Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA    Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    L'Algérie envoie une troisième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    «Le pays est toujours ciblé»    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ferme piscicole marocaine près des îles Chafarinas: l'Espagne mobilise des navires de guerre dans la zone
Publié dans Algérie Presse Service le 29 - 11 - 2021

L'Espagne a mobilisé des navires de guerre pour patrouiller et mener une surveillance accrue dans les eaux des îles Chafarinas, au large des côtes de l'enclave Melilla, après avoir protesté officiellement auprès du Maroc contre la mise en place d'une ferme piscicole "illégale" près de ces îles, ont rapporté lundi des médias espagnols.
Selon le site "Info Defensa", le patrouilleur "Infanta Cristina" de la Marine espagnole a mené la semaine dernière une surveillance près des îles Chafarinas dans les eaux que l'Espagne considère comme les siennes, mais que le régime marocain ne reconnaît pas et tente vainement de les occuper.
Le média espagnol a précisé que la visite de ce navire, qui s'inscrit dans le cadre des opérations dites "permanentes", intervient après la protestation officielle du gouvernement espagnol contre le régime du Makhzen, suite à l'installation "illégale" de cette ferme piscicole près des eaux territoriales de l'enclave de Melilla.
La ferme marocaine a été placée, il y a deux mois, selon la presse espagnole, à environ 700 mètres de l'île de Congrès (Chafarinas) dans les eaux de souveraineté espagnole .
De son côté, le journal "El Confidencial", a évoqué la patrouille de la Marine espagnole près des iles Chafarinas sous le titre:" la tension entre l'Espagne et le Maroc se réactive 6 mois après l'invasion migratoire de Ceuta".
Ce média a relevé que l'envoi du patrouilleur "Infanta Cristina" est un "message subliminal" au régime marocain après la protestation officielle du ministère espagnol des Affaires étrangères contre "l'occupation illégale des eaux territoriales espagnoles".
Des partis politiques espagnoles réclament une réponse "ferme" contre le Maroc
Des partis politiques espagnols demandent au gouvernement de donner une réponse "ferme" à ce qu'ils qualifient comme étant une "hostilité permanente" du régime marocain envers Madrid.
Le Parti populaire de Melilla (PP) a demandé au gouvernement espagnol de "donner une réponse ferme à l'hostilité permanente du Maroc avec l'Espagne", dans le cadre de l'affaire des fermes piscicoles du Makhzen près des îles Chafarinas, ont rapporté dimanche des médias espagnoles.
La sénatrice du PP, Sofia Acedo a estimé que l'absence de réactions "peut être interprétée comme une faiblesse ou un manque d'intérêt" pour "la défense de l'intégrité territoriale de l'Espagne", selon les mêmes médias.
"L'Espagne ne doit pas et ne peut pas consentir à la contestation permanente du Maroc contre notre pays. Après plusieurs épisodes hostiles, le Maroc revient avec deux fermes piscicoles, désormais sur la route Almer?a-Melilla et dans les eaux territoriales espagnoles", a-t-elle fustigé.
Pour la sénatrice, l'Espagne serait "confrontée à un chantage permanent" de la part du Maroc.
De son côté, le parti de l'extrême droite VOX a annoncé, samedi, travailler sur une "demande d'information" qu'il adressera au gouvernement espagnol afin de connaître "la manière dont il entend réagir si le Maroc ne se conforme pas aux exigences espagnoles" d'abandonner les fermes piscicoles près des îles Chafarinas.
Mercredi dernier, des sources diplomatiques espagnoles ont confié que le ministère espagnol des Affaires étrangères a remis, une semaine auparavant, "une note de protestation" à l'ambassade du Maroc en Espagne, contre une ferme piscicole marocaine dans les eaux proches des îles Chafarinas.
Selon la presse espagnole, le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Albares Bueno, considère le projet marocain, comme "une occupation illégale des eaux territoriales espagnoles" et représente "un risque pour la sécurité de la navigation maritime et une menace pour l'environnement".
Le ministère espagnol des Transports avait donné un délai de 20 jours à la société espagnole spécialisée dans la pisciculture "Morenot", pour retirer les cages marines qu'elle a fournies et installées pour la société marocaine "Mediterranean Aquafarm", concessionnaire de ladite ferme, au risque de sanctions pour "installation en violation des lois sur l'environnement et de la sécurité maritime".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.