lui, Monjib a affirmé que "ses écrits critiques à l'égard du régime marocain et ses activités de défense des droits de l'homme, y compris son soutien aux détenus du Hirak du Rif et aux journalistes arrêtés pour crimes de droit commun, sont les raisons pour lesquelles il est persécuté".
M. Monjib, un militant des droits humains âgé de 60 ans, a été condamné pour "fraude" et "atteinte à la sécurité de l'Etat" dans une affaire qui remonte à l'année 2015 et au moment où il est en détention préventive depuis le mois de décembre.
Lire aussi: Le comité de soutien de Maâti Monjib dénonce la "logique de répression" du régime marocain
Le verdict a été rendu dans le cadre d'un procès qui concerne six autres journalistes et militants des droits humains, dont trois ont également écopé d'un an de prison ferme.
Ouvert en 2015, ce procès traitait de malversations présumées, liées à la gestion d'un centre créé par M. Monjib pour promouvoir notamment le journalisme d'investigation.
L'historien, qui accuse les autorités de son pays de "terroriser les journalistes et les opposants en général", était resté en liberté jusqu'à son interpellation fin 2020 sur des soupçons de "blanchiment d'argent".
Depuis son arrestation, plusieurs organisations de défense des droits humains, dont Amnesty International, ont appelé Rabat à le "libérer immédiatement et sans conditions", dénonçant une campagne pour restreindre le droit à la liberté d'expression dans le royaume.
Dans son dernier rapport annuel, Human Rights Watch estime qu'en 2019 le "Maroc a intensifié sa répression contre des commentateurs des réseaux sociaux, des artistes et des journalistes exprimant des opinions critiques".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.