7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pegasus: "le Maroc agit en toute impunité"
Publié dans Algérie Presse Service le 22 - 07 - 2021

La journaliste et grand reporter au journal français l'Humanité Rosa Moussaoui, l'une des victimes du logiciel espion Pegasus, a dénoncé dans un entretien accordé au quotidien algérien El Watan les pratiques autoritaires du Royaume du Maroc qui étant "sûr de son impunité" s'est autorisé à "franchir toutes les lignes rouges".
"Sûrs de leur impunité, le pouvoir marocain et sa police se sont sentis autorisés à franchir toutes les lignes rouges . Des journalistes marocains en exil sont filés, harcelés, menacés sur le sol français. c'est inadmissible!", s'est indigné Rosa Moussaoui, à propos des récentes révélations sur l'utilisation de certains Etats dont le Maroc du logiciel espion israélien Pegasus pour infiltrer les téléphones portables d'un certain nombre de journalistes et d'opposants.
Cette journaliste a été, elle même, victime de ce logiciel espion utilisé par un service de sécurité marocain. " D'abord , j'ai été contactée, il y a quelques semaines, par des journalistes du consortium Forbiden Stories qui m'ont informé qu'ils suspectaient que mon téléphone était ciblé par le logiciel espion Pegasus", a -t-elle révélé.
Elle leur a alors confié son appareil pour qu'il soit vérifié et testé par une équipe spécialisée du Sécurity Lab d'Amnesty International. Elle sera contactée par un journaliste de Forbidden Stories, la veille des révélations sur Pegasus Project qui l'informait qu'elle "figurait bel et bien sur la liste de cibles de ce logiciel espion israélien établi par un service de sécurité de l'Etat Marocain.
Depuis, la reporter vit cette situation, dit-elle, comme une grande violence qui " m'affecte personnellement." Pour elle, cette attaque cybernétique est " une intrusion insupportable, un viol de mon intimité et de ma vie privée."
" Mais le plus grave à mes yeux c'est cette attaque frontale contre le secret des sources. Lorsqu'on est journaliste et que l'on enquête sur des sujets sensibles, surtout sur des terrains gardés par des régimes
autoritaires, notre hantise est de ne pas mettre en danger les personnes qui nous informent", a souligné la journaliste française d'origine algérienne.
A une question de savoir pourquoi elle a été spécialement ciblée par les services marocains, elle a répondu que depuis longtemps elle travaille sur le Maghreb et qu'elle avait consacré de fréquents reportages et de nombreuses enquête à l'Algérie à la Tunisie et au Maroc.
Elle a expliqué qu'elle s'était même rendu en 2017, au Maroc, pour couvrir le soulèvement populaire dans le Rif " dans un contexte de violente répression. La même année, elle a suivi le procès des prisonniers de Gdeim Izik. Plus récemment, elle a enquêté sur les accusation fabriquées contre le journaliste Omar Radi qui vient, d'ailleurs, d'écoper d'une peine de six ans de prison ferme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.