La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Répression au Sahara occidental: Amnesty International appelle Biden à intervenir
Publié dans Algérie Presse Service le 28 - 09 - 2021

L'ONG Amnesty International a appelé l'administration américaine à prendre des mesures pour défendre les droits humains au Sahara occidental, et exercer une pression sur les autorités marocaines afin qu'elles mettent fin aux abus systématiques perpétrés contre les militants sahraouis.
"Le gouvernement américain et l'administration Biden doivent prendre des mesures pour défendre les droits humains au Sahara occidental", indique Amnesty International dans un communiqué rendu public lundi.
A cet effet, l'ONG exhorte l'administration américaine à "réaffirmer et défendre le droit à la liberté d'expression des Sahraouis, y compris la défense pacifique de l'indépendance et de l'autodétermination". Et à "tirer parti de l'influence diplomatique américaine pour faire pression sur les autorités marocaines afin qu'elles mettent fin aux arrestations arbitraires, aux poursuites, à la torture des dissidents et à tous les autres abus systématiques perpétrés contre les militants sahraouis, les manifestants, les critiques, les journalistes, les défenseurs des droits humains, les mineurs et la société civile".
Amnesty International recommande également "d'assurer l'inclusion par les Etats-Unis de mécanismes solides de surveillance des droits de l'homme pour protéger les populations vulnérables en tant que porte-plume influent" de la résolution sur le renouvellement du mandat de la Minurso (Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental) qui doit être votée en octobre.
"Le mandat de la Minurso a été prolongé l'année dernière jusqu'en octobre 2021, contrairement à pratiquement toutes les autres missions de maintien de la paix des Nations unies et malgré les appels d'Amnesty et d'autres organisations, il manquait encore des éléments essentiels de surveillance et d'établissement de rapports sur les droits de l'Homme", soutient l'ONG.
Sur le plan militaire, Amnesty appelle l'administration Biden à "examiner via le Département d'Etat l'utilisation potentielle d'armes fournies par les Etats-Unis par les autorités pour commettre des violations des droits humains au Maroc et au Sahara occidental et suspendre les transferts d'armes s'il existe un risque clair et substantiel qu'elles soient utilisées pour commettre ou faciliter de graves violations des droits humains ou du droit international".
Dans son communiqué, l'ONG assure que, "les autorités marocaines sont allées très loin pour écraser brutalement et illégalement la dissidence des militants sahraouis et de la société civile, avec de fréquents cas documentés de torture, d'emprisonnement arbitraire, d'agressions et d'accusations falsifiées".
Dans un rapport de juillet 2021, Amnesty a documenté le ciblage d'au moins 22 militants, journalistes, défenseurs des droits humains et mineurs sahraouis par les forces de sécurité marocaines depuis le mois de novembre 2020, dans le cadre d'une répression croissante des droits des Sahraouis.
L'ONG cite, entre autres, le cas de la militante sahraouie, Sultana Khaya, assignée à résidence depuis plusieurs mois dans la ville occupée de Boudjdor au Sahara occidental.
"Les abus auxquels Khaya et sa famille ont été soumis font partie d'une répression plus large par les autorités marocaines contre les militants au Sahara occidental, les forces de sécurité intensifiant les attaques ciblées contre un nombre croissant de militants sahraouis à la suite des affrontements entre le Maroc et le Front Polisario en novembre 2020", déplore Amnesty.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.