Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Retrouve-moi au mont Waq Waq", ou l'épopée fantastique d'une femme éprise de liberté
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 04 - 2021

moi au mont Waq Waq", une épopée sur le parcours atypique d'une femme éprise de liberté, contrainte d'affronter l'adversité d'une vie dominée par les hommes, a été présentée vendredi à Alger devant un public astreint au strict respect des mesures d'hygiène sanitaire.
Accueilli à la salle Ibn Zeydoune de l'Office Riadh El Feth, le spectacle, inspiré du conte fantastique, "Les aventures de Sindibad" de Hassen El Basri, a été mis en scène par Adila Bendimered sur un texte qu'elle a coécrit avec Tarik Bouarrara, tous deux incarnant les rôles principaux de la pièce, soutenus par le musicien virtuose Aboubakr Maatallah, qui a également eu à leur donner quelques répliques verbales.
Dans un spectacle-aventure, initialement destiné aux prestations de rue, ouvert sur le théâtre, la chorégraphie, ainsi que la musique et le chant, l'histoire met en scène une femme en perpétuelle quête de liberté, de droit à s'émanciper, de justice, d'amour et d'humanisme, découvrant alors que le mont Waq Waq est l'endroit idéal où commence la vie D'une durée de 65 mn, le spectacle déroule dans une forme fantastique, l'histoire d'une femme emprisonnée par ses oncles après avoir été dépossédée de l'héritage que lui a laissé son père qui, de son vivant, lui a prodigué tous les enseignements nécessaires pour affronter la vie.
Déjouant les desseins de ses oncles qui comptaient la marier de force à l'un de ses cousins, elle réussi à s'enfuir et à embarquer dans le bateau d'un capitaine qui l'adoptera et lui apprendra le métier de matelot et comment affronter les dangers des hautes mers.
Dans un spectacle vivant et plein de rebondissements, l'héroïne réussira, par son intelligence et son savoir être acquis à vaincre l'adversité et survivre à une succession de calamités, naufrage, proie à une communauté d'anthropophages, abandon en pleine mer après avoir commis une série d'actes de piraterie, dangers encourus face au monstre des ténèbres, entre autre.
Se retrouvant après avoir été séparés par les évènements, les deux personnages principaux (sans noms), brillamment incarnés par Adila Bendimered et Tarik Bouarrara se retrouvent enfin à djbel Waq Waq lors de la fête de la sagesse.
Lire aussi : Le grand prix du 14e Fntp attribué au spectacle "Khatini" du T.R de Mostaganem
Dans un rythme ascendant et soutenu, les deux comédiens, incarnant plusieurs rôles, en plus de la narration, ont bien porté la densité du texte à travers des échanges intenses, occupant tous les espaces de la scène dans des situations où le maniement d'accessoires a souvent été suggéré avec une gestuelle précise et juste qui s'est étalée par moment sur de belles chorégraphies, œuvre de Samir Haddad.
La scénographie, signée Feriel Gasmi Issiakhem, faite de pantalons blancs et fins sur lesquels l'éclairage judicieux de Mokhtar Mouffok a eu de l'effet, et d'un décor fonctionnel qui a consisté en une proue de bateau et une embarcation amovibles, a réussi la mise en scène d'un environnement adéquat à l'évolution des personnages aux caractères accomplis par des accoutrements savamment conçus, renvoyant à l'aventure et au genre fantastique.
Livrée en temps réel, la musique, véritable élément dramaturgique, a été rendue par le génie créatif d'Aboubakr Maatallah présent sur scène et accompagnant à la guitare, l'esprit de chaque situation avec des arpèges, des mélodies narratives, ou des rythmes pour illustrer les conflits, au plaisir d'un public composé de familles qui a longtemps applaudi les artistes.
Le spectacle conçu dans une forme fantastique aux contours comiques, interroge dans ses contenus sur plusieurs sujets de société, à l'instar de la condition de la femme et celle de l'artiste, contraints à arracher leurs droits respectifs.
Conçu et produit par Adila Bendimered, le spectacle "Rejoins-moi au mont Waq Waq", est reconduit samedi pour une deuxième représentation, au même lieu et aux mêmes horaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.