Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une vingtaine d'organisations tunisiennes "exigent" de Rabat de libérer l'historien Maâti Monjib
Publié dans Algérie Presse Service le 31 - 12 - 2020

Une vingtaine d'associations tunisiennes ont "exigé" des autorités marocaines de libérer immédiatement l'historien et défenseur des droits humains Maâti Monjib, dénonçant une arrestation "arbitraire et scandaleuse" et "un acte d'une extrême gravité".
Dans un communiqué publié mercredi par des médias, 22 organisations dont la Ligue tunisienne de défense des droits de l'Homme et l'Organisation contre la torture en Tunisie "ont condamné l'utilisation de la justice pour persécuter cet éminent universitaire et écrivain marocain" pour une affaire "politique" et "injuste".
"Nous dénonçons l'arrestation arbitraire et scandaleuse du professeur Maâti Monjib et clamons haut et fort son innocence. Nous exigeons la libération immédiate de Maâti Monjib et la fin de toutes les poursuites injustes à son encontre. Nous sommes déterminés dans notre combat en faveur de M. Monjib. Notre mobilisation se poursuit avec toujours plus de détermination", écrivent les signataires du communiqué.
L'historien et militant des droits de l'Homme Maâti Monjib a été arrêté dans des conditions scandaleuses alors qu'il s'apprêtait à déjeuner avec son ami Abdellatif El Hamamouchi dans un restaurant du quartier Hassan à Rabat. Celui-ci a pu témoigner de la scène qui s'est déroulée très rapidement, rappelle-t-on.
M. Monjib a été littéralement kidnappé par huit policiers en civil descendus de deux voitures. Cet enlèvement humiliant de M. Monjib sans la moindre convocation de la justice, ce qui est illégal, vise à le discréditer auprès de l'opinion publique alors que M. Monjib a toujours respecté la loi, indique-t-on de même source.
"Cet acte d'une extrême gravité fait suite à un acharnement judiciaire, policier et médiatique qui dure depuis cinq ans et qui n'a fait qu'empirer au fil des ans. C'est à partir de novembre 2015 que Maâti Monjib a été pour la première fois convoqué par la justice. Il s'en est ensuivi une vingtaine de convocations qui avaient pour but de le harceler", déplorent les 22 associations tunisiennes.
Ces convocations, poursuivent les signataires du communiqué, reposaient toutes sur des accusations mensongères fabriquées de toutes pièces et qui ont changé au fil du temps. Il a été accusé dans un premier temps "d'atteinte à la sécurité de l'Etat", mais cela n'a pas fonctionné faute de la moindre preuve. Il a alors été accusé sans preuve de "blanchiment d'argent".
D'après la même source, le but étant de donner "à l'affaire Monjib" une apparence de droit commun pour mieux le décrédibiliser alors qu'il s'agissait de s'en prendre au militant des droits de l'Homme. Malgré ces attaques diffamatoires, M. Monjib respectueux de la loi s'est toujours rendu à toutes les convocations judiciaires.
Parallèlement à ces accusations et à ces convocations judiciaires, M. Monjib s'est vu interdire de quitter le territoire marocain, interdire d'enseigner et de faire des conférences, interdire de se rendre à des rencontres universitaires internationales, rappellent en outre les associations tunisiennes.
Elles soulignent également dans leur communiqué que l'arrestation de Maâti Monjib "est à situer dans un contexte de condamnations de plusieurs journalistes, de militants du Hirak du Rif, et de citoyens engagés, dont le seul crime est de lutter pour la démocratie et la justice sociale".
Ainsi, le Maroc "démontre qu'il est en train de sombrer dans un système politique autoritaire et répressif", conclut le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.