LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 06 - 2021

La Constitution algérienne a fixé le début de la législature de l'Assemblée populaire nationale (APN) "de plein droit" au 15e jour suivant la date de proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle (actuellement Conseil constitutionnel), une disposition accomplie mercredi.
Conformément à l'article 133 de la Constitution de 2020, "la législature débute de plein droit le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle sous la présidence du doyen d'âge de l'Assemblée populaire nationale (APN), assisté des deux députés les plus jeunes".
"L'Assemblée populaire nationale procède à l'élection de son bureau et à la constitution de ses commissions", lit-on dans le même article.
"Le Président de l'Assemblée populaire nationale est élu pour la durée de la législature", stipule l'article 134.
Le Conseil constitutionnel a proclamé, mercredi, les résultats définitifs des élections législatives du 12 juin 2021, confirmant la victoire du parti du Front de libération nationale (FLN) qui arrive en tête avec 98 sièges, suivi des Indépendants avec 84 sièges, du Mouvement de la société pour la paix (MSP) avec 65 sièges et du RND avec 58 sièges.
Le Front El Moustakbal et le Mouvement El Bina ont décroché respectivement 48 et 39 sièges.
Le pouvoir législatif est exercé par un parlement composé de deux chambres, l'Assemblée populaire nationale et le Conseil de la nation qui ont la souveraineté de procéder à l'élaboration des lois et à leur vote.
Le parlement doit, entre autres principales prérogatives, contrôler l'action du gouvernement.
L'APN peut, à l'occasion du débat sur la déclaration de la politique générale, mettre en cause la responsabilité du gouvernement par le vote d'une motion de censure. Une telle motion n'est recevable que si elle est signée par le 1/7 au moins du nombre des députés.
Lire aussi: 48 recours recevables ayant donné lieu à la rectification des sièges dans nombre de circonscriptions électorales
La motion de censure doit être approuvée par un vote pris à la majorité des deux tiers (2/3) des députés, et ne peut intervenir que trois jours après le dépôt de la motion.
Lorsque cette dernière est approuvée par l'APN, le Premier ministre, ou le Chef du Gouvernement, selon le cas, présente la démission du Gouvernement au Président de la République.
L'opposition parlementaire jouit de droits lui permettant une participation effective aux travaux parlementaires et à la vie politique, notamment la liberté d'opinion, d'expression et de réunion ou encore le bénéfice des aides financières accordées au prorata des élus au Parlement.
De même qu'elle jouit du droit à la participation effective aux travaux législatifs et au contrôle de l'action gouvernementale, à une représentation lui assurant une participation effective dans les organes des deux chambres du Parlement, notamment l'alternance à la présidence des commissions, ainsi qu'à la saisine de la Cour constitutionnelle.
Le député à l'APN est élu pour un mandat national de cinq ans, non cumulable avec d'autres mandats ou fonctions.
Selon l'article 113 de la Constitution, le Parlement siège en une session ordinaire par an, d'une durée de dix (10) mois. Celle-ci commence le deuxième jour ouvrable du mois de septembre et se termine le dernier jour ouvrable du mois de juin.
A l'effet d'achever l'examen en cours d'un point de l'ordre du jour, le Premier ministre ou le Chef du Gouvernement, selon le cas, peut demander une prorogation de la session ordinaire pour quelques jours.
Le Parlement peut être réuni en session extraordinaire sur initiative du Président de la République, à la demande du Premier ministre ou du Chef du Gouvernement, selon le cas, ou à la demande des deux tiers (2/3) des membres de l'APN.
Selon la Constitution, la clôture de la session extraordinaire intervient dès que le Parlement aura épuisé l'ordre du jour pour lequel il a été convoqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.