Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Appel à une refonte du système éducatif
Publié dans Algérie Presse Service le 23 - 06 - 2021

Le pédagogique, Ahmed Tessa a appelé mercredi à une refonte du système éducatif en optant pour un système basé sur la réflexion et le développement des capacités intellectuelles de l'élève, affirmant que le système d'évaluation avec examens et notation "encourage à tricher".
Dans une déclaration à l'APS après l'annonce par le ministère de la Justice de poursuites judiciaires contre 22 personnes pour fraude aux épreuves du Baccalauréat 2021, M. Tessa a souligné que "le phénomène de la triche aux examens a toujours existé, seulement les moyens diffèrent", précisant que les études psychologiques ont prouvé que "l'Homme est attiré par l'interdit".
Les mesures strictes prises pour sécuriser l'examen du Bac "sont de nature à inciter les élèves à la triche par des moyens classiques ou modernes", a-t-il ajouté, en appelant à la refonte du système éducatif en optant pour un système basé sur la réflexion et conforme aux nouvelles méthodes d'enseignement.
Il a rappelé, à ce propos, que le système d'évaluation par les examens adopté par l'Algérie à l'instar de plusieurs pays francophones, remontent au 19ème siècle et a été crée par la France à l'époque de Napoléon Bonaparte.
Evaluer les élèves à travers les examens serait, selon l'expert, "une méthode fausse", étant donné qu'il existe d'autres méthodes plus efficaces et moins coûteuses, appelant à favoriser le développement des capacités intellectuelles de l'élève en l'incitant à la réflexion, à la critique et à l'argumentation pour stimuler sa créativité".
Cette option est, selon M. Tessa, moins coûteuse par rapport aux examens nationaux qui coûtent "environ 200 milliards de centimes annuellement sans compter les mesures sécuritaires les accompagnant".
Il a estimé que ces frais peuvent être évités si des méthodes modernes et étudiées sont adoptées d'autant que "50 à 60% des bacheliers refont la première année universitaire".
M. Tessa a rappelé que les examens nationaux qui s'étalent sur près de deux mois influent sur les connaissances acquises par l'élève, précisant que ce retard est estimé par les spécialistes à près de deux ans sur un total de 13 ans d'études.
Pour sa part, Fatiha Bacha, membre du bureau national de l'Association nationale des parents d'élèves (ANPE) explique le phénomène de triche aux examens par le "déclin des valeurs morales et religieuses des élèves et de la famille en général", appelant à "actualiser le système éducatif de manière à employer les compétences individuelles de l'élève".
Le ministère de la Justice avait annoncé, mardi dans un communiqué, que 22 individus étaient poursuivis en Justice pour triche aux épreuves du BAC avec mandat de dépôt pour 18 d'entre eux.Trois de ces accusés ont été condamnés à une année d'emprisonnement ferme assortie d'une amende de 100.000 DA en attendant le procès des autres mis en cause", selon la même source.
Ces cas de triche ont été traités par les compétences des Cours de Tébessa, Ghardaïa, Sétif, Tissemsilt, Chlef, Béchar et Djelfa.
Lire aussi: Bac 2021: Les sujets de langue arabe et d'éducation islamique abordables
Les faits attribués aux accusés, concernent "la diffusion et la fuite de sujets d'examens du BAC par le biais de moyens de communication à distance, ce sont les faits dont la majorité a été détectée par l'Organe national de lutte contre les infractions liées aux TIC, qui reste à l'affût pour garantir une sécurisation totale de ces examens".
Le Code pénal amendé en 2020 stipule emprisonnement et amende à l'encontre des tricheurs selon ce que prévoit le chapitre 9 du Journal officiel n 25 publié le 29 avril 2020 sur "L'atteinte à l'intégrité des examens et concours", conformément à l'art. 253 bis 6 du code pénal, est passible d'emprisonnement d'un (1) an à trois (3) ans et d'une amende de 100.000 DA à 300.000 DA, quiconque diffuse ou divulgue, avant ou pendant les examens ou les concours, les questions et/ou corrigés des sujets d'examens finaux d'enseignements primaire, moyen ou secondaire ou des concours de l'enseignement supérieur ou de la formation et de l'enseignement professionnels ainsi que des concours professionnels nationaux. Est passible des mêmes peines, quiconque se substitue au candidat lors des examens et concours.
L'art. 253 bis 7 stipule que la peine est l'emprisonnement de cinq (5) ans à dix (10) ans et l'amende de 500.000 DA à 1.000.000 DA, si les actes mentionnés à l'article 253 bis 6 sont commis par les personnes chargées de préparer, d'organiser, d'encadrer et de superviser les examens et les concours, ou un groupe de personnes, ou l'utilisation d'un système de traitement automatisé des données ou l'utilisation des moyens de communication à distance.
Le même chapitre stipule également qu'"il est procédé à la confiscation des instruments, programmes et moyens utilisés dans la commission des infractions prévues par le présente chapitre, ainsi que les fonds en résultant et à la fermeture du site ou du compte électronique utilisé dans la commission de l'infraction ou à l'interdiction de l'accès à ce site et à la fermeture des locaux et lieux d'exploitation dans le cas où le propriétaire a eu connaissance de l'infraction". De son côté, le ministère de l'Education nationale prend d'autres mesures coercitives concernant la triche au Baccalauréat, en interdisant le candidat régulier de participer à cet examen pour une durée de 5 ans, tandis que le candidat libre est interdit d'y participer pour une durée de 10 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.