Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Comment jouer avec la vie    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Abominable Delta    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Les élections locales en novembre    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Enseignements tunisiens    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    "Le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump"    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    Des mesures pour stabiliser le marché    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    C'est plus pire !    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali/assassinat du président de la CMA: vives condamnations, une enquête sera ouverte
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 04 - 2021

L'assassinat mardi à Bamako du président en exercice de la Coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA), Sidi Brahim Ould Sidati, continuait mercredi à susciter de vives condamnations au Mali, regrettant la perte d'"un des acteurs importants du processus de paix" dans le pays alors que le gouvernement malien a annoncé l'ouverture prochaine d'une enquête sur ce drame.
Sidi Brahim Ould Sidati a été assassiné à la suite d'une "attaque perpétrée mardi 13 avril 2021 à Bamako par deux individus armés non identifiés", a annoncé mardi sur les réseaux sociaux Almou Ag Mohamed, porte-parole de la CMA, signataire de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger.
"A ce stade, on ne peut que penser que c'est la CMA elle-même qui a été ciblée, à travers sa première personnalité", a encore indiqué Almou Ag Mohamed.
Précisant que son leader a été assassiné alors qu'il conduisait une mission dans le cadre de la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation, la CMA a exigé dans un communiqué "la diligence d'une enquête indépendante et transparente bénéficiant d'un fort engagement des autorités de la transition mais également de l'implication des parties prenantes au processus de paix au Mali, notamment de la médiation internationale à travers la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali)".
Dès l'annonce du drame, rapportent plusieurs médias maliens, le ministre malien de la Défense et des Anciens combattants, Sadio Camara et ses collègues Modibo Koné (Sécurité et de la Protection civile) et Ismaël Wagué (Réconciliation nationale) ont effectué le déplacement à l'hôpital Golden Life où ils ont pu rencontrer les proches de Sidati.
Dans sa première réaction, le gouvernement malien a dans un communiqué dit avoir appris avec "stupeur" la mort du président en exercice de la CMA.
Le gouvernement a ainsi "condamné cet acte abominable et regretté la perte d'un des acteurs importants du processus de paix au Mali". Le communiqué précise qu'"une enquête sera diligentée pour faire la lumière sur les circonstances ainsi que sur les auteurs de cet acte qui seront identifiés, arrêtés et traduits en justice".
Par ailleurs, des personnalités, comme le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Mali, Mahamat Saleh Annadif, et dont la mission vient de s'achever, ont salué la contribution du défunt au processus de paix à travers son sens de l'écoute et ses positions constructives.
Mahamat Saleh Annadif s'est dit "outré par la nouvelle de l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidatt, qui faisait partie de ces Maliens qui croient et œuvrent réellement pour la paix et l'unité du Mali".
La Médiation internationale a elle aussi appris avec "consternation" le meurtre du président de la CMA, soulignant que Sidi Brahim Ould Sidatt a été "un acteur important des négociations et de la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation", issu du processus d'Alger.
Dans un communiqué, la médiation internationale "condamne avec la dernière énergie cet acte lâche commis par les ennemis de la paix au Mali" et demande aux autorités maliennes de "prendre toutes les dispositions nécessaires afin que les auteurs de ce crime odieux soient traduits devant la justice".
Elle présente de son côté ses condoléances à la famille du défunt et réitère "sa disponibilité et son appui indéfectible à la mise en œuvre intégrale de l'Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du processus d'Alger".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.