L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tribunal de Tipasa: une peine de 10 ans de prison ferme requise contre "El Boucher"
Publié dans Algérie Presse Service le 04 - 04 - 2021

Le parquet général prés le tribunal de Tipasa a requis, dimanche, une peine de 10 ans de prison ferme à l'encontre de Kamel Chikhi, dit "El Boucher", accusé principal dans une affaire de corruption.
Dans son réquisitoire, à la fin de l'interrogatoire des accusés et témoins par la présidente de l'audience, le représentant du parquet a indiqué que les faits et les éléments du délit sont prouvés, en requérant une peine de 10 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi, assortie d'une amende de 1 million de DA.
Il a, aussi, requis une peine de sept ans de prison ferme à l'encontre du notaire (A.H.) , assortie, également, d'une amende de 1 million de DA.
Deux autres peines de cinq ans de prison ferme assortie d'une amende de 500.000 DA, et de deux ans de prison ferme assortie d'une amende de 200.000 DA, ont été requises, par le représentant du parquet, contre respectivement (Ch. A.), chef du service chargé de l'enregistrement aux impôts, et (A.B.A.) inspectrice centrale et cheffe de bureau au niveau du même service.
Kamel Chikhi, qui avait fait l'objet d'un mandat de dépôt émis à son encontre par le juge d'instruction près le tribunal de Tipasa, le 15 octobre dernier, est poursuivi dans cette affaire, pour "octroi d'indus avantages". Le jugement de cette affaire a été reporté cinq fois de suite, à la demande de la défense de l'accusé, depuis la première audience du 17 janvier dernier.
Un notaire du centre ville de Tipasa a été poursuivi (dans cette même affaire), pour "réduction d'impôts et de taxes sans autorisation" et "abus de fonction", au moment où deux autres accusés sont poursuivis pour "abus de fonction" et "obtention d'intérêts de façon illégale".
La défense des accusés dans cette affaire a plaidé l'innocence de leurs clients, tandis que l'accusé principal a renié sa connaissance des parties dans cette affaire. Dans sa réponse à la juge sur les raisons de l'émission, l'enregistrement et le règlement des charges le même jour, Kamel Chikhi a affirmé n'avoir traité "qu'avec le notaire et avoir juste requis l'accélération des procédures".
"Je suis un homme d'affaires et je gère de nombreux projets, et je veille toujours à l'accélération des procédures, car je suis lié à d'autres engagements", a-t-il justifié.
La présidente du tribunal a rejeté la requête pour vice de forme, présentée par la défense du notaire qui l'a justifiée par l'"incapacité de l'accusé atteint d'une maladie chronique et de plus mis sous tutelle sur décision de justice", affirmant que cette décision de mise sous tutelle n'est pas définitive, et que son interrogatoire se fera si sa capacité le permet.
Lire aussi : Tipasa : report du procès de Kamel Chikhi poursuivi dans une affaire de corruption
Dans ses propos devant le tribunal, le notaire (A.H.) a nié connaitre cette affaire et a montré des difficultés à se rappeler les faits dans ses réponses à la juge et au représentant du parquet.
Cette affaire remonte à 2016, lorsque l'accusé Kamel Chikhi a signé, chez un notaire agréé de la ville de Tipasa, un contrat de transfert d'une propriété foncière (lui appartenant), sise à Ain Beniane (Alger), à une société à responsabilité limitée (promotion immobilière), dont il était associé et gérant.
Kamel Chikhi a bénéficié au titre de ce contrat d'une réduction d'impôts, en ne versant qu'un taux de 1% des taxes, au lieu de 5%, un fait considéré en violation avec la législation en vigueur.
Les autorités compétentes ont ouvert une enquête judicaire en 2018, et engagé des poursuites à son encontre, en application de la loi sur la corruption.
Les enquêtes réalisées dans cette affaire ont fait ressortir que le Trésor public a subi une perte estimée à 15 millions de DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.